Le Blog d'Olivier Da Lage

L’Inde, un géant fragile

Posted in Inde by odalage on 27 septembre 2022
Mon dernier livre sur l’Inde, paru le 15 septembre 2022 aux Éditions Eyrolles

Découvrir des extraits du livre.

Realpolitik à temps partiel

Posted in Moyen-Orient by odalage on 1 août 2022

Par Olivier Da Lage

Cet article est paru initialement le 31 juillet 2022 sur le site Paroles d’actu.

Et si, en fin de compte, Donald Trump avait raison  ? Il m’en coûte de l’écrire, mais il y a du vrai dans ce qu’il dit de l’émotion provoquée par le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul le 2 octobre 2018. Se confiant au Wall Street Journal dans un entretien publié le 26  juillet dernier, l’ancien président américain affirme  : «  Personne ne m’en a parlé depuis des mois. Je peux dire qu’en ce qui concerne Khashoggi, ça s’est vraiment calmé  ».

Difficile de lui donner tort lorsqu’on voit les puissants de ce monde reprendre le chemin de l’Arabie pour rencontrer celui que la CIA a présenté comme l’instigateur de l’assassinat de Khashoggi  : Emmanuel Macron, premier dirigeant occidental à se rendre en Arabie depuis 2018, a été reçu par Mohammed ben Salman (MbS), prince héritier et homme fort du royaume, en décembre dernier. Il y a été suivi par Recep Tayyip Erdogan en avril dernier et voici deux semaines par le président américain Biden, qui le considérait comme un paria naguère encore.

Et voilà qu’à l’invitation du président Macron, MbS, tout droit arrivé d’Athènes, était à son tour reçu à l’Élysée en cette fin juillet, pour une visite de travail que la France a tenté de garder discrète, mais révélée par les Saoudiens. Visite de travail et non pas d’État, assuraient alors les conseillers élyséens pour tenter d’atténuer les inévitables commentaires critiques. Ce qui n’a pas empêché, en fin de compte, de dérouler le tapis rouge pour MbS et d’assumer tardivement, mais crânement une visite destinée à garantir l’approvisionnement en énergie des Français dans le contexte de la guerre en Ukraine imposée par la Russie.

Emmanuel Macron est donc le premier dirigeant du G7 à être allé en Arabie rencontrer Mohammed ben Salman et le premier à l’avoir reçu officiellement depuis le meurtre de Khashoggi il y a moins de quatre ans. La réinsertion du prince héritier saoudien est en marche et la France y contribue fortement.

Lors du «  dîner de travail  », les médias n’étaient pas conviés et aucune photo n’a été diffusée par la partie française. Il a fallu attendre le milieu de matinée le lendemain pour que l’Élysée publie un long communiqué (trois pages) sur la rencontre Macron-MbS. Une longue nuit de réflexion a manifestement été nécessaire pour se mettre d’accord sur ce que l’on pouvait, ce que l’on devait dire sur cette rencontre. Pendant que phosphoraient les conseillers élyséens, Mohammed ben Salman était retourné dormir dans sa demeure de Louveciennes, un château de quelque 7  000  m2 sis au milieu d’un parc de 23 hectares et restauré à son goût par un architecte qui se trouve être le cousin de Jamal Khashoggi.

Dans ce communiqué, on trouve un passage éloquent sur «  la guerre d’agression (…), son impact désastreux sur les populations civiles et ses répercussions sur la sécurité alimentaire  ». En lisant attentivement, on prend conscience qu’il ne s’agit pas de la guerre que l’Arabie mène au Yémen depuis mars  2015 et qui a fait près de 400  000 morts et infiniment plus de blessés, mais de la guerre que la Russie mène en Ukraine. Soit. De la guerre au Yémen, il est pourtant question quelques paragraphes plus loin, mais sur un tout autre ton  : «  Au sujet de la guerre au Yémen, le Président de la République a salué les efforts de l’Arabie saoudite en faveur d’une solution politique, globale et inclusive sous l’égide des Nations Unies et marqué son souhait que la trêve soit prolongée.  ». Il aurait été du plus mauvais goût de froisser son hôte, que l’on sait susceptible, en rappelant les causes et les effets de cette guerre, comme on venait de le faire à propos de la Russie.

Et pour qu’il ne soit pas dit que le sujet des droits de l’Homme a été omis, le dernier paragraphe vient remettre les choses à leur juste place  : «  Dans le cadre du dialogue de confiance entre la France et l’Arabie saoudite, le Président de la République a abordé la question des droits de l’Homme en Arabie  ».

La lecture de ces trois pages achevée, on doit se pincer pour se convaincre que ce texte émane bien de l’Élysée et non du Gorafi.

Le président français fait ce qu’il faut pour défendre les intérêts de la France, soulignent ses partisans qui font valoir que l’Europe étant privée d’une grande partie, et peut-être bientôt de la totalité du pétrole et du gaz russes, il faut bien trouver des sources d’énergie alternatives et si cela passe par l’invitation de MbS, quels que soient les griefs que l’on puisse éprouver à son encontre, ainsi soit-il.

Cela peut s’entendre. Il est vrai que les hydrocarbures ne gisent pas nécessairement dans le sous-sol de démocraties à notre image et que l’on doit savoir faire preuve de pragmatisme, sauf à opter pour la pénurie d’essence, l’arrêt des industries et le froid pendant l’hiver. Résoudre ce genre de contradictions est même au cœur de l’action diplomatique. Certains appellent cela la Realpolitik, le terme allemand venant de la politique froide et efficace appliquée par Bismarck à la fin du XIXe  siècle. Plusieurs adages viennent l’illustrer  : «  les États n’ont ni amis permanents, ni ennemis permanents, seulement des intérêts permanents  » (Lord Palmerston) que traduit également le mantra de la République française depuis de Gaulle  : «  La France ne reconnaît pas les gouvernements, seulement les États  ». Cette école réaliste a de fameux adeptes dans le monde contemporain, l’Américain Henry Kissinger en est le plus illustre. En France, l’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine semble également se rattacher à ce courant de pensée.

Au fond, la Realpolitik, pourquoi pas  ? La France ne s’est pas toujours montrée si regardante dans ses relations passées avec les pays du Moyen-Orient, d’Afrique, d’Europe de l’Est ou d’Asie. C’est dans une très large mesure ce qui a garanti son rôle international et sa (relative) indépendance énergétique.

Mais ça, c’était avant. Du temps de De Gaulle, Pompidou, Giscard d’Estaing et, dans une moindre mesure, de Mitterrand. L’État, monstre froid, était assumé sans état d’âme. Avant l’apparition du «  droit d’ingérence  » qui a conduit la diplomatie française à participer ou même entreprendre des interventions militaires au nom de la défense des droits humains, invoquant régulièrement son statut de «  patrie des droits de l’Homme  ». Certains juristes relativisaient ces proclamations morales en faisant remarquer que la France était surtout la patrie de la «  Déclaration des droits de l’Homme  », ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Évidemment, d’autres s’en étaient aussi rendu compte et interpellaient régulièrement Paris sur sa propension à donner des leçons à certains (Iran, Venezuela, Birmanie, divers pays africains et autres) tout en détournant le regard lorsqu’il s’agissait de pays fournissant des hydrocarbures ou clients de ses industries d’armement (Emirats arabes unis, Qatar, Arabie saoudite, Égypte, Inde, entre d’autres) et parfois les deux, comme dans le cas de l’Arabie.

Ce grand écart nourrit l’accusation de pratiquer une politique de «  deux poids deux mesures  » (double standard en anglais). Pour échapper à ce reproche, il n’existe qu’une alternative  : fonder la diplomatie sur les droits humains, en acceptant les conséquences adverses notamment sur le plan économique, ou y renoncer et pratiquer une politique réaliste (ou cynique, selon le point de vue adopté) et récupérer ainsi en efficacité ce que l’on perd en posture morale. Les deux points de vue sont également défendables, mais séparément. En ce domaine, le «  en même temps  » ne produit que des inconvénients.

Opter pour une démarche réaliste ne manquerait pas de susciter de nombreuses critiques (au surplus généralement justifiées). Mais cela permettrait de mettre fin à l’accusation parfaitement fondée de pratiquer une morale à géométrie variable qui permet à un ministre des Affaires étrangères de délivrer des brevets de démocratie à l’Égyptien Sissi «  parce qu’il y a des élections  ». Or, tout observateur du déclin de l’influence française, en Afrique et ailleurs, ne peut manquer de relever que cette «  hypocrisie  » reprochée aux Occidentaux en général et aux Français en particulier est au cœur du sentiment antifrançais qui s’est développé ces dernières années, au profit des Chinois et plus récemment des Russes.

Assumer une politique réaliste est un choix à la fois légitime et respectable.  Mais en ce cas, la Realpolitik doit se pratiquer en bloc, pas à temps partiel. N’est pas Metternich qui veut.

Réflexions sur un scoop inutile

Posted in Journalisme, Moyen-Orient by odalage on 13 avril 2022

Par Olivier Da Lage

Depuis plus de quarante ans que je pratique le journalisme, j’ai fait toutes sortes de choses : très intéressantes, moyennement intéressantes et pas intéressantes du tout. Il m’est arrivé – parfois, pas très souvent – de publier des informations exclusives, ce qu’on appelle des scoops. La vérité oblige à dire que dans la plupart du temps, ce n’est un scoop que parce que l’on grille la concurrence de quelques heures, voire de quelques dizaines de minutes. C’est toujours satisfaisant pour l’amour-propre mais si l’on y réfléchit bien, dans la plupart des cas, cela n’a pratiquement aucune importance. Je n’en ai donc pas gardé le souvenir, à une exception près.

Je n’exagère pas en affirmant que ce scoop est ce dont je suis le plus fier à l’échelle de ma carrière journalistique. Son autre caractéristique est qu’à part moi, personne ne s’en souvient plus alors qu’il aurait pu changer la face du monde. J’exagère ? Voire ! Le 20 juillet 1990, dans deux papiers différents diffusés sur l’antenne de RFI, j’ai indiqué qu’il y avait une probabilité élevée d’une intervention militaire irakienne au Koweït. Le 20 juillet, autrement dit treize jours avant l’invasion, mais également cinq jours avant la fameuse rencontre entre Saddam Hussein et l’ambassadrice américaine April Glaspie que les tenants de la théorie du piège (الفخ) considèrent comme le moment où les États-Unis ont sournoisement fait croire au président irakien qu’ils ne bougeraient pas en cas d’invasion, afin de mieux casser le seul régime arabe qui leur tenait tête. Cinq jours avant.

Je ne suis pas voyant et je ne disposais pas d’accès aux documents secrets de la CIA ni d’un quelconque autre service de renseignements. Mais des informations, il y en avait. Il suffisait de les réunir et de les analyser.

Pour moi, tout commence le 17 juillet 1990, à la lecture d’une dépêche de l’Agence France Presse (AFP), qui cite quelques extraits d’un discours prononcé par le chef de l’État irakien à l’occasion du onzième anniversaire de son arrivée au pouvoir. Dans cette intervention radiodiffusée, Saddam Hussein s’en prend violemment à la politique pétrolière de « certains dirigeants arabes dont les politiques sont américaines. […] Ils nous ont poignardés dans le dos avec une lame empoisonnée ». Le président irakien ajoute : « Oh ! Dieu tout-puissant ! Sois témoin que nous les avons avertis [… ] Si les mots ne suffisent pas à nous protéger, nous n’aurons d’autre choix que de recourir à une action efficace pour remettre les choses en ordre et recouvrer nos droits. ».

L’après-midi même, à la garden-party qu’organise chaque année l’ambassadeur d’Irak dans sa résidence, où se presse le tout-Paris politique, diplomatique et journalistique, je demande à tous ceux que je rencontre quel sens, à leur avis, il faut donner à ces propos tout-à-fait inhabituels. Personne n’en sait rien.

Mais le lendemain, sans doute afin de lever toute ambiguïté sur les destinataires de ce message, les médias irakiens publient le texte d’une lettre du ministre irakien des Affaires étrangères Tarek Aziz au secrétaire général de la Ligue arabe. Cette missive, datée du 16 juillet, met directement en cause les émirats arabes unis, et surtout le Koweït. Ce dernier est accusé de voler depuis 1980 le pétrole irakien en pompant dans le gisement de Roumaïla qui se trouve dans la zone frontalière ; l’Irak demande à être remboursé par le Koweït de 2,4 milliards de dollars, soit la valeur du pétrole « volé ». L’Irak accuse ensuite le Koweït et les EAU d’avoir délibérément inondé le marché pétrolier pour faire baisser les cours dans le cadre d’une politique « anti-irakienne et antiarabe ». Tarek Aziz reproche enfin au Koweït de refuser l’annulation de la dette irakienne à son égard. Bref, pour toutes ces raisons, « le comportement du gouvernement koweïtien équivaut à une agression militaire ».

Là, les choses deviennent tout de suite plus claires. Au Koweït même, le premier ministre, Cheikh Saad, prédit une intervention militaire dans la zone de Roumaïla et sur les îles de Warba et Boubiyan. Seul, le ministre de la Justice, Dhari Al Othman, estime que le mémorandum irakien n’est qu’un début et que, libéré de sa guerre avec l’Iran, l’Irak pourrait réactiver ses prétentions territoriales sur l’émirat.

Un retour en arrière s’impose.

La Grande-Bretagne accorda son indépendance à l’émirat le 19 juin 1961. Six jours plus tard, le général Qassem, qui dirigeait alors l’Irak, revendiqua la principauté comme « partie intégrante de l’Irak ». Devant la menace qui pesait sur le nouvel état, l’émir fit appel à l’assistance des troupes britanniques qui débarquèrent le 1er juillet pour dissuader l’Irak d’intervenir. La Ligue arabe apporta son soutien au Koweït et des soldats arabes relevèrent les soldats britanniques. Mais ce n’est qu’en 1963, après le renversement de Qassem, que l’Irak reconnut formellement « l’indépendance et la souveraineté totale » du Koweït. La question des frontières n’était cependant pas réglée et, en mars 1973, les soldats irakiens firent une incursion au Koweït. Une médiation arabe permit d’éviter que l’incident ne dégénère en conflit armé.

Le texte signé en 1963 par le président irakien Hassan el Bakr et l’émir du Koweït, Cheikh Abdallah Al Salem Al Sabah, ne fut cependant jamais ratifié par l’Irak qui continuait de contester les frontières. L’accord fait en effet référence à un échange de lettres datant de 1932, lorsque l’Irak accéda à l’indépendance, entre le Premier ministre irakien Nouri Saïd et l’émir du Koweït, Cheikh Ahmed Al Sabah, dans lesquelles il est fait référence à un autre échange de correspondance en 1923, cette fois entre le haut-commissaire britannique en Irak sir Percy Cox et Cheikh Ahmed. Or, cet échange de 1923 auquel se réfèrent tous les textes successifs indiquent clairement la souveraineté koweïtienne sur les îles de Warba et Boubiyan.

Même après avoir reconnu du bout des lèvres l’indépendance de l’émirat, aucun dirigeant de l’Irak post-monarchique n’a jamais renoncé aux prétentions irakiennes sur ces deux îles. Durant toute la guerre irako-iranienne, Bagdad n’eut de cesse de demander au Koweït la cession de ces îles. Depuis le blocage du Chatt el-Arab, c’est-à-dire depuis le début du conflit, le seul débouché maritime de l’Irak était le chenal de Khor Abdallah qui, passant entre la péninsule de Fao et les îles de Warba et Boubiyan, menait à la seule base navale irakienne, Oum Qasr. Or, l’Irak, qui se considère comme un pays du Golfe, a toujours durement ressenti le fait de ne disposer que d’une étroite bande de terre côtière d’une soixantaine de kilomètres pour toute façade maritime. Bagdad, qui avait besoin de l’aide financière du Koweït et des facilités de transit pour acheminer vivres et armements par la route via l’émirat, n’exigeait plus la cession des deux îles, mais en demanda le prêt, puis à partir de 1984 leur location pour un bail de vingt ans. Ayant des doutes quant aux intentions à long terme d’un aussi puissant locataire, les dirigeants koweïtiens refusèrent avec constance, d’autant que l’Iran les avait avertis que la cession de Boubiyan à l’Irak serait pour Téhéran un casus belli. De surcroît, Bagdad refusait toujours de régler définitivement le litige frontalier. Afin de réaffirmer la souveraineté koweïtienne sur Boubiyan, le gouvernement koweïtien fit ériger à grands frais en 1983 un pont rattachant l’île inhabitée à la terre ferme. Un tel projet existait pour Warba. La fin de la guerre ne mit pas un terme à la dispute, bien au contraire. En février 1989, moins de six mois après le cessez-le-feu, le Premier ministre et prince héritier Cheikh Saad Abdallah se rendit à Bagdad avec l’espoir de parvenir à un accord définitif sur le tracé des frontières. La visite se passa fort mal. Les dirigeants irakiens reprochèrent à l’émir du Koweït de ne pas s’être précipité en Irak pour féliciter Saddam Hussein de sa « victoire », ils exigèrent du Koweït l’annulation de la dette irakienne à son égard et ne montrèrent aucun empressement à résoudre le différend frontalier.

Lorsque l’on met bout-à-bout les perles que constituent le discours du 17 juillet, la lettre de Tarek Aziz du 16 juillet, les différents pendants depuis la fin de la guerre Iran-Irak, et le contexte des deux tentatives d’invasion ratées de 1961 et 1973, le collier commence à prendre forme : l’Irak ne bluffe pas, il n’est pas en train de faire de la gonflette pour tendre artificiellement les prix du pétrole à l’approche de la réunion de l’OPEP à Genève du 25 juillet : il se prépare réellement à attaquer militairement son petit voisin méridional. C’est sur la base de ces éléments, tous dans le domaine public, que je me suis mis à rédiger ces deux articles diffusés dans les heures qui ont suivi sur les antennes de Radio France Internationale. Sans aucun résultat.

Les gouvernements occidentaux et la plupart des éditorialistes se sont laissés convaincre par les dirigeants arabes (Hussein de Jordanie, Yasser Arafat, Hosni Moubarak, notamment) qu’il ne s’agissait que d’un nuage d’été et d’une brouille passagère comme il en existe tant entre les pays arabes et qu’ils se faisaient fort de réconcilier Koweïtiens et Irakiens. L’invasion du 2 août 1990 a montré qu’il n’en a rien été et le reste appartient désormais à l’histoire.

Livrons-nous, quelques instants, à un exercice futile : que se serait-il passé si mes papiers étaient tombés dans l’oreille de quelque décideur gouvernemental français qui, à son tour, aurait alerté ses alliés en Europe et aux États-Unis afin d’empêcher Saddam Hussein de mettre en œuvre ses funestes projets ?

Des centaines de milliers, probablement des millions de vies, auraient été épargnées ; des centaines de milliards de dollars n’auraient pas été dissipés en fumée dans les dépenses de la guerre (des guerres, en fait) et dans le manque à gagner de l’économie irakienne dévastée pour des décennies, tandis que les puits de pétrole koweïtiens étaient à rebâtir ; peut-être même l’État islamique (Daesh), né de la frustration d’anciens officiers baathistes alliés aux jihadistes, n’aurait-il jamais vu le jour, pas davantage qu’Al Qaïda, dont le développement s’est nourri de la présence militaire américaine sur le sol saoudien après l’invasion du Koweït par l’Irak.

Arrêtons-là : cette réalité alternative, comme dans les romans de science-fiction, n’a jamais existé et n’existera jamais. Mais il n’est pas complètement absurde d’imaginer qu’elle aurait pu prendre corps, si ce scoop avait été pris au sérieux par ceux qui auraient dû le faire, mais qui ne l’ont pas fait, le laissant à l’état de scoop inutile, complètement inutile.

Il y a 40 ans, la naissance du Conseil de coopération du Golfe

Posted in Moyen-Orient by odalage on 22 mai 2021

Le 26 mai 1981, les six monarchies pétrolières de la Péninsules arabique créaient le Conseil de coopération du Golfe (CCG) à Abou Dhabi. Jeune correspondant dans le Golfe pour plusieurs médias français, j’ai alors couvert cet événement. Quelques années plus tard, j’en ai fait le récit dans le livre que j’ai publié en 1985 avec Gérard Grzybek, Golfe, le jeu des six familles. Voici le chapitre consacré à cet épisode.

Par Olivier Da Lage

Un syndicat de dynasties

«Nous sommes une part de gâteau très appétissante. Il y a beaucoup de gens qui voudraient en avoir une tranche.»

Mohammed ABDO YAMANI, ministre saoudien de l’Information, Newsweek, 6 mars 1978

Ce mardi 26 mai 1981, six hommes se congratulent dans une salle de l’hôtel Intercontinental d’Abou Dhabi, isolé du monde par d’imposantes forces de sécurité. S’ils n’étaient liés, en tant que chefs d’État musulmans, par certaines obligations, nul doute qu’ils sableraient le champagne. A eux seuls, ils représentent plus de la moitié de la production de l’OPEP, et un revenu moyen par habitant qui est le plus élevé du monde. Avec la bénédiction de la Ligue arabe, représentée par son secrétaire général Chadli Klibi, et de l’Organisation de la conférence islamique, personnifiée par Habib Chatty, les souverains d’Arabie Saoudite, de Bahreïn, de Qatar, des Émirats arabes unis, du Koweït et du Sultanat d’Oman viennent de créer le Conseil de coopération du Golfe arabe, qui sera plus connu sous l’appellation de Conseil de coopération du Golfe (CCG). Entre ces hommes, il y a beaucoup de non-dit. Des décennies de luttes d’influence entre cheikhs de tribus voisines et concurrentes, luttant pour l’hégémonie sur une région. Puis, lorsque la manne pétrolière fait son apparition, combattant âprement pour une délimitation des frontières à leur profit. Ce fut le cas de l’oasis de Bouraymi, que se disputèrent Oman, l’Arabie et ce qui devait devenir la Fédération des Émirats arabes unis.

Des meurtres, des alliances, des trahisons ont jalonné ce siècle d’histoire de la Péninsule arabique. Des querelles religieuses sont venues se surajouter aux disputes tribales, les wahhabites cherchant à imposer leur influence sectaire à toute la Péninsule, et se heurtant, en dehors de l’Arabie Saoudite et de Qatar, à la résistance des populations, notamment celle de Koweït, quand ce n’est pas à la franche hostilité de cette secte « hérétique » des kharijites ibadites qui domine Oman.

Ils sont là tous les six. Zayed, le grand bédouin, désormais chef incontesté de la Fédération, qui a fini par triompher de son rival Rachid, le cheikh de Dubaï. Il est l’hôte de ce sommet et se fait appeler « monsieur le président ». Authentique homme du désert, né en 1918, Cheikh Zayed bin Sultan Al Nahyan a connu la faim dans sa jeunesse. Comme les bédouins avec lesquels il a passé les vingt premières années de sa vie, il parle un arabe qui ferait honte à un citadin éduqué : lors de ses conférences de presse, un assistant répète en arabe classique les paroles exprimées d’une voix sourde avec l’accent bédouin du chef de l’État. Mais Zayed est loin d’être un nomade ignorant. II veut avoir une vision à long terme de l’avenir de son peuple ; « le pétrole, Allah me l’a donné, Allah peut me le reprendre », répète-t-il souvent, l’air songeur. Mais il ne reste pas assis sur ses caisses d’or comme le faisait, dit-on, son frère Chakhbout, émir avant lui, dont la pingrerie était proverbiale. Cette avarice a été déterminante dans le déclenchement, en 1966, d’une révolution de palais au cours de laquelle la famille l’a forcé à laisser la place à Zayed, le conciliateur généreux. Zayed paraît à l’aise aussi bien avec la tradition qu’avec le monde moderne. Homme de synthèse, ce chef d’État peut disparaître un mois au Pakistan pour se livrer à la chasse au faucon, le noble sport bédouin par excellence, sans qu’aucun événement, quelle que soit sa nature ou sa gravité, puisse le faire revenir à Abou Dhabi. De même, pour rien au monde Zayed ne manquerait la course de chameaux annuelle de Ryad. Tous ses invités de marque ont du reste droit à passer un après-midi sur un champ de courses pour voir s’affronter les chameaux des différentes écuries, à travers les longues jumelles que leur prête obligeamment Cheikh Zayed. En période de sécheresse, on le voit également diriger des prières pour la pluie, ou danser dans les villages en compagnie de ses sujets. C’est un homme simple. Il n’empêche, l’émir d’Abou Dhabi est tout aussi à l’aise avec les grands de ce monde, c’est un leader de stature internationale, qui émaille ses entretiens diplomatiques, tout comme ses interviews, de paraboles et de proverbes arabes, plus ou moins énigmatiques.

De tradition plus commerçante, l’émir du Koweït, Cheikh Jaber Al Ahmed Al Sabah, est plutôt proche de Zayed. Assez grand, il porte comme à l’accoutumée, à son arrivée à l’aéroport d’Abou Dhabi, de larges lunettes noires. Lui aussi se veut diplomate d’envergure mondiale. A ce sommet, il représente le seul des six pays à entretenir des relations avec le bloc socialiste et, trois mois plus tôt, il vient d’organiser des élections législatives pour réactiver le parlement que son prédécesseur avait dissous en 1976. Jaber n’est pas disposé à se laisser impressionner par la puissance wahhabite. Après tout, c’est du Koweït, où il avait trouvé refuge grâce à la munificence des Al Sabah, que Ibn Saoud a lancé en 1902 1’expédition qui lui a permis de conquérir le Nejd et sa capitale Ryad. Près de deux siècles plus tôt, les Al Sabah avaient offert l’asile à leurs cousins Al Khalifa qui s’apprêtaient à reprendre Bahreïn aux Perses. Cela fait deux dynasties qui sont redevables de leur trône aux Al Sabah.

Cheikh Isa bin Salman Al Khalifa, le petit émir de Bahreïn, n’a pas de ces ambitions planétaires, à l’instar de Jaber ou Zayed. Noble parmi les nobles, à la différence d’un Al Thani de Qatar ou d’un Al Nahyan d’Abou Dhabi, il préside depuis 1961 aux destinées du premier État pétrolier du Golfe — historiquement parlant — côté arabe. Mais aujourd’hui, son pétrole est presque entièrement épuisé, et la richesse de son pays provient bien davantage de la générosité de ses voisins qui acceptent de bon cœur que Bahreïn soit le lieu où se réalisent de grands projets industriels communs. Entièrement dépendant de l’Arabie Saoudite, très anglophile et résolument pro-américain, Cheikh Isa est aussi le plus libéral de tous sur le plan des mœurs, et son pays, qui doit tant à la présence des étrangers, fait beaucoup pour que le séjour à Bahrein leur soit agréable en leur épargnant les habituelles tracasseries religieuses et parareligieuses qu’impose, pour ne citer qu’elle, l’Arabie Saoudite.

Ni diplomate, ni libéral, l’émir de Qatar, Cheikh Khalifa bin Hamad Al Thani, se contente d’être un riche autocrate, se comportant en chef d’entreprise tatillon, régentant toutes les affaires du pays, les grandes comme les petites, pour le plus grand profit de la minorité qatarie qui y réside. Né en 1930, Khalifa, à n’en pas douter, est un travailleur infatigable. Contrepartie de cet acharnement au travail : il déteste déléguer son pouvoir de décision. Ce qui explique que pas un instant Khalifa n’ait songé à promulguer une constitution, et encore moins à faire élire un parlement, à l’instar de Bahreïn ou du Koweït. Son trône, il le doit largement aux Britanniques qui, avant l’indépendance en 1971, imposent à Cheikh Ahmed, alors gouverneur en titre, mais notoirement incapable de diriger un pays, que Khalifa soit nommé Premier ministre et vice-émir. Moins de six mois après, Khalifa profite de ce qu’Ahmed est en voyage en Iran pour le faire déposer par un conseil de famille et prendre sa place.

Bien différent de ces émirs est le sultan Qabous. Petit homme enturbanné, le visage régulier, doux, au teint cuivre qu’ont les Omanais — riches d’une longue histoire de métissage entre Indiens, Arabes et Africains de la Corne -—, ce petit homme aux nerfs d’acier, au collier de barbe poivre et sel, a un port altier. Il se sait isolé. Il a dû faire preuve de fermeté, pour ne pas dire de férocité afin de conserver son trône, menacé par la rébellion du Dhofar. Son voisin, le Sud-Yémen, cherche à le déstabiliser. Sa force de caractère, Qabous en a fait preuve lorsqu’il a évincé son père, le sultan Sa’id bin Taymour, en juillet 1970, par un coup d’État organisé avec l’aide des services secrets britanniques. Dans ce club des puissants du Golfe, il est un peu un membre à part. Seul parmi ses pairs, il s’est fait l’avocat d’une coopération militaire au grand jour avec les États-Unis. Mais Qabous est têtu comme une mule et, sans se soucier des nombreuses critiques, il entretient les meilleurs rapports avec Washington à qui il ouvre toutes grandes ses bases.

Enfin, le vieux roi d’Arabie, Khaled ibn Abdelaziz, l’un des 37 ou 39 fils « légitimes » connus d’Ibn Saoud, qui a succédé à son demi-frère Fayçal après l’assassinat de celui-ci, le 25 mars 1975. Il a le sourire triste et las d’un homme usé, miné par la maladie. Avant même de devenir le roi d’Arabie, Khaled a subi en 1972 et en 1978 une opération à cœur ouvert. En raison de sa mauvaise santé, mais aussi parce que c’est davantage par devoir que par goût qu’il dirige son pays, il délègue les tâches gouvernementales à son demi-frère Fahd, que la presse internationale dépeint invariablement comme « l’homme fort d’Arabie Saoudite ». Homme simple, Khaled n’a pas besoin d’apparat. Par la force des choses, en ce 26 mai 1981 — 26 rajab 1401, dans le calendrier musulman —, le pays fondé par son père est le parrain naturel de toute alliance régionale et son hégémonie est indiscutable. Mais Khaled est bien placé pour savoir à quel point son royaume est un géant fragile : au mois de novembre 1979, il a échappé de peu à l’assassinat et son trône a vacillé lors de l’occupation de la Grande Mosquée de La Mecque.

La révolution islamique : une menace commune

Tout cet héritage fait de déchirements, les six têtes couronnées qui viennent de faire alliance ne peuvent l’oublier. Il est constitutif de leur histoire, de la géopolitique de la Péninsule. Mais aujourd’hui, ce qui les réunit est beaucoup plus fort. Six monarchies pétrolières sont menacées de déstabilisation, en raison à la fois des tensions sociales engendrées par un développement trop rapide, et des convoitises attisées par le formidable pactole qui s’est accumulé, avec l’aide d’Allah, dans leurs nations. Un ennemi avoué s’est déclaré : la République islamique de l’ayatollah Rouhollah Khomeiny qui ne cesse de faire dénoncer par ses adjoints la « corruption de ces pétro-monarchies tyranniques ». Avec le Conseil de coopération du Golfe, un syndicat de dynasties est né.

L’idée d’une coopération régionale dans le Golfe a fait son chemin. A l’origine, c’est l’Iran qui en était le promoteur, à l’époque de Chah Reza Pahlavi. En 1975, avec l’aide des forces armées iraniennes, le sultan Qabous peut annoncer que la rébellion du Dhofar est écrasée. L’Iran et Oman signent un accord de coopération militaire le 2 décembre 1975 ; l’accord prévoit entre autres le contrôle de la navigation dans le détroit d’Ormuz. A cette date, l’Iran est plus fort que jamais et se pose en « gendarme » régional. D’où l’idée lancée par le Chah d’un pacte de sécurité collective signé par tous les pays riverains du Golfe. Le sultanat d’Oman reprend cette idée, soufflée par son allié iranien, et invite ces pays à se réunir à Mascate pour y discuter de la défense du détroit d’Ormuz. La réunion se tient en novembre 1976 au niveau des ministres des Affaires étrangères. L’Iran y propose une intégration militaire : une force multilatérale placée sous commandement unique serait chargée d’assurer la sécurité externe et intérieure des États signataires. L’idée heurte les Arabes qui y voient non sans raison une menace hégémonique du vieil ennemi perse. L’Irak, quant à lui, est franchement hostile, craignant que ce pacte soit une nouvelle mouture du CENTO moribond . L’Arabie Saoudite se tait et le Koweït tente en vain une médiation. Le représentant de Bagdad quitte la conférence avant même qu’elle soit terminée, précipitant son échec.

Peu après, les remous en Iran, puis la chute du Chahinchah en janvier 1979 disqualifient l’Iran pour de telles discussions. Si elles doivent reprendre, les Arabes resteront entre eux, d’autant que l’Iran n’est plus un allié potentiel envahissant, comme sous le chah. Depuis le retour de Khomeiny en effet, sa politique prend un tour agressif vis-à-vis des monarchies arabes de l’autre rive du Golfe. L’Irak profite de cet affaiblissement de l’Iran pour se poser en nouveau — et désormais unique — gendarme de la région, au grand déplaisir des régimes arabes conservateurs. Ces derniers n’ont pas oublié que la dernière tentative baasiste de mettre la main sur le Koweït remonte à 1973 seulement. Et la puissance militaire irakienne inquiète, d’autant que Bagdad, sans beaucoup de tact ni de discrétion, ne perd pas une occasion de la mettre en avant, proposant avec insistance aux Émirats arabes unis de les aider à récupérer les trois îles du détroit d’Ormuz (Abou Moussa, la grande et la petite Tomb), occupées par les troupes du chah à la veille de l’indépendance des Émirats.

Mais c’est en l’absence de Saddam Hussein, qui n’a pas été convié, que se réunissent, à l’invitation du roi Khaled, les six chefs d’État du futur Conseil de coopération du Golfe, le 27 juin 1979, à Khamis Mouchayt, dans la province de l’Asir, près de la frontière yéménite. Du reste, Khaled n’a pas invité que des chefs d’État. Le Premier ministre nord-yéménite a été convié en voisin, ainsi que les principaux cheikhs du Golfe. Même ceux qui appartiennent à des familles moins prestigieuses que les Al Khalifa de Bahreïn ou les Al Sabah de Koweït ont également été priés de venir assister à des manœuvres militaires organisées par l’armée du royaume, auxquelles prennent part 40 000 membres des tribus de l’Asir et du Qahtan, de même que des chasseurs F-5 de l’aviation du prince Sultan. Les manœuvres de Khamis Mouchayt se déroulent également en l’absence du sultan d’Oman. Ce sommet informel de l’Asir est suivi en octobre d’une réunion des ministres des Affaires étrangères, à Taëf. Cette fois, l’Irak est représenté. Au menu des discussions : la sécurité du détroit d’Ormuz. Malgré l’opposition de Bagdad, le sultanat d’Oman reçoit l’accord tacite de ses voisins pour permettre à l’armée américaine d’utiliser ses bases ; mais une certaine réticence se dessine sur les conséquences d’une telle alliance stratégique. Quoi qu’il en soit, les sujets de conversation ne manquent pas. Durant l’été, pendant le Ramadan — mois politique entre tous Bahreïn et le Hasa, la province est de l’Arabie Saoudite, ont été la proie d’une vive agitation au sein de la communauté chiite, agitation encouragée par les émissions de Radio-Téhéran. Ce même mois de septembre, un ayatollah iranien a demandé à la population de Bahreïn de renverser la dynastie des Al Khalifa.

Peu après, au mois de février 1980, le président irakien Saddam Hussein lance l’idée d’une « Charte nationale arabe » rejetant toute présence militaire étrangère dans la région. C’est une pierre dans le jardin du sultan Qabous. Pour calmer Saddam, et parce que cela n’engage pas à grand-chose, les dirigeants du Golfe, Qabous excepté, se montrent intéressés par le projet et murmurent des commentaires poliment approbateurs, tandis que le lobby irakien se déchaîne dans de nombreux journaux, faisant vibrer la vieille corde, pas encore usée, du nationalisme arabe. Mais au fond d’eux-mêmes, les dirigeants conservateurs du Golfe commencent à être prodigieusement irrités. Ils trouvent que Saddam en fait trop et que son amitié est bien étouffante. Pour l’heure, ils sont pris dans une contradiction. Impossible, sous peine d’émeutes, de se jeter ouvertement dans les bras américains. Par ailleurs, l’armée irakienne est la seule force militaire capable de contenir les ambitions iraniennes, si elles devaient s’exprimer par la force. Huit mois plus tard, l’aventure guerrière dans laquelle se lancera le chef de l’État irakien contre l’Iran se chargera de résoudre ce dilemme en affaiblissant les deux belligérants, pour la plus grande satisfaction — silencieuse, bien sûr — des monarques de la Péninsule.

Les conditions permettant la constitution d’une alliance régionale sans l’Irak sont créées, grâce au président irakien lui-même. Ce n’est donc pas une coïncidence si la création du CCG a été annoncée à Ryad le 4 février, quatre mois seulement après le déclenchement du conflit. En fin de compte, le CCG a pour marraine la révolution islamique et pour parrain le conflit irako-iranien.

L’Irak tenu à l’écart

Avant d’avoir un corps, le Conseil de coopération du Golfe avait une réalité : les innombrables organismes communs qui rassemblaient les six pays du futur CCG, plus l’Irak. Depuis la réunion des ministres de l’Information du Golfe le 4 janvier 1976 à Abou Dhabi, à laquelle sont représentés Bahreïn, les EAU, Qatar, le Koweït, l’Arabie Saoudite, Oman et l’Irak, Bagdad, qui fait son entrée dans le club, est de toutes les réunions. Les projets d’université, de développement médical, de production télévisée, de fabrication de médicaments, la création de l’agence de presse du Golfe (GNA) et bien d’autres réalisations trouvent en l’Irak un partenaire et un associé enthousiaste et actif. La mise en place des institutions spécialisées du CCG, à terme, ne peut qu’avoir pour conséquence la mise à l’écart progressive de l’Irak de ces institutions. Mais engagé dans sa guerre, l’Irak n’a guère le choix : bien à contrecœur, Saddam Hussein doit supporter cet isolement qui lui a, semble-t-il, été signifié au sommet arabe d’Amman, en novembre 1980. Officiellement, et pour rassurer l’Iran, on affirme bien fort que le CCG n’est pas un pacte ni une alliance dirigée contre qui que ce soit. Dans ces conditions, il ne saurait être question d’accepter l’Irak au sein du CCG nouvellement créé :Téhéran ne manquerait pas d’y voir un casus belli ou, tout au moins, d’interpréter cette adhésion comme un geste hostile de la part des pays arabes du Golfe. L’explication ne manque pas de logique et le président irakien fait semblant d’y croire, d’autant qu’au même moment, il a un besoin vital des subsides des États du Golfe pour soutenir son effort de guerre. Mais elle fournit surtout un excellent prétexte pour se retrouver entre soi.

Les « Six » ont tout pour les unir : religion, système politique, économies reposant très largement sur le pétrole, devises liées aux fluctuations du dollar et une forte présence de main-d’œuvre immigrée. Pour la forme, la porte est restée entrouverte. Les Six affirment que rien ne s’oppose, dans l’avenir, à ce que d’autres les rejoignent. Cela à l’intention des deux Yémen et de l’Irak. Le cas de l’Irak a été évoqué plus haut. Quant aux deux Yémen qu’il a bien fallu rassurer — c’est Cheikh Jaber, l’émir du Koweït, qui s’en est chargé en se rendant à Aden et Sanaa , nul ne peut sérieusement croire que les monarques aient l’intention d’admettre en leur sein le Sud-Yémen marxiste, méfiance dont le bien-fondé apparaît le 28 août 1981, lorsque Aden signe un traité d’amitié avec l’Éthiopie et la Libye, deux autres alliés de Moscou. C’est d’ailleurs en réponse à cette alliance que l’on rappelle à l’intention du Nord-Yémen que la charte du CCG prévoit la possibilité d’un élargissement. Encore une fois, il est peu vraisemblable que les six nantis de la Péninsule aient voulu ouvrir leur club très fermé à ce prolétaire qu’est le Nord-Yémen. Qu’un statut de membre associé ait été envisagé pour Sanaa n’est en revanche pas exclu.

Mais si le regroupement des six pays riches et conservateurs de la Péninsule fait grincer des dents chez leurs voisins, dans le reste du monde arabe, en dépit de la bénédiction rituelle que vient apporter Chadli Klibi au nom de la Ligue Arabe, qui par principe, doit encourager tout ce qui de près ou de loin va dans le sens de 1’« union arabe », cette association ne fait pas que des heureux. Chez les producteurs d’or noir, on observe, bien entendu, que le comité pétrolier du CCG préparera les réunions de l’OPEP. C’est donc la constitution d’un front conservateur homogène au sein du cartel. Les pays producteurs de pétrole du Golfe, à n’en pas douter, feront bloc derrière Ryad, davantage encore que par le passé. Plus généralement, les pays du Front de la fermeté, qui, à l’époque (1981), sont à peu près les seuls à présenter de façon systématique une position unie, voient ainsi leurs adversaires resserrer les rangs, contrebalançant leur influence.

Sur le plan international, si Washington se réjouit bruyamment — trop, au goût des dirigeants du Golfe — de la constitution du CCG, Moscou voit sans plaisir la formation de ce bloc pro-américain. Le 10 février 1981, l’agence Tass reproduit un article de la Pravda soupçonnant le CCG à naître d’être avant tout une alliance militaire, bien plus qu’un organisme de coopération économique, fondant ses reproches sur ce qu’en dit la presse américaine. Lors de sa visite à Moscou, le chef de la diplomatie koweïtienne, Cheikh Sabah, se charge de rassurer Andrei Gromyko, soulignant à cette occasion que son pays juge positifs plusieurs points du plan Brejnev sur la sécurité du Golfe. L’histoire ne dit pas s’il a ôté toute inquiétude de l’esprit des dirigeants soviétiques. Mais, cherchant à rassurer Moscou, le Koweït a sans nul doute inquiété les Omanais.

Koweit contre Oman

Car d’un bout à l’autre de ce sommet d’Abou Dhabi, la constitution du CCG a été marquée par l’opposition très vive entre la position d’Oman et celle du Koweït. Oman, que l’histoire des dix années précédentes ont rendu hypersensible au « danger communiste », ne voit qu’avantages à une alliance ouverte avec Washington, lui offrant si nécessaire les bases militaires demandées. Pour le sultanat, les dangers du moment, surtout depuis que l’imam Khomeiny a pris en main la destinée de l’Iran, font de la sécurité du Golfe une question prioritaire. Le dernier soldat iranien a évacué le territoire omanais en juillet 1979. Une page d’histoire vient alors de se tourner. Seule réponse possible, selon Mascate, au changement des conditions géopolitiques : la constitution d’une alliance militaire régionale. Comme celleci — les Omanais en sont bien conscients n’aura pas les moyens d’être viable par elle-même, il faut donc qu’elle soit complétée par une alliance claire et solide avec l’Occident, et avant tout avec les États-Unis. Les Koweïtiens voient la chose d’une tout autre façon. Leur politique officielle de non-alignement leur interdit de se ranger sous le parapluie américain. Mais, outre l’effet déplorable qu’elle ferait au sein du mouvement des non-alignés et, plus généralement, dans les pays du tiers monde, une telle alliance serait aux yeux des Koweïtiens un cadeau pour la propagande soviétique. Les « durs » du monde arabe ne manqueraient pas d’exploiter les sentiments nationalistes et anti-américains de leurs sujets. Loin d’être un facteur de stabilité, l’ancrage avoué à l’ouest serait au contraire un risque considérable pour ces fragiles États. De plus, se sentant menacée, l’Union soviétique ne manquerait pas de chercher à accroître son influence dans cette région dont on cherche à l’écarter.

Ce n’est donc pas, comme on l’a écrit par erreur, que le Koweït se désintéresse de la sécurité du Golfe. Pour les Koweïtiens, la coordination des politiques militaires doit apparaître comme une étape logique du développement du CCG et non comme le but premier de sa création. En dépit de la vive opposition d’Oman, qui veut d’emblée jouer cartes sur table, les dirigeants saoudiens font mine de se ranger à l’avis des Koweïtiens. Et dans les couloirs de la conférence, les délégués du Koweït se répandent à profusion, répétant à qui veut les entendre qu’au fond la philosophie du CCG est directement inspirée par leur pays. De fait, le document final rappelle beaucoup le projet initial divulgué par les Koweïtiens. Le CCG sera d’abord et avant tout un marché commun. L’objectif n o 2 sera la constitution d’une monnaie unique, le « dinar du Golfe ». Enfin, mais cela n’apparaît que comme une incidence, le CCG se préoccupera de la sécurité collective de ses membres. En apparence au moins, Oman s’est incliné. Durant ce sommet, on a beaucoup parlé du « papier omanais », un document secret dont l’existence a d’abord été niée, sur la sécurité du Golfe. Sa discussion a finalement été renvoyée aux sommets ultérieurs.

Les six chefs d’État conviennent de se rencontrer lors d’un sommet annuel dans chacune des capitales à tour de rôle. Leurs ministres des Affaires étrangères se verront tous les six mois, ou davantage si la situation l’exige. Le secrétaire général est un diplomate koweïtien, Abdallah Bicharah, ancien représentant de son pays aux Nations unies, qui s’était rendu célèbre en organisant à son domicile une rencontre entre l’Américain Andrew Young et l’observateur de l’OLP à l’ONU, Terzi. Mais si le poste de secrétaire général, qui peut changer, est attribué en premier à un Koweïtien, il est beaucoup plus significatif que la capitale saoudienne, Ryad, soit choisie pour siège permanent du CCG.

Préoccupations sécuritaires

A observer l’évolution ultérieure du CCG, on a cependant le très net sentiment que ce sont les Omanais qui ont le plus influencé le cours des décisions, si l’on tient compte de la vertueuse indignation qui s’exprimait, lors des premiers pas du CCG, dès qu’il était question d’offrir des bases aux Américains. Son appartenance au CCG n’a pas empêché Oman de participer aux manœuvres Bright Star II avec les Américains en décembre 1981. Sur le plan économique, les progrès suivent leur petit bonhomme de chemin, sans qu’il y ait rien de particulier à signaler. De temps à autre, pour la forme, tel ministre des Finances rappelle l’objectif de créer un « dinar du Golfe ». Comme l’urgence d’une telle décision n’a rien d’évident et que le dollar remplit parfaitement cette fonction, on oublie ce projet jusqu’à la fois suivante. En mars 1983, les citoyens du CCG ont en principe obtenu les mêmes droits que ceux des pays membres où ils se rendraient. Cependant, les correctifs sont nombreux. Par exemple, en théorie, l’idée que tout un chacun puisse acheter du terrain dans un autre pays du CCG sans restriction est séduisante. Mais, comme n’ont pas manqué de le faire remarquer les Bahreinis et les Qataris, à ce régime-là, une poignée de Saoudiens pourraient acheter leur pays en quelques jours. Dans l’ensemble, il est indéniable que l’intégration progresse, sans doute beaucoup plus rapidement qu’au sein de la Communauté européenne.

Pourtant, le caractère anodin de ce marché commun, tant voulu par le Koweït, n’y change rien ; les monarchies du Golfe ne cherchent plus, désormais, à dissimuler leurs préoccupations sécuritaires. Alors que leur premier souci à la fin de la décennie 70 était de convaincre le monde que leur région était un havre de stabilité, au début des années 80, les souverains de la Péninsule entendent faire savoir que la sécurité de leur région les préoccupe et qu’ils la prennent en main. Trois ans après la formation du Conseil de coopération du Golfe, Abdallah Bicharah reconnaissait, lors d’un colloque tenu à Oxford, qu’entre mai et décembre 1981 les dirigeants du Golfe ont relativement peu parlé de la guerre qui faisait rage entre l’Irak et l’Iran depuis septembre 1980. Jusque-là, leur attention était accaparée par le différend entre Oman et le Sud-Yémen que s’efforçaient de résoudre les médiateurs du Koweït et des EAU. L’intégration économique les passionnait davantage que le kriegspiel de Bagdad et de Téhéran. C’est la découverte d’une tentative de coup d’État à Bahreïn, en décembre 1981, qui a constitué le déclic, le tournant dans les préoccupations. Quelles qu’aient pu être les raisons à l’origine de la création du CCG, Bicharah reconnaît par là même que ce qui hante désormais ses dirigeants, c’est l’obsession de la sécurité.


Lire également : Coopération et obsession de la sécurité (mars 1982)

Pakistan, Inde, Chine. Réalignement des planètes en Asie du Sud

Posted in Inde, Moyen-Orient by odalage on 19 janvier 2021

Par Olivier Da Lage

Cet article est initialement paru sur Orient XXI le 19 janvier 2021 en français, en anglais, en arabe et en espagnol

Lentement, silencieusement, les vieilles alliances forgées durant la Guerre froide en Asie du Sud se modifient. Le Pakistan, l’Inde et la Chine infléchissent leurs politiques étrangères, loin de toute considération idéologique, mais en fonction de ce qu’ils perçoivent comme leurs intérêts nationaux.

Depuis le milieu des années 1950, le cadre était bien défini : au nom d’un anticommunisme partagé, les États-Unis s’appuyaient sur le Pakistan auquel ils ne ménageaient pas leur soutien. Ils savaient pouvoir compter sur l’appui politique (et financier) de l’Arabie saoudite pour maintenir à flot le jeune État né en 1947 au nom de l’islam. On avait pu voir une illustration magistrale de cette triple alliance au début des années 1980 pour soutenir le combat des moudjahidines afghans face à l’Armée rouge.

L’Inde de son côté, officiellement non alignée, penchait en réalité significativement du côté soviétique qui lui avait apporté tout son appui à l’issue de l’affrontement militaire sino-indien, achevé par la déroute indienne dans les montagnes himalayennes.

Le dégel sino-américain intervenu dans les années 1970 à l’initiative du président Richard Nixon était venu compléter l’ensemble : Pékin et Washington ayant en commun un antisoviétisme intransigeant, rien ne s’opposait à ce que la Chine se rapproche du Pakistan dans une alliance de revers visant notamment l’Inde, qui partage ses deux frontières terrestres les plus longues avec ces deux pays qui lui ont livré les seules guerres de son existence depuis l’indépendance de 1947.

Le «non» d’Islamabad à MBS

Les premières tensions visibles entre Riyad et Islamabad sont apparues en 2015. En avril, alors que l’Arabie saoudite venait de déclencher quelques jours auparavant l’opération Tempête décisive, autrement dit une campagne de bombardements aériens du Yémen à la tête d’une coalition, le Pakistan a fait savoir officiellement que contrairement aux informations diffusées par l’Arabie, il n’était pas partie prenante de cette coalition.

Afin de clarifier les choses et de soutenir les efforts du gouvernement d’Islamabad face aux pressions saoudiennes, un vote du Parlement pakistanais interdit à celui-ci de s’engager dans une telle coalition. Quelques mois plus tard, l’homme fort de l’Arabie, Mohamed ben Salman (MBS), qui n’est alors «que» ministre de la défense et vice-prince héritier, annonce le 14 décembre 2015 la constitution d’une «coalition antiterroriste» composée de 34 pays musulmans. Mais dans les jours qui suivent, trois des pays cités par MBS font savoir qu’ils n’ont pas donné leur accord : le Liban, la Malaisie et à nouveau le Pakistan.

Pour apaiser ces crispations dommageables pour les deux parties, le gouvernement pakistanais autorise en mars 2016 son chef d’état-major Rahil Charif, qui vient de prendre sa retraite, à prendre le commandement militaire de la coalition. L’honneur est sauf pour les deux pays, mais il ne règle en rien les différends de fond.

Des années durant, l’alignement du Pakistan sur l’Arabie saoudite était l’un des axiomes de la géopolitique régionale, tout particulièrement du temps du général Zia Ul-Haq, au pouvoir entre 1977 et 1988 qui avait accentué l’islamisation du Pakistan avec l’appui saoudien. L’armée pakistanaise était discrètement présente dans le royaume pour garantir la pérennité du régime en cas de troubles au sein des forces armées saoudiennes, et l’Arabie assurait les fins de mois budgétaires du Pakistan, y compris le financement des recherches nucléaires qui devaient aboutir à la production par le Pakistan de la «bombe atomique islamique».

Si les intérêts stratégiques de Riyad et Islamabad étaient alignés pour l’essentiel, les inévitables désaccords étaient réglés dans la discrétion. À partir du moment où, en Arabie, l’essentiel du pouvoir a été concentré entre les mains de MBS, dont la patience et le tact diplomatique ne sont pas les qualités premières, les données ont changé du tout au tout. Un homme capable de retenir en otage le premier ministre libanais parce que sa politique intérieure ne lui convenait pas n’allait évidemment pas se sentir tenu de respecter les sensibilités du Pakistan, censé s’aligner sur la politique saoudienne. Les pressions brutales et visibles qu’il a exercées sur son allié pakistanais se sont, comme il était prévisible, révélées contre-productives et ont abouti à l’humiliation publique qu’a représentée le refus répété de participer aux deux coalitions montées par MBS.

De plus, les dirigeants pakistanais n’ont pas manqué de noter le manque d’enthousiasme de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) pour condamner les actions du gouvernement indien au Jammu-et-Cachemire et, tout dernièrement, l’Arabie a, semble-t-il, exigé le remboursement d’un prêt de 3 milliards de dollars (2,48 milliards d’euros) qu’elle avait consenti au Pakistan en 2018. En dépit de ses difficultés financières, au lieu de solliciter un report, le Pakistan s’est exécuté et, en décembre 2020, avait déjà remboursé 2 milliards (1,65 milliard d’euros), le solde devant être réglé courant janvier 2021. En d’autres termes, non seulement le mariage idéologico-stratégique forgé il y a un demi-siècle bat de l’aile, mais il semble même en voie de dissolution.

Des alliances de revers

Longtemps, l’Inde a tenté de garder de bonnes relations avec tout le monde (Pakistan et Chine exceptés), même si son non-alignement penchait clairement du côté de Moscou. Sans annoncer en tant que telle une réorientation des priorités diplomatiques de son pays, le premier ministre nationaliste hindou Narendra Modi a imprimé des inflexions sensibles à la politique étrangère indienne.

Ce nationaliste hindou réputé hostile aux musulmans et proche du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a créé la surprise en multipliant les visites dans les pays arabes du Golfe dès le début de son mandat, et tout particulièrement aux Émirats arabes unis. À l’issue de chacune de ses visites, le communiqué commun publié dénonçait non seulement le terrorisme, mais les États qui le favorisent ou le soutiennent. Le Pakistan, qui a parfaitement compris qu’il était visé, n’a pas tardé à éprouver l’efficacité de la realpolitik de Modi en constatant que les liens naguère très étroits qu’il avait avec l’Arabie saoudite ou les Émirats arabes unis se distendaient sensiblement. Ces alliances de revers dont il était la cible l’ont mis en difficulté auprès de ses alliés de longue date.

Les changements impulsés par Modi ne se limitent pas au Proche-Orient. Le rapprochement avec les États-Unis qui était une réalité du temps où le parti du Congrès dirigeait le pays, s’est accéléré depuis 2014 et davantage encore après l’élection de Donald Trump en 2016. Au-delà des liens personnels qu’ont forgés les deux dirigeants, c’est la menace chinoise qui constitue la trame de cette évolution, marquée principalement par la réactivation du Quadrilateral Security Dialogue lancé en 2004 par le Japon, l’Australie, les États-Unis et l’Inde — et plus connu sous son diminutif de «Quad». Mais ce groupement informel dénoncé par Pékin comme une OTAN asiatique est rapidement tombé dans un demi-sommeil devant le refus des Australiens et des Indiens d’en faire ouvertement une alliance antichinoise.

Les choses ont changé voici trois ans, en raison principalement de la politique suivie par Xi Jinping, perçue comme une menace par tous ses voisins asiatiques. En novembre 2020, les marines des quatre pays ont effectué leur plus important exercice naval dans l’Océan indien à la faveur des manœuvres «Malabar». Le Quad n’est toujours pas une alliance formelle, mais il s’en rapproche quand même sensiblement, ce qui provoque la fureur de Pékin, mais aussi le mécontentement de Moscou, qui n’a jamais admis non plus le concept d’«Indo-Pacifique» qui, au-delà du Quad, rassemble d’autres pays riverains des océans Indien et Pacifique, y compris la France. Cette approche stratégique et militaire, ostensiblement tournée contre la Chine, marginalise également la puissance russe.

C’est dans ce contexte qu’il faut sans doute comprendre le report sine die du sommet annuel russo-indien prévu à l’automne et qui s’était jusque-là tenu chaque année depuis 2000, lorsqu’avait été signée la Déclaration sur le partenariat stratégique Inde-Russie. La raison invoquée — la pandémie de Covid-19 — ne doit pas faire illusion. Aussi bien le président russe Vladimir Poutine que le premier ministre indien Narendra Modi ont multiplié en cette fin 2020 les vidéoconférences avec les principaux dirigeants du monde. Les causes du mécontentement russe ont été évoquées plus haut. Quant à l’Inde, elle n’a semble-t-il guère apprécié les tentatives de médiation russe dans le conflit frontalier au Ladakh entre l’Inde et la Chine, Moscou étant soupçonnée d’être trop favorable au point de vue chinois.

Crise de confiance avec Moscou

À ce stade, il convient d’insister sur un point capital : l’essentiel de la politique extérieure et sécuritaire du Pakistan est déterminé par un seul et unique facteur : l’hostilité à l’Inde, doublée de la crainte qui n’est pas seulement théorique d’une intervention militaire de son grand et puissant voisin. Cette peur est entretenue par la rhétorique martiale et belliqueuse de nombreux dirigeants du Parti indien du peuple (Bharatiya Janata Party, BJP) au pouvoir et des médias qui leur sont proches, encourageant Narendra Modi à multiplier les «frappes chirurgicales» en territoire pakistanais. Elle justifie la réelle paranoïa pakistanaise, surtout depuis que l’aviation indienne a effectué en février 2019 une incursion dans l’espace aérien pakistanais, au-delà du territoire de la partie du Cachemire sous administration pakistanaise. Elle nourrit aussi, bien entendu, l’emprise de l’armée et des services secrets (Inter-Services Intelligence, ISI) sur les institutions du Pakistan.

C’est à l’aune de cette vision du monde et à la lecture des évolutions intervenues récemment qu’il faut lire l’approche actuelle des autorités pakistanaises. Le Pakistan s’adapte, lui aussi, à cette nouvelle donne. Le pays a une image déplorable en Occident et il en a parfaitement conscience. Ses actions (ou inaction vis-à-vis de mouvements terroristes) en sont largement responsables, mais ce n’est pas une raison pour sous-estimer ses capacités à tirer les leçons qui s’imposent des dynamiques récentes. L’Inde se rapproche des États-Unis? Le Pakistan en fait autant avec la Russie. Longtemps, Moscou a été l’allié des bons et mauvais jours pour l’Inde. Le pays sur lequel l’Inde a pu compter après la débâcle de 1962 face à la Chine, avec lequel elle a signé en août 1971 un «traité de paix, d’amitié et de coopération», juste avant la guerre de sécession du Pakistan oriental qui a donné naissance au Bangladesh grâce à l’intervention militaire indienne, et en l’absence de toute immixtion chinoise, Pékin étant dissuadée d’intervenir du fait de cette alliance politico-militaire qui ne disait pas son nom.

Mais la Russie, privée ces dernières années de son rôle de principal fournisseur d’équipements militaires de l’Inde par Israël, la France et les États-Unis, s’est à son tour tournée vers le Pakistan en lui livrant quelques hélicoptères et avions de combat, et engageant des discussions pour la livraison de chars. Bien entendu, le marché pakistanais ne saurait se comparer au marché indien, mais le signal en direction de New Delhi était suffisamment clair pour que l’Inde, au grand déplaisir des États-Unis, commande ces derniers mois le système de défense aérienne russe S-400 pour une valeur estimée à 5,4 milliards de dollars (4,4 milliards d’euros).

Quoi qu’il en soit, dans le sous-continent, la relation entre l’Inde et la Russie n’est plus exclusive, et c’est un indice de la crise de confiance qui s’est installée ces dernières années entre Moscou et New Delhi.

Privé de l’appui garanti des États-Unis (et d’autres pays occidentaux) et des monarchies du Golfe, le Pakistan n’est pas dépourvu pour autant d’autres options. Lorsqu’il regarde autour de lui, il constate que des pays musulmans (non arabes, comme lui) parviennent à tenir tête à l’Arabie saoudite et à lui contester son influence : la Turquie, l’Iran, la Malaisie. Très logiquement, le Pakistan s’est rapproché de la Turquie et de la Malaisie tout en faisant de son mieux pour effacer les sources de tensions qui l’opposaient à l’Iran.

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont, semble-t-il, fait pression sur Islamabad pour que le Pakistan rejoigne les rangs des pays musulmans qui normalisent leurs relations avec Israël. Le gouvernement pakistanais s’y est jusqu’à présent refusé, mais c’est sans doute la raison pour laquelle il a fait fuiter récemment des informations surprenantes sur les visites secrètes effectuées en Israël par des responsables pakistanais, y compris des membres de l’opposition.

Si l’Inde de Narendra Modi a entrepris de redessiner la géopolitique de la région, le Pakistan entend ne pas être en reste et répond à sa façon au nouvel axe constitué par les États-Unis, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Israël en lui opposant une forme d’alliance composée de la Chine, de la Turquie, de l’Iran, de la Malaisie, tout en essayant de gagner la neutralité bienveillante de la Russie.

La configuration géostratégique actuelle est donc faite d’un ensemble d’actions-réactions dans ce qui ressemble à un jeu à somme nulle où du reste, la plupart des acteurs, hormis sans doute les États-Unis et la Chine, se gardent bien de mettre tous leurs œufs dans le même panier. Lorsque l’Inde se rapproche trop ouvertement des États-Unis, la Russie fait un pas en direction du Pakistan. Quand ses anciens alliés (Arabie saoudite et Émirats arabes unis) semblent prendre le parti de l’Inde, le Pakistan se rapproche des adversaires de ces monarchies de la Péninsule arabique.

Au fond, pas de basculement brutal, mais un changement relatif des équilibres qui reste mouvant, l’hostilité ou la méfiance n’excluant pas un certain degré de coopération, même entre l’Inde et la Chine. Mais au bout du compte, c’est bien à un réalignement des planètes selon un nouveau paradigme auquel on assiste actuellement en Asie du Sud.

Nationalisme, de Rabindranath Tagore

Posted in Inde by odalage on 7 janvier 2021


Je suis très heureux d’annoncer la réédition de Nationalisme, ouvrage majeur de Rabindranath Tagore paru en 1917 avec une présentation de mon cru. Disponible sur Amazon au format Kindle ou en version imprimée.

Nationalisme, recueil de trois conférences prononcées en anglais aux États-Unis et au Japon en 1916, est un message au monde et aux Indiens pour mettre ces derniers en garde contre le fléau qui déchire et ensanglante l’Europe au même moment. C’est un constat clinique qui frappe le lecteur par sa lucidité et son caractère prémonitoire. Il n’en est que plus nécessaire de le lire aujourd’hui, plus d’un siècle après sa publication.

Inde. Pourquoi le plan de Modi contre les musulmans ne passe pas

Posted in Divers by odalage on 16 janvier 2020

Par Olivier Da Lage

Cet article est initialement paru le 16 janvier 2020 sur Orient XXI en français, en anglais, en arabe et en espagnol

En refusant la nationalité aux réfugiés musulmans de trois pays frontaliers, le premier ministre vise en réalité les musulmans indiens, dont il veut faire des apatrides. Face à une telle onde de choc, ceux-ci se mobilisent avec une ampleur inédite contre les excès du nationalisme hindou.

Les musulmans ne comptent peut-être que pour 14% de la population de l’Inde, mais ils représentent 180 millions de personnes — presque autant que la population du Pakistan. Dans quelques décennies, le nombre des musulmans indiens dépassera celui de l’Indonésie, faisant de l’Inde le plus grand pays musulman du monde en nombre d’habitants. Mais des musulmans minoritaires, à qui l’on fait sentir de façon croissante qu’ils ne sont que tolérés dans leur propre pays.

L’hindutva («hindouïté») est l’idéologie constitutive du Bharatiya Janata Party (BJP, Parti indien du peuple) et Narendra Modi, l’actuel premier ministre de l’Inde arrivé au pouvoir en 2014 et reconduit de façon éclatante lors des législatives de mai 2019 en est le fidèle disciple. En 2014, cependant, Modi avait plutôt fait campagne sur la bonne gouvernance — le pays était alors plongé dans des scandales financiers impliquant des dirigeants du Congrès — et la promesse du développement (1).

Débarrasser le pays des «termites»

Cinq ans plus tard, les résultats économiques n’étant pas au rendez-vous, le BJP a au contraire mené une campagne fondée sur les revendications de base des nationalistes hindous : la fin du statut spécial pour le Cachemire — seul État majoritairement musulman —, la construction d’un temple dédié à Ram sur l’emplacement de la mosquée d’Ayodhya, détruite en décembre 1992 par des militants nationalistes, ce qui avait entraîné des émeutes communautaires faisant plusieurs milliers de morts, et l’instauration d’un Code civil uniforme, mettant fin aux statuts particuliers des chrétiens et des musulmans. Lors de la campagne, les dirigeants du BJP et Modi lui-même assimilaient facilement l’opposition, et notamment le Parti du Congrès à l’ennemi pakistanais. Quant à Amit Shah, le président du BJP, il promettait de débarrasser l’Inde de ses «infiltrés», ses «termites» (autrement dit les immigrants sans papiers musulmans venus du Bangladesh) et de les rejeter dans le golfe du Bengale.

La victoire écrasante du BJP, qui lui a donné une majorité absolue à la chambre basse (avec 37,4% des voix, compte tenu du mode de scrutin) le dispensant de faire des concessions à des alliés, a été interprétée par Modi comme un mandat clair l’autorisant à mettre en œuvre sans délai le programme du BJP.

Le Cachemire à l’isolement

C’est ainsi que le 5 août, Amit Shah a fait voter par le Parlement l’abrogation de l’article 370 de la Constitution qui avait permis l’accession du Cachemire à l’Union indienne, longtemps après les autres États indiens. Cet article accordait une large autonomie au Cachemire et résultait d’un compromis avec les dirigeants de cette région pour rejoindre l’Inde alors que le Pakistan la convoitait également. Hors du Cachemire, cette initiative a été très bien accueillie par la population hindoue et par des médias indiens de moins en moins indépendants. Sur place, un couvre-feu implacable a été imposé, les dirigeants politiques assignés à résidence, y compris d’anciens alliés du BJP et l’Internet coupé. Les étrangers (2), et même les parlementaires d’opposition se sont vu interdire l’accès au Cachemire tandis que les autorités affirmaient que tout était normal sur place. La Cour suprême, que l’on avait connue plus courageuse, s’est refusée à examiner dans l’urgence les cas d’habeas corpus (3) qui lui étaient soumis. Six mois plus tard, elle ne l’a toujours pas fait.

Un jugement discuté sur la mosquée Babri d’Ayodhya

Dans l’intervalle, cette même Cour suprême tranchait enfin le 9 novembre 2019 le litige portant sur la mosquée Babri d’Ayodhya, détruite en 1992 par des militants extrémistes voulant «reconstruire» le temple dédié à Ram qui, selon eux, avait été rasé pour ériger la mosquée au XVIe siècle sous l’empereur moghol Babour. Dans leur jugement d’un millier de pages, la Cour reconnait que sa destruction était illégale et qu’il n’existe pas de preuves irréfutables d’un temple préexistant à l’emplacement de la mosquée. Mais les hauts magistrats font droit aux demandes des plaignants hindous et leur accordent le droit exclusif de construire un temple sur ce lieu, tout en concédant aux musulmans cinq acres (environ deux hectares) un peu plus loin.

Cette décision a été appréciée diversement par ceux qui ont critiqué son manque de base juridique. Certains ont accusé les juges de se plier au «majoritarisme» ambiant, d’autres ont estimé que c’était un jugement politique, mais d’apaisement, permettant ainsi d’éviter les violences qu’un jugement opposé aurait sans nul doute provoquées de la part des extrémistes hindous de la Sangh parivar (4). De fait, la plupart des organisations représentatives de musulmans ont renoncé à faire appel de ce jugement.

Des hindous privés de nationalité dans l’Assam

Parallèlement, l’État d’Assam, dans le nord-est, venait d’achever la compilation de son Registre national des Citoyens (NRC). Un projet remontant aux années 1980, sous le gouvernement de Rajiv Gandhi. L’Assam, frontalier du Bangladesh, est traversé depuis plusieurs décennies par des poussées xénophobes tenant à la présence de nombreux immigrés sans papiers venus du pays voisin. Les Assamais sont nombreux à vouloir chasser de leurs terres ceux qui n’en sont pas originaires. Le gouvernement du BJP, avec l’appui de la Cour suprême alors présidée par le juge Gogoi, un Assamais, fait accélérer le processus. En septembre 2019, les premiers chiffres dénombraient 4 millions de personnes n’ayant pas franchi l’obstacle en prouvant qu’elles étaient indiennes. Cela a provoqué un choc, car nombre des personnes rejetées (près des deux tiers) sont des hindous, y compris des militaires de haut rang. Un nouveau calcul revoit les chiffres à la baisse et finalement 1,9 million d’Indiens découvraient soudainement qu’ils ne l’étaient plus.

Il leur fallait établir qu’eux-mêmes ou leurs parents étaient résidents en Assam avant l’indépendance du Bangladesh en 1971, ce qui dans un pays où l’état civil est erratique, voire inexistant, est tâche impossible pour nombre d’Indiens. À l’initiative du gouvernement de New Delhi, des camps de rétention sont érigés pour y parquer ces nouveaux apatrides.

C’est alors qu’Amit Shah, qui avait promis lors de la campagne du printemps 2019 et plus récemment, en novembre, de généraliser à toute l’Inde ce recensement des citoyens expérimenté en Assam, se rend le 10 décembre devant la chambre basse, où il sait pouvoir compter sur une majorité automatique, pour présenter un amendement à la loi sur la citoyenneté de 1955. Le Citizenship Amendment Bill (CAB). Par cet amendement, les sans-papiers qui résident illégalement en Inde pourront accéder à la naturalisation s’ils proviennent de trois pays du voisinage : le Pakistan, le Bangladesh et l’Afghanistan, à condition qu’ils appartiennent aux minorités religieuses suivantes : hindous, bouddhistes, sikhs, parsis, jaïns et chrétiens. Les musulmans ne sont pas nommés, pas davantage que d’autres voisins de l’Inde comme le Sri Lanka ou le Népal. Amit Shah s’évertue à proclamer, sans convaincre, que les musulmans indiens ne sont pas concernés et n’ont rien à craindre, puisqu’il s’agit d’octroyer des droits nouveaux à des victimes de persécutions religieuses et non pas d’en retirer à quiconque.

En contradiction avec une Constitution laïque

Le projet, facilement voté à la chambre basse, trouve également une légère majorité à la chambre haute, malgré les protestations de l’opposition qui dénonce pêle-mêle la nature discriminatoire à l’encontre des musulmans de cette nouvelle loi, désormais baptisée CAA (Citizenship Amendment Act) et son caractère inconstitutionnel. Pour la première fois, en effet, la religion devient un critère de nationalité alors que la Constitution indienne est laïque et que la jurisprudence constante de la Cour suprême a consacré la laïcité comme l’un des fondements de l’ordre juridique du pays.

Tandis que des juristes préparent la saisine de la Cour suprême, une onde de choc secoue les musulmans indiens. Dans l’ensemble, depuis deux décennies, ces derniers ont fait preuve de beaucoup de résilience face à la montée du majoritarisme hindou qui entend les reléguer dans un statut de citoyens de seconde classe. Ils ont — avec d’autres — timidement protesté devant la montée des discriminations et des lynchages dont certains d’entre eux étaient victimes, notamment depuis l’arrivée au pouvoir du BJP, mais dans l’ensemble, collectivement, ils ont absorbé les coups avec constance et résignation. Mais là, c’est leur statut de citoyens indiens qui est ouvertement remis en cause.

Des étudiants battus à New Dehli

Un peu partout dans le pays, des manifestations éclatent. L’une d’elles change la donne, celle des étudiants de la Jamia Millia University de New Delhi. Cet établissement universitaire musulman prestigieux, dont les étudiants et professeurs ne sont pas tous musulmans compte des personnalités éminentes parmi ses anciens élèves. Le 15 décembre, la police de Delhi (qui dépend directement du ministère de l’intérieur) pénètre dans les locaux de l’université et tire des gaz lacrymogènes à l’intérieur même de la bibliothèque universitaire; de nombreux étudiants sont battus à coup de lathis (cannes en bois utilisées par la police) et interpellés.

Les images vidéo font le tour des réseaux sociaux et, en quelques heures, des mouvements de solidarité se déclenchent au sein d’établissements universitaires dans presque tous les États indiens, y compris ceux qui s’étaient jusqu’alors signalés par leur dépolitisation. Le soutien le plus spectaculaire vient sans conteste des étudiants de la Benares Hindu University (BHU), haut lieu de l’hindouisme et située au cœur de la circonscription électorale du premier ministre Modi.

Féroce répression en Uttar Pradesh

Le gouvernement a beau dénoncer la «désinformation», répéter que le CAA ne menace aucunement les musulmans indiens et Narendra Modi lui-même affirmer le 22 décembre devant 200 000 militants et sympathisants du BJP qu’il n’existe aucun projet de recensement national des citoyens (NRC) à l’échelle de l’Inde, l’agitation persiste et s’étend. Parfois durement réprimée, notamment dans l’État d’Uttar Pradesh où la police est directement sous les ordres de Yogi Adityanath, chef du gouvernement local, un moine soldat placé par Modi lui-même et qui ne fait pas de quartier. Sa police laisse de nombreux morts parmi les manifestants et les cas d’arrestations massives, de torture et de destruction de biens se multiplient.

C’est que le CAA et le NRC prennent en tenaille les musulmans indiens. Comme l’a indiqué dans un tweet Amit Shah lui-même en avril, «D’abord, nous ferons voter l’amendement à la loi sur la citoyenneté et nous naturaliserons les réfugiés hindous, bouddhistes, sikhs et jaïns, les minorités religieuses des nations voisines. Puis nous mettrons en œuvre le NRC pour débarrasser notre pays des infiltrés».

À peine le NRC remisé par le premier ministre, le même Narendra Modi lance par anticipation le recensement ordinaire de la population, le National Population Register (NPR). La nouveauté, dans ce recensement qui n’est pourtant pas le premier du genre, est qu’il envisage de demander la date et le lieu de naissance non seulement de la personne interrogée, mais également celles de ses parents. Autrement dit, presque toute la population indienne est concernée, car même s’il est prévu de ne poser la question directement qu’à ceux qui sont nés après 1985, le simple fait de demander également les détails de la naissance des parents, nécessaire pour passer le filtre du NPR, revient à établir également la nationalité de ces derniers.

Dans un pays où il n’est obligatoire que depuis 1969 de déclarer une naissance à l’état civil de sa commune et où l’âge médian est de 28 ans, cela revient en pratique à suspendre une épée de Damoclès au-dessus de la tête de presque tous les musulmans du pays. Car ceux qui seraient marqués comme «douteux» par l’administration pourront être repêchés grâce au fameux CAA. À condition, naturellement, de n’être pas musulmans. Et voilà comment une loi qui n’est officiellement pas censée concerner les musulmans indiens finit par les concerner très directement.

Le retour de la désobéissance civile

La mobilisation anti-CAA-NRC-NPR a visiblement pris de court le gouvernement Modi, qui n’entend pas pour autant renoncer à son projet. Plusieurs États indiens parmi les principaux, notamment le Bengale-Occidental et le Kerala ont fait savoir qu’ils refusaient de prêter leur concours au recensement et même s’y opposeraient. Des éditorialistes, jusqu’alors silencieux face aux excès des nationalistes hindous, ont pris la plume pour souligner l’ampleur de la désobéissance civile s’inspirant du satyagraha du Mahatma Gandhi. Les menaces qui pèsent sur l’idée même de l’Inde ont réveillé de nombreux Indiens, jusqu’alors passifs ou effrayés.

L’enjeu est de savoir si, même dirigée par le BJP, l’Inde peut demeurer ce pays laïc qui respecte toutes les religions à égalité, comme le voulaient les pères de l’indépendance indienne, ou si elle est sur le point de devenir ce «Pakistan hindou» que Nehru rejetait de toutes ses forces.


  1. Son slogan de campagne était «Sabka saath, sabka vikas» (solidarité avec chacun, développement pour tous).
  2. À l’exception d’une délégation de 27 membres du Parlement européen, dont 22 d’extrême droite, invités en octobre par le gouvernement à se rendre compte de la «normalité» de la situation.
  3. NDLR. Principe juridique selon lequel toute personne arrêtée a le droit de savoir pourquoi, et de quoi elle est accusée. Ensuite, elle peut être libérée sous caution, puis amenée dans les jours qui suivent devant un juge. À l’origine loi votée au XVIIe siècle par le Parlement anglais, l’habeas corpus signifie aujourd’hui le contraire de la détention arbitraire.
  4. La «famille des organisations» qui regroupe autour du BJP des dizaines d’organisations et notamment la Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS, en français «Organisation patriotique nationale») sa matrice idéologique fondée en 1925 sur le modèle des milices fascistes.
Tagged with: , , ,

Mort du sultan Qabous ben Saïd, transformateur d’Oman et discret diplomate

Posted in Moyen-Orient by odalage on 11 janvier 2020

Par Olivier Da Lage

Cet article est initialement paru le 11 janvier 2020 sur rfi.fr

Le sultan Qabous ben Saïd, qui vient de mourir d’un cancer du côlon vendredi soir à l’âge de 79 ans, a dirigé son pays pendant un demi-siècle, transformant profondément le sultanat d’Oman. Au Moyen-Orient, il incarnait une forme de stabilité, non seulement du fait de la durée de son règne, mais par le souci qu’il a eu de maintenir des relations avec tous les pays de la région, qu’il s’agisse de l’Egypte de Sadate, de l’Irak de Saddam Hussein, d’Israël ou de la République islamique d’Iran, permettant souvent à des pays en conflit de se parler en toute discrétion.

Le 23 juillet 1970, Qabous ben Saïd, qui va avoir trente ans, renverse son père, le sultan Saïd ben Taymour, dans une révolution de palais avec l’appui des forces spéciales britanniques, les fameux SAS britanniques qui, dans le passé, avaient tant de fois conforté le trône de Saïd. On ne peut même pas dire que dans ce coup d’État, aucune goutte de sang n’a été versée : Saïd, dans un baroud d’honneur théâtral, se blesse lui-même en cherchant à prendre son pistolet pour résister.

En fait, il est probable que l’idée de renverser son père a été soufflée à Qabous par les Britanniques. La situation du sultanat les inquiète au plus haut point. Saïd ben Taymour, despote médiéval, maintient son pays dans un état d’arriération terrifiant : à sa chute, il n’existe qu’une clinique et qu’une seule école dans tout le sultanat, complètement fermé au monde extérieur. Il en résulte une situation sanitaire déplorable et un analphabétisme généralisé. Le sultan fait toutefois une exception à cette politique d’autarcie en envoyant son fils en 1958 se former à l’étranger dans la prestigieuse académie militaire britannique de Sandhurst. Les longues études du jeune Qabous creusent le fossé avec son père. Dès son retour en 1964, ce dernier l’assigne à résidence à Salalah, à la capitale du Dhofar, à côté du palais. Il y passe six ans, confiné dans une simple chambre. Sa mère, elle-même Dhofarie, vient de temps à autres réconforter Qabous et adoucir sa détention. Un vrai conte des Mille et une nuits en plein XXe siècle !

La guerre du Dhofar

Les seuls étrangers autorisés à résider dans le pays sont les soldats britanniques qui assurent la sécurité du sultanat de Mascate et d’Oman, et du sultan lui-même. La légende prétend même qu’il n’existe qu’un seul appareil téléphonique et que le sultan Saïd le garde sous clé ! En tout cas, le réseau téléphonique est effectivement embryonnaire à l’orée des années 70. Et, en application des lubies du souverain, les portes de la ville de Mascate, la capitale, sont fermées à la tombée de la nuit et les habitants ne peuvent sortir le soir que munis d’une lanterne à la hauteur du visage, sous peine d’être abattus par la police. Depuis 1964, la région du Dhofar, au sud-ouest du sultanat, est en proie à un soulèvement causé par l’extrême-pauvreté malgré la présence de pétrole ainsi que le mépris de la capitale pour les spécificités ethno-linguistiques des dhofaries. Mais rapidement, des puissances extérieures appuient la rébellion, d’abord l’Arabie saoudite, puis l’Egypte et enfin la Chine et l’Union soviétique. En Occident, on s’alarme des risques d’une poussée communiste dans la péninsule arabique, du fait de la politique rétrograde de Saïd ben Taymour.

Même relégué à Salalah, Qabous n’est pas aussi isolé que se l’imagine Saïd. Á Sandhurst, Qabous a noué d’utiles relations avec des officiers britanniques. Les autorités de Londres ont eu le temps d’évaluer et d’apprécier son intelligence et son ardeur au travail. Le Royaume-Uni commence à trouver pesant l’isolement imposé par le monarque à son pays. Certes, cet isolement a permis de tenir à l’écart la France au profit exclusif de la Grande-Bretagne, mais désormais, cet autocrate appartient vraiment trop au passé. Ils ne semblent pas avoir eu trop de mal à convaincre Qabous que l’avenir du sultanat passait par le renversement de son père.

Cooptation des anciens adversaires

A peine assis sur le trône, Qabous ne perd pas un instant pour rattraper le temps perdu. Son premier geste est de changer le nom du pays : le sultanat de Mascate et d’Oman devient le sultanat d’Oman pour affirmer l’unité du pays. Il met en chantier écoles et hôpitaux, et s’engage dans une lutte totale contre la rébellion du Dhofar, ouvertement soutenue par Pékin et Moscou. Pour ce faire, il s’appuie sur ses conseillers britanniques, sur des soldats jordaniens ainsi que des militaires iraniens dépêchés par le Shah en 1973. Deux ans plus tard, la révolte est écrasée. L’intelligence de Qabous est de coopter ses anciens ennemis en faisant preuve de magnanimité. Le Dhofar est désenclavé par la construction d’une autoroute Mascate Salalah d’un millier de kilomètres et les Dhofaris se taillent la part du lion dans les emplois administratifs de certains ministères, comme celui du pétrole. Son ministre des affaires étrangères emblématique nommé en 1982 est, lui aussi, dhofari. Le fait que Qabous lui-même soit à moitié dhofari par sa mère aide à la réconciliation.

Peu de dirigeants peuvent se targuer d’avoir façonné leur pays. C’est le cas de Qabous. En quelques années, la transformation du pays est spectaculaire. Jusqu’à ce jour, la propagande officielle parle de l’ère qui s’est ouverte en juillet 1970 comme de la nahda, la renaissance. Dans les rues, sur les immeubles, et dans les bureaux, partout s’affiche la figure paternelle et rassurante du sultan, le chef enturbanné au visage doux et régulier du teint cuivré de nombreux Omanais, riches d’une longue histoire de métissage entre Indiens, Arabes et Africains. Lorsqu’il arrive au pouvoir en 1970, qui aurait pu imaginer que s’ouvrait un règne de cinquante ans ? La population omanaise est jeune et aujourd’hui, bien peu ont connu d’autre souverain que Qabous.

« Un monarque absolu régnant par consensus »

Il veille à élargir la participation et la consultation, selon la tradition ibadite, mais à dose homéopathique. Il ne viendrait à l’idée de personne de parler de démocratisation, même si le conseil consultatif omanais institué dans les années 1990 est désormais élu depuis 2003. Mais le sultan est source de toute autorité et un observateur a pu le qualifier de « monarque absolu régnant par consensus ». Les opposants n’ont guère l’occasion de s’organiser : la police secrète, redoutablement efficace, s’occupe d’eux avant qu’ils aient pu représenter la moindre menace.

Sur le plan extérieur, la diplomatie omanaise est marquée par une très grande continuité selon un principe cardinal : Oman parle à tout le monde et ne rompt jamais ses relations. Seul dans le monde arabe, Qabous a gardé des liens avec Sadate après les accords de Camp David, après la chute de son allié le Shah d’Iran, il a noué des relations cordiales avec la République islamique, Oman n’a rompu ni avec l’Iran, ni avec l’Irak, ni même avec le Qatar malgré la pression de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis. Qabous a reçu deux Premiers ministres israéliens tout en gardant des liens étroits avec les Palestiniens. Alors que le Sud Yémen avait servi de base arrière à la guérilla dhofarie, Qabous a accueilli les anciens dirigeants sud-yéménites fuyant leur ancien pays. Certains d’entre eux ont même pris la nationalité omanaise, tout comme la fille adoptive de l’ancien dictateur libyen Kadhafi. Enfin, c’est en Oman que se sont, dix-huit mois durant, rencontrés en secret des diplomates iraniens et américains, ce qui a permis la signature de l’accord sur le nucléaire iranien en juillet 2015.

Les deux enveloppes

Qabous, qui n’a été marié que trois ans, n’a pas d’enfant. Sans doute pour ne pas susciter des vocations de putschiste dans ce pays qui a connu cinq coups d’État familiaux en un siècle (y compris le sien) et pour conserver jusqu’au bout l’intégralité de son pouvoir, il s’est abstenu de désigner un prince héritier, faisant savoir que si le conseil de famille ne parvenait pas à lui trouver un successeur en trois jours, il avait inscrit un nom dans deux enveloppes, l’une conservée à Mascate et l’autre à Salalah. De ce fait même, il rassurait ceux qui se seraient inquiétés d’une crise de succession à son décès. Jusqu’au bout, Qabous est resté maître de son destin et de celui du sultanat dont il a pris la responsabilité depuis le renversement de son père, voici un demi-siècle.

Ce samedi 11 janvier, Haitham ben Tarek, ministre du Patrimoine et de la Culture et cousin du défunt sultan Qabous, a prêté serment comme nouveau sultan d’Oman, a annoncé le gouvernement.

En première ligne dans l’affrontement États-Unis-Iran, les monarchies du Golfe ont peur. Et à juste titre.

Posted in Divers, Moyen-Orient by odalage on 8 janvier 2020

Article publié initialement sur Paroles d’actu le 7 janvier 2020

“Be careful what you wish for, you may just get it”.

Depuis plus d’une dizaine d’années, plusieurs monarques du Golfe pressent les États-Unis d’attaquer l’Iran et de renverser son régime. Feu le roi Abdallah d’Arabie saoudite, recevant en 2008 le général américain David Petraeus, avait imploré les Américains de « couper la tête du serpent », autrement dit l’Iran. Le même message, plus direct et employant des expressions moins imagées, était relayé par les souverains de Bahreïn et d’Abou Dhabi, à la grande satisfaction du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou qui se félicitait publiquement de la convergence entre Israël et les monarchies du Golfe.


Mais l’administration Obama ne partage pas cette vision extrême de la façon de traiter avec l’Iran. De toute façon, les États du Golfe, ou en tout cas certains d’entre eux, sont ulcérés par la façon dont Obama réagit aux « printemps arabes » qu’ils voient comme une menace existentielle alors que les États-Unis voient une opportunité pour les peuples de la région de se faire entendre. Le comble est atteint lorsqu’ils apprennent en 2015 qu’Américains et Iraniens négocient secrètement depuis un an et demi sous l’égide du sultanat d’Oman qui ne leur a rien dit, bien qu’il soit membre du Conseil de coopération du Golfe, comme les cinq autres monarchies de la Péninsule arabique. Ces négociations aboutiront à l’accord sur le nucléaire iranien signé à Vienne le 14 juillet 2015.

Avec Obama, la rupture est totale et l’Arabie saoudite, comme les Émirats arabes unis et Bahreïn, misent sur son successeur à venir. En fait, ils font davantage que miser : comme on le sait désormais, Abou Dhabi et Riyadh ont travaillé en sous-main pour faire élire Donald Trump. Ce dernier l’ayant emporté, ils attendent la mise en œuvre d’un programme de déstabilisation de l’Iran. De fait, les principaux responsables de l’administration Trump sont connus pour leur hostilité à la République islamique et leurs critiques passées de la passivité supposée d’Obama. Enhardi, le tout nouveau prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salman, annonce même en 2017 qu’il va porter la guerre sur le sol iranien. Les premiers gestes de Trump comblent d’aise ces émirs va-t-en guerre : retrait de l’accord de Vienne, renforcement des sanctions pour infliger une « pression maximale » sur l’Iran menaces à l’encontre des Européens qui se risqueraient à ne pas respecter les sanctions… américaines, etc.

Mais au fil du temps, un doute affreux les saisit : et si Trump, en fin de compte, n’était qu’un faux dur, répugnant au conflit ? Après tout, il s’est fait élire sur la promesse de rapatrier les troupes américaines, dont plusieurs dizaines de milliers stationnent au Moyen-Orient et alentour. Ils voient la confirmation de leurs soupçons lorsqu’en juin 2019, un drone américain est abattu par l’Iran au-dessus du golfe Persique sans que cela provoque la moindre réaction. Pis : Donald Trump révèle que les militaires avaient préparé une action de représailles et qu’il y a renoncé en apprenant que le bombardement risquait de provoquer la mort de 250 Iraniens.

Quarante ans après Carter, et trois ans seulement après Obama, les monarques du Golfe se sentent à nouveau abandonnés par l’allié américain.

Dans ce contexte, deux événements vont les conduire à réviser en profondeur leur stratégie.

En juin 2019, deux pétroliers croisant en mer d’Oman, à l’orée du fameux détroit d’Ormuz qui commande l’accès au Golfe, font l’objet d’attaques non revendiquées mais attribuées à l’Iran sans que les démentis de ce dernier ne parviennent à convaincre. Les deux pétroliers sont évacués mais ne coulent pas et tout laisse à penser que ces attaques n’en étaient pas véritablement et constituaient plutôt un avertissement. C’est en tout cas ce que croient comprendre les Émirats arabes unis qui, dans la foulée, annoncent le retrait de leur contingent militaire du Yémen, où ils combattent les Houthis, soutenus par l’Iran. Et en juillet, de hauts responsables émiriens se rendent à Téhéran pour y discuter sécurité maritime. C’est le premier contact de ce niveau depuis six ans entre les deux pays.

De même, le 14 septembre, des installations pétrolières saoudiennes situées à Abqaiq dans la province orientale sont attaquées par les airs avec une précision diabolique. Les Houthis revendiquent une attaque par drones, ce qui est immédiatement mis en doute, à la fois en raison de la sophistication de l’attaque et de la distance de la frontière yéménite. Les regards se tournent naturellement vers Téhéran dont les démentis ne convainquent pas plus qu’en juin. Les Iraniens ne cherchent d’ailleurs pas vraiment à dissiper l’impression qu’ils sont derrière une attaque qui, analyse faite, viendrait plutôt du nord que du sud et parvient à endommager, sans détruire complètement, ces installations vitales pour les exportations saoudiennes. La production de pétrole est temporairement réduite de moitié mais peut progressivement reprendre son rythme de croisière dans les mois qui suivent. Quoi qu’il en soit, à Riyadh aussi, le message a été parfaitement reçu.

Puisque les États-Unis ne semblent pas prêts à venir au secours de leurs alliés arabes, ces derniers doivent s’adapter à la situation nouvelle et, pour la première fois depuis 2015, les Saoudiens paraissent sérieux en affirmant qu’ils veulent mettre fin à la guerre au Yémen. De même, la tonalité des discours saoudiens à l’égard de l’Iran s’est considérablement assouplie. Riyadh et Téhéran échangent directement, ainsi que par l’intérmédiaire de pays tiers naguère encore marginalisés par l’Arabie, comme Oman, le Koweït et le Pakistan.

C’est alors que, prenant tout le monde par surprise, Donald Trump ordonne fin décembre le bombardement de cinq sites des Kataëb Hezbollah irakiennes, une milice chiite liée à l’Iran, en représailles après la mort d’un « sous-traitant » américain en Irak (autrement dit un mercenaire employé par l’armée américaine) tué lors de l’attaque d’une base militaire américaine près de Kirkouk quelques jours auparavant. Moins d’une semaine plus tard, le 3 janvier, le général iranien Qassem Soleimani était pulvérisé par un missile tiré d’un drone américain alors qu’il venait de quitter l’aéroport de Bagdad. Soleimani, l’architecte de l’expansion politico-militaire de l’Iran au Moyen-Orient, était un très proche du guide suprême iranien, l’ayatollah Khamenei au point que nombre d’observateurs le qualifiaient de numéro deux du régime, avant même le président Rohani.

Soleimani, qui supervisait directement plusieurs milices chiites irakiennes, revenait à Bagdad avec la réponse du guide à une proposition saoudienne de désescalade transmise par l’Irak, qui agissait en tant que médiateur. L’Arabie saoudite a donc doublement été pris de court, à la fois par une réaction américaine violente qu’elle n’attendait plus, et par le fait que celle-ci intervient alors que Riyadh est engagé dans un processus diplomatique de rapprochement avec la République islamique. Mais à Washington, l’heure est désormais à la rhétorique guerrière, dans la bouche du président Trump que de son ministre des Affaires étrangères Mike Pompeo, sans considération pour les alliés des Américains, qu’il s’agisse des Européens, ouvertement méprisés par Pompeo, ou des alliés arabes du Golfe. Quand ces derniers affirment qu’ils n’ont pas été consultés ni même informés préalablement, leurs déclarations semblent crédibles, tant ils apparaissent désemparés.

À Abou Dhabi, le ministre des Affaires étrangères Anouar Gargarsh que l’on a connu plus belliqueux, plaide désormais pour un « engagement rationnel » et souligne que « la sagesse et l’équilibre » doivent prévaloir. Son homologue saoudien, Adel Jubeir, qui n’était pas le dernier à dénoncer l’Iran dans les termes les moins diplomatiques, insiste désormais sur « l’importance de la désescalade pour épargner les pays de la région et leurs peuples des risques d’une escalade ».

Un universitaire des Émirats arabes unis, Abdulkhaleq Abdulla qui a mis son talent et son influence au service du discours anti-iranien de son gouvernement ces dernières années, déclare à présent que le message à Trump des dirigeants du Golfe peut se résumer ainsi : « Épargnez-nous s’il vous plaît une autre guerre qui serait destructrice pour la région. Nous serons les premiers à payer le prix d’une confrontation militaire. Il en va donc de notre intérêt vital que les choses restent sous contrôle ».

Enfin, le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salman, dépêche aux États-Unis son frère cadet Khaled ben Salman, vice-ministre de la Défense, ancien ambassadeur à Washington et homme de confiance de MBS avec un message simple à l’attention de l’administration américaine : « faites preuve de retenue ».

L’attaque de juin 2019 contre les pétroliers et celle du 14 septembre contre les installations pétrolières d’Arabie a tiré certaines monarchies pétrolières de leur rêve éveillé dans lequel les Américains pouvaient frapper l’Iran sans conséquences pour eux-mêmes. Cette inconscience était d’autant plus incompréhensible que les Iraniens, depuis plus de trente ans, ont toujours été très clairs : en cas d’attaque américaine ou israélienne, ce sont les monarchies situées de l’autre côté du Golfe qui en paieront le prix. Leurs installations pétrolières et pétrochimiques sont des cibles faciles et aisément à la portée des missiles de la République islamique, tout comme, ce qui est d’ailleurs beaucoup plus grave, les usines de dessalement de l’eau de mer qui assurent l’essentiel du ravitaillement en eau potable des pétromonarchies.

Il ne faudra pas longtemps aux souverains du Golfe, qui ont si longtemps plaidé pour une attaque contre l’Iran auprès des dirigeants américains, pour voir si leur influence est suffisante afin de persuader désormais Donald Trump du contraire.

Le rickshaw de Mr Singh

Posted in Inde by odalage on 17 mars 2019

Mon roman policier ayant pour cadre la ville de Bombay vient de sortir chez Amazon en version papier (7,37 €). Il est également disponible sur les sites Amazon des États-Unis, de Grande-Bretagne, d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne et du Japon.

La version électronique (format Kindle, 4,99 €), est en outre disponible sur les sites Amazon de l’Inde, des Pays-Bas, du Brésil, du Canada, du Mexique et de l’Australie.

Qui peut bien en vouloir au directeur du département d’archéologie du Collège Saint Xavier de Bombay au point de l’assassiner ? Et surtout, pourquoi ? L’inspecteur Sunil Anand se lance dans l’enquête sur ce qui apparaît comme un étrange fait divers. Et la jeune journaliste Sangita Sharma est-elle une alliée dans ses investigations ou une rivale ? Aucun des deux ne soupçonne que des forces occultes sont à l’œuvre pour les empêcher à tout prix de découvrir une vérité qui dérange de puissants intérêts.

—-

Lire la critique de Véronique Atasi :

« « Le rickshaw de Mr Singh » est un excellent roman qui offre à son lecteur une agréable lecture. »

Tagged with: , , ,
%d blogueurs aiment cette page :