Le Blog d'Olivier Da Lage

Eric Rouleau, les pétales et la goutte de parfum

Posted in Journalisme, Moyen-Orient by odalage on 28 février 2015

Par Olivier Da Lage

C’était au début de 1982. J’étais alors jeune correspondant pigiste basé à Bahreïn, couvrant le Golfe pour diverses publications francophones, dont le journal Le Monde. Le responsable de la rubrique Moyen-Orient, le fameux Eric Rouleau, entamait une tournée de plusieurs émirats du Golfe pour une série de reportages sur la région. Avant de quitter Paris, il m’avait donné deux instructions : lui organiser une rencontre avec des opposants et faire savoir autour de moi qu’il arrivait.

Sur le second point, je n’ai pas eu à faire beaucoup d’efforts. Le quotidien local publiait la veille de son arrivée un article illustré d’une photo annonçant la venue du « célèbre journaliste français ». A peine Eric Rouleau s’était-il installé dans un grand hôtel de Manama qu’un étrange spectacle s’offrit à mes yeux : les ministres du gouvernement de l’émirat faisaient littéralement antichambre dans le hall de l’hôtel en attendant leur tour d’être reçu par l’envoyé spécial du Monde.

Quant aux opposants, après une semaine d’angoisse passée à essayer de trouver le moyen de répondre à cette demande, j’avais trouvé la solution. En fait, après deux ans passés à Bahreïn, je ne connaissais personnellement aucun opposant déclaré. Rien d’étonnant dans ce petit pays policier où tout se savait. Mais j’avais interrogé une amie libanaise détachée par l’Unicef au ministère de la Santé, qui, à mon grand soulagement, m’avait confié que presque tous ses collègues de nationalité bahreïnie étaient des opposants nationalistes ou communistes et qu’elle pouvait organiser une rencontre, pour peu que leur sécurité soit garantie. Eric Rouleau lui suggéra alors d’organiser un dîner chez elle, en conviant ses collègues très longtemps avant notre arrivée et en leur demandant de partir bien après notre propre départ. De ce fait, ils ne seraient pas identifiés par les limiers qui ne manqueraient pas de coller à nos basques. Et ainsi fut fait.

En quelques jours, j’avais appris deux choses : l’impact considérable que pouvait avoir un journaliste respecté dans sa discipline, y compris et surtout parmi ceux qui pouvaient redouter sa plume et comment assurer la sécurité de ses sources tout en donnant l’impression de ne rien cacher.

Il me restait à apprendre d’Eric Rouleau ma troisième leçon, à la lecture de ses articles publiés quelque temps plus tard : seuls, quelques éléments glanés lors des dizaines d’entretiens qu’il avait eus se retrouvaient dans son texte. Littéralement, j’avais eu l’impression de voir des milliers de pétales écrasés pour une goutte de parfum. Car si les citations étaient peu nombreuses, elles étaient toutes à propos, et tous ces entretiens –en apparence inutiles pour la rédaction de son article– irriguaient au contraire chacune des lignes de son reportage.

Quelques mois plus tard, je revis Eric Rouleau, cette fois à Sanaa, la capitale du Nord Yémen, où se tenait une conférence sur le développement. Cette fois encore, les responsables se pressaient pour le rencontrer. Abdel Karim Iryani, longtemps premier ministre d’Ali Abdallah Saleh, n’était pas le dernier. Il y avait aussi Mohammed Saïd Al Attar, ministre du développement que, par une heureuse circonstance, Eric Rouleau avait connu à Paris longtemps auparavant lorsque, jeune étudiant et révolutionnaire, Al Attar préparait sa thèse de doctorat à la Sorbonne. Un cas de figure qui rappelait la relation qui s’était nouée entre Rouleau et Abolhassan Bani Sadr, également à Paris lorsque le futur président de la République islamique était, lui aussi, un étudiant iranien en exil passant ses nuits et ses jours à rêver d’un avenir meilleur avec d’autres. Eric Rouleau en était.

Ainsi commençais-je à comprendre comment Rouleau avait, année après année, tissé un réseau de relations unique au monde. Quels que soit ses talents de prescience, il ne pouvait imaginer que Bani Sadr serait un jour le président de l’Iran. Mais il avait repéré chez ce jeune homme les qualités qui en faisaient un contact, une source, et très certainement un ami. Car tous ceux qui l’ont rencontré ont parlé de ce charme qui enveloppait ses interlocuteurs. Cette fausse naïveté qui donnait l’impression qu’il découvrait pour la première fois les évidences qu’on lui racontait, car il savait qu’au milieu de ces propos déjà connus pouvaient se glisser ici ou là une ou deux informations inédites. Cela valait la peine d’entendre le reste.

Charmeur, attentif aux autres, Eric Rouleau pouvait aussi se montrer péremptoire, cassant, et autoritaire. Sa forte personnalité en imposait et suscitait de nombreuses oppositions, pour partie liée à ses prises de position, et pour une part encore plus grande par la jalousie. Eric Rouleau n’était pas du genre à considérer que le journaliste n’est qu’un spectateur. Il a toujours essayé d’infléchir l’Histoire qu’il couvrait par ailleurs en tant que journaliste. Non pas tant pour la satisfaction d’être un acteur, mais parce qu’il croyait profondément que s’il pouvait améliorer le sort des peuples du Moyen-Orient, leur épargner de nouvelles catastrophes ou atténuer celles qui étaient inévitables, ce serait lâcheté que de rester à les contempler au bord de la route.

Il y était aidé et incité par sa notoriété qui le faisait recevoir par tous les dirigeants de la région, et ce depuis que Nasser l’avait invité à le rencontrer au Caire en 1963. Lui, Elie Raffoul (son vrai nom), le juif égyptien banni par Farouk et privé de sa nationalité égyptienne, revenait par la grande porte. C’est ainsi que plus d’un dirigeant moyen-oriental lui confia des messages à transmettre à d’autres chefs d’État ennemis… que Rouleau devait rencontrer peu après. Eric Rouleau servit fréquemment de messager entre l’Égypte et Israël. En septembre 1970 (Septembre Noir) le journaliste du Monde fait la navette entre Arafat et le roi Hussein, cherchant à prévenir le massacre qui s’annonce, mais sans succès. Bien des années plus tard, en 1982, il est l’un des artisans des pourparlers entre le Palestinien Issam Sartaoui et l’ex-général israélien héros de la Guerre des Six-Jours Matti Peled.

Le journaliste devient officiellement diplomate

De retour de reportage en Libye, où il avait –naturellement ! – été reçu par Kadhafi qu’il connaissait depuis son accession au pouvoir en 1969, Rouleau est invité à l’Élysée par le président Mitterrand qui cherche à comprendre les motivations du colonel libyen dans le dossier tchadien. Peu après, dans une soirée au domicile de Rouleau, je suis assis sur le sofa à côté du Tchadien Acheikh Ibn Oumar, que l’on présente alors comme le « troisième homme » pouvant incarner l’avenir tchadien à la place de Hissène Habré et de Goukouni Oueddeï. Journaliste, diplomate, diplomate, journaliste. Eric Rouleau finit par franchir le pas en 1985 lorsqu’il quitte Le Monde où ses adversaires lui menaient la vie dure. A la surprise de tous, il ne sort du journalisme que pour entrer dans la diplomatie : Mitterrand le nomme ambassadeur à Tunis, où se trouve le siège de la Ligue arabe, et le siège de l’OLP depuis le départ d’Arafat du Liban. Bref, trois ans avant l’ouverture d’une Délégation générale de Palestine en France, Eric Rouleau est de fait l’intermédiaire privilégié entre Mitterrand et Arafat.

Au placard l’année suivante avec la cohabitation, il retrouve un poste d’ambassadeur à Ankara avec la réélection de Mitterrand. Lorsque vient la retraite, Eric Rouleau reprend la plume, cette fois pour le Monde Diplomatique dont les options sont plus en phase avec ses idées que le quotidien pour lequel il avait travaillé trois décennies durant. Il continue d’arpenter le Moyen-Orient, tant que sa santé le lui permet. Et finit par céder aux demandes insistantes de nombreux amis d’écrire ses mémoires, qu’il publie en 2012 sous le titre justifié Dans les coulisses du Proche-Orient. Malgré ses 433 pages, c’est une symphonie inachevée. On y retrouve surtout Rouleau l’Égyptien. Presque rien n’est dit de l’Iran auquel il a presque intégralement consacré deux années de sa vie, et bien d’autres épisodes. Il y aurait fallu quatre ou cinq volumes. Il n’avait pas le temps, peut-être pas le désir. Il a fait un choix. Un livre qui se lit d’un trait, mais qui, malgré ses révélations, laisse sur sa faim.

Des milliers de pétales, et une seule goutte de parfum.

Tagged with: , , ,

Bahreïn : des « élections » pour rien

Posted in Moyen-Orient by odalage on 18 novembre 2014

Samedi 22 novembre, le royaume organise des élections législatives, les premières depuis le retrait du parlement en mai 2011 des députés d’opposition pour protester contre la répression de la contestation. Ces élections auraient dû avoir valeur de test des rapports de force entre le pouvoir et l’opposition chiite. Tel ne sera pas le cas.

Le gouvernement fait grand cas des élections législatives qui se tiennent dans l’archipel ce 22 novembre. Les ambassades du royaume et les entreprises de relations publiques bénéficiaires de contrats en or font de leur mieux pour convaincre médias et gouvernements occidentaux de l’importance de ce scrutin qui donnera la parole au peuple du Bahreïn pour renouveler un parlement élu en 2010. Voire.

Car, ainsi que l’observe Justin Gengler, auteur d’un blog qui fait référence, le découpage des quarante circonscriptions électorales fait que les candidats émanant de la majorité chiite de la population (environ les deux tiers des habitants du Bahreïn) n’ont aucune chance d’emporter la majorité au majlis. C’était d’ailleurs déjà le cas en 2010, à tel point que le Wifaq, le parti chiite que dirige cheikh Ali Salman, n’avait alors présenté ses candidats que dans 18 circonscriptions, abandonnant les 22 autres aux partisans du gouvernement.

La répression contre le Printemps de Manama, marquée en mars 2011, par l’invasion des chars soviétiques saoudiens a conduit les députés du Wifaq à démissionner en bloc du parlement. A l’approche du scrutin de novembre 2014, ce mouvement –les partis ne sont pas autorisés en tant que tels– s’est posé la question de sa participation, car, envers et contre tout, le Wifaq a tenté de maintenir chaque fois que c’était possible un contact avec les autorités, par l’entremise du seul interlocuteur du régime prêt à saisir cette main, à savoir le prince héritier Salman. Mais à chaque fois, la faction dure de la famille royale, majoritaire, y mettait le holà tandis que les condamnations à de lourdes peines pleuvaient sur les opposants les plus modérés. C’est ainsi que Nabeel Rajab, le directeur du Centre bahreïnien pour les droits de l’homme, a acquis une notoriété internationale en passant trois ans en prison pour un simple tweet critiquant le régime.

C’est dans ces conditions que début octobre, le Wifaq a annoncé son intention de boycotter ces élections. En représailles, le gouvernement de Manama a décidé deux semaines plus tard, mardi 28 octobre, de suspendre ce mouvement pour une période de trois mois, tout en maintenant la date d’un scrutin désormais officiellement vidé de tout enjeu par les protagonistes de la crise politique bahreïnienne.

Dans l’intervalle, le gouvernement, de mauvais gré, a accepté sous pression de Washington, de rejoindre la coalition formée contre l’État islamique, tout en faisant l’impasse sur le fait que certains soutiens bahreïniens de cette organisation sont, par antichiisme viscéral, proches des sunnites ultras qui constituent le cœur du régime. Mais il semble que pour les autorités de Manama, la priorité reste la répression contre l’opposition qui demande l’institution d’une monarchie constitutionnelle plutôt que le démantèlement des filières jihadistes sunnites qui alimentent l’EI.

En attendant, le samedi 22, le gouvernement du Bahreïn invitera le monde à s’extasier devant cet exercice démocratique qui consistera à convier aux urnes la minorité de ses sujets qui soutiennent le régime. L’hommage du vice à la vertu.

Olivier Da Lage

Tagged with: , , , ,

Retour sur les printemps arabes

Posted in Moyen-Orient by odalage on 7 mai 2014

Mon intervention le 16 avril 2014 à Laon devant les membres de l’Association des professeurs d’histoire et de géographie de Picardie

Les monarchies du Golfe se déchirent en public

Posted in Divers by odalage on 21 mars 2014

Par Olivier Da Lage, journaliste à RFI et chercheur associé à l’institut MEDEA.

Cet article est initialement paru le 17 mars 2014 sur le site de l’institut MEDEA

Le rappel le 5 mars dernier par l’Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis et le Bahreïn de leurs ambassadeurs en poste à Doha ferait presque oublier qu’il y a à peine plus de trois mois, l’Arabie saoudite avait en vain tenté de faire adopter par ses partenaires du Conseil de coopération du Golfe (CCG) un projet d’Union du Golfe. Chaudement soutenu par le Bahreïn et plus mollement par les Émirats arabes unis, ce projet était en revanche combattu par le Koweït et davantage encore par le sultanat d’Oman. Le ministre des Affaires étrangères d’Oman avait même publiquement déclaré que dans le cas où ce projet serait mis en œuvre, le sultanat se retirerait du CCG dont il est depuis 1981 membre fondateur. Quant au Qatar, il n’a pas eu besoin de s’opposer publiquement au projet, Oman s’en étant chargé, mais sa position ne faisait guère de doute.

En décembre, Ryad proclamait vouloir une union renforcée du Golfe, approfondissant (sous sa domination) un CCG ayant passé le cap de la trentaine et voici qu’en mars, le royaume prend l’initiative d’afficher sa rupture avec le Qatar, entraînant à sa suite deux autres membres de ceclub très fermé des monarchies de la Péninsule arabique. Trois contre trois, ou trois contre un plus deux,, quelle que soit la lecture que l’on donne de cette querelle, le fait est que le CCG est profondément divisé. En soi, ce n’est pas une nouveauté. Il y a eu dans le passé plusieurs crises, dont certaines très sérieuses, notamment celle qui a près de deux décennies durant, opposé le Qatar au Bahreïn sur la souveraineté des îles Hawar. L’affaire s’est finalement résolue à l’amiable après un jugement rendu en 2001 par la Cour internationale de justice de la Haye (CIJ). Mais quelques années auparavant, ce différent territorial entre le Bahreïn et Qatar avait failli provoquer l’implosion du CCG. A l’époque, l’Arabie Saoudite avait refusé de prendre parti entre ses deux petits voisins.

La nouveauté de cette crise n’est donc pas qu’elle puisse avoir lieu. Les précédents l’attestent. C’est sa médiatisation. Dans le passé, seul le Qatar a joué la publicité de ses différends avec l’Arabie saoudite (et quelques autres. Lors de la très grave crise frontalière qui l’a opposé à l’Arabie saoudite autour du poste frontière de Khafous en 1992, dans lequel plusieurs garde-frontière ont perdu la vie, l’Arabie saoudite était ulcérée de la façon dont le Qatar l’avait rendue publique. Mais cette fois-ci, c’est Ryad qui, de bout en bout, a joué la dramatisation d’une crise dont le déclenchement a été entièrement décidé par les dirigeants saoudiens. Par contraste, la réponse du Qatar a été étonnamment mesurée, comparé à ses habitudes de l’époque du règne de l’ancien émir cheikh Hamad qui était coutumier des « montées aux extrêmes ». Il est vrai que, du point de vue des trois pays du CCG qui ont retiré leurs ambassadeurs, la faute en revient entièrement à l’émir Tamim qui n’aurait pas respecté des engagements pris en novembre à l’issue d’une médiation koweïtienne, à savoir restreindre l’influence des Frères musulmans basés au Qatar et le soutien à ces derniers de la télévision satellitaire qatarienne Aljazeera.

Dans la foulée du rappel des ambassadeurs, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont interdit à leurs ressortissants de collaborer aux médias du Qatar et diverses déclarations en provenance de Ryad préparent les esprits aux sanctions à venir : fermeture de la frontière terrestre (isolant de fait le Qatar de son arrière-pays), fermeture de l’espace aérien aux aéronefs en provenance ou à destination de l’émirat, boycottage commercial, etc.

A lire et entendre les responsables et leaders d’opinion saoudiens ou émiriens, ce n’est qu’un début et le Qatar doit s’attendre à bien d’autres mesures jusqu’à ce qu’il vienne à résipiscence et que cheikh Tamim vienne a Canossa, renonçant à tout ce qui a fait la force de la diplomatie du Qatar depuis les débuts du règne de son père Hamad en 1995 qui s’est avant tout définie en opposition au royaume saoudien. Autant dire que le ressentiment accumulé vient de loin.

Pour autant, on est frappé par le côté épidermique de la rédaction de l’Arabie saoudite et de ses alliés et on peine à discerner la stratégie qui soutient cette batterie de mesures contre le Qatar. A supposer en effet que l’émirat ne cède pas à la pression, ce qui n’est pas une simple hypothèse, de quelle alternative dispose Ryad à des sanctions qui se seraient avérées inefficaces ? L’Arabie saoudite peut-elle durablement prendre le risque d’être vue comme la principale responsable de la division du Conseil de coopération du Golfe, division dont le principal bénéficiaire serait à l’évidence son adversaire principal, à savoir l’Iran ?

Plus vraisemblablement, la crise actuelle connaîtra l’issue de la plupart de celles qui ont traversé le monde arabe depuis des décennies. Au bout d’un certain temps, probablement quelques mois, une baisse significative du niveau des invectives échangées, suivie ou accompagnée d’une normalisation diplomatique et d’une réconciliation plus ou moins spectaculaire, et aussi peu sincère que toutes celles qui l’ont précédées, mais indispensable, car dans le long terme, les monarchies du Golfe n’ont d’autre choix que de serrer les coudes, quels que soient leurs désaccords et les inimitiés entre leurs dirigeants. La pérennité de leurs régimes, qui est la seule chose qui compte véritablement à leurs yeux, est à ce prix.

L’Arabie saoudite, alliée objective du Qatar ?

Posted in Divers by odalage on 20 mars 2014

Cet article est initialement paru dans Orient XXI  le 17 mars 2014

Par Olivier Da Lage

La décision de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et de Bahreïn de retirer leurs ambassadeurs au Qatar a éclaté comme un coup de tonnerre et mis en évidence les contradictions au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Pourtant, l’offensive de Riyad contre le petit émirat, contre sa télévision Al-Jazira et contre les Frères musulmans risque au final de se retourner contre le royaume.

L’Arabie saoudite serait-elle en définitive la meilleure alliée du Qatar, son « alliée objective » ? La question n’est qu’un paradoxe apparent. L’ancien émir Hamad était passé maître dans la gestion des contradictions au bénéfice de l’émirat et de la dissuasion du faible (le Qatar) au fort (l’Arabie). Cette politique lui a permis d’engranger de nombreux succès diplomatiques, du moins jusqu’à l’été 2013, lorsque ses protégés en Égypte et en Tunisie ont été contraints de céder le pouvoir.

Anticipant certainement les difficultés à venir, le cheikh Hamad ben Khalifa Al-Thani s’est à temps volontairement retiré du pouvoir le 25 juin 2013 pour le transmettre à son fils Tamim, contrairement à l’usage parmi les potentats de la région qui ne se retirent généralement des affaires qu’à leur mort, ou par la grâce d’un coup d’État. Qui plus est, Al-Thani père s’est bien gardé depuis lors d’apparaître publiquement. Ce faisant, il ambitionnait sans aucun doute de protéger les premiers pas au pouvoir de son successeur afin de préserver l’héritage et de pérenniser sa politique mise en œuvre depuis 1995, lorsqu’il avait lui-même pris le pouvoir en déposant son père, Cheikh Khalifa, en voyage à l’étranger.

Dans un pays dans lequel la plupart des souverains ont été renversés par leur successeur à l’occasion d’un coup d’État familial, Cheikh Hamad, en choisissant de se retirer de son vivant, a certainement réduit le risque que la même mésaventure survienne à Tamim. Il a mis à l’écart celui qui pouvait apparaître comme le principal rival, Hamad ben Jassim, cousin de l’émir Hamad, ministre des affaires étrangères et premier ministre, inspirateur, architecte et exécuteur des initiatives les plus hardies du règne précédent. Les relations entre lui et Tamim étant notoirement marquées par la défiance, le nouvel émir a immédiatement privé Hamad ben Jassim de toutes ses fonctions étatiques et l’intéressé est aussitôt parti à l’étranger poursuivre ses florissantes affaires privées. Nul doute que les choses eussent été autrement difficiles pour Tamim si son accession au pouvoir s’était produite après la mort de son père.

Nouvelle ère

C’est dans ces conditions que Tamim, du seul fait du départ de son père, a pu remettre les compteurs à zéro dans les relations jusque là exécrables avec le puissant voisin saoudien à qui il a réservé son premier voyage en tant qu’émir. Bien accueilli par toutes les monarchies voisines qui accumulaient les griefs contre la politique et les façons de faire de son prédécesseur, Tamim a d’emblée imprimé un style très différent, beaucoup moins flamboyant que celui de son père. Un Qatar plus modeste, recentré sur ses affaires intérieures, voilà qui faisait les affaires de pratiquement tout le monde, à commencer par ses voisins de la Péninsule arabique. Les débuts sont rudes : à peine Tamim était-il au pouvoir que le président égyptien Mohamed Morsi, soutenu politiquement et financièrement à bout de bras par le Qatar, était renversé par un coup d’État militaire, initialement soutenu par de larges secteurs de la population égyptienne. Protestant de sa bonne foi, le Qatar prétend contre toute évidence n’avoir pas soutenu les Frères musulmans mais le peuple égyptien et pour prix de sa contrition, s’engage à livrer jusqu’au bout le gaz promis à l’Égypte du temps où elle était dirigée par Morsi. À peu près au même moment, en Tunisie, l’autre protégé de Cheikh Hamad, le mouvement Ennahda — qui s’inscrit également dans la mouvance des Frères musulmans — est contraint de céder la place à un gouvernement de technocrates. Là encore, le Qatar digère en silence ce revers de fortune.

De fait, depuis l’été 2013, l’émirat faisait beaucoup moins parler de lui et nombre de « qatarologues » en étaient venus à se demander si le Qatar de Cheikh Tamim n’était pas rentré dans le rang. À tort. Car aucun revirement ne s’esquissait, la diplomatie de Doha s’était simplement faite plus discrète. En Syrie, le soutien aux djihadistes était toujours de mise et sur Al-Jazira, les prêches de Cheikh Qaradawi, prédicateur d’origine égyptienne et Frère musulman, continuaient d’enflammer le monde arabe à commencer par l’Égypte du général Abdel Fattah El-Sissi, le nouveau « meilleur ami » de l’Arabie saoudite. Alors même que des journalistes d’Al-Jazira emprisonnés au Caire étaient traduits en justice sous l’accusation de terrorisme, le gouvernement du Qatar refusait d’abjurer sa politique passée et présente de soutien aux Frères.

C’en était trop pour l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Ces derniers étaient en effet engagés depuis plus de deux ans dans une impitoyable chasse aux Frères musulmans accusés de comploter contre les régimes de Dubaï et d’Abou Dhabi afin d’imposer une république islamique. Pour faire bonne mesure, le gouvernement de Bahreïn, qui a pourtant su recourir aux Frères musulmans dans son combat contre l’opposition chiite, s’est joint aux deux premiers, tous trois rappelant le 5 mars leurs ambassadeurs de Doha pour punir le Qatar de n’avoir pas respecté un accord, jusque-là tenu secret, conclu en novembre dernier à l’issue d’une médiation koweïtienne. Dans cet accord, qu’ils reprochent au Qatar de n’avoir pas respecté, Tamim se serait engagé à ne pas s’ingérer dans les affaires intérieures des pays voisins et à ne pas soutenir un « mouvement dont le but est de menacer la sécurité et la stabilité des États membres ». Traduit librement, ses voisins attendaient du Qatar qu’il musèle Cheikh Qaradawi, qu’Al-Jazira cesse de soutenir les Frères musulmans en Égypte et que ceux d’entre eux qui avaient trouvé refuge au Qatar soient au mieux expulsés, au pire réduits au silence. C’était beaucoup demander au Qatar dont le soutien aux Frères remonte aux années 1960 et à la répression des Frères par le président Gamal Abdel Nasser. Quant à Al-Jazira, s’il est indiscutable que son appui sans réserve à la mouvance frériste depuis 2011 lui a fait perdre beaucoup en audience et en crédibilité, elle s’est tellement identifiée au Qatar, placé sur la carte du monde par Cheikh Hamad au prix d’innombrables crises diplomatiques provoquées par ses émissions, qu’il était vain d’attendre des autorités de Doha qu’elles désavouent la télévision qui a fait la notoriété de l’émirat.

Vers une grave crise diplomatique ?

Pour faire bonne mesure, les ministères de l’information des Émirats arabes unis et d’Arabie Saoudite ont mis en demeure leurs ressortissants collaborant aux médias qatariens, y compris la chaîne sportive Beinsport, de mettre immédiatement fin à leur collaboration. Puis, des informations venues d’Arabie saoudite ont évoqué divers boycottages, la fermeture de la frontière terrestre avec le Qatar et d’autres mesures, aussi humiliantes qu’hostiles à l’encontre de leur petit voisin. À vouloir trop bien faire, on parvient souvent au résultat inverse de celui recherché et même un dirigeant au tempérament aussi modéré que Cheikh Tamim ne peut accepter de se faire rabrouer comme un écolier turbulent. Comme c’était prévisible, le Qatar s’est cabré et a fait savoir qu’il ne changerait pas de politique.

Si le rapport des forces semble lui être défavorable, l’émirat a toutes les raisons de penser que sa posture n’est pas si inconfortable. Tout d’abord, le Qatar n’est pas complètement isolé au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Si trois des six membres ont rappelé leurs ambassadeurs, il est tout aussi intéressant de noter que les deux autres ne l’ont pas fait : ni le sultanat d’Oman, qui répugne à tout geste spectaculaire et coercitif envers un autre membre du club des monarchies de la Péninsule, ni le Koweït qui s’est engagé dans une mission de médiation entre le Qatar et les autres pays du CCG. En fait, si l’on considère que, en décembre 2013, l’Arabie saoudite et Bahreïn ont dû in extremis renoncer à leur projet d’Union du Golfe devant la résistance ouverte d’Oman et du Koweït et tacite du Qatar, l’échec de la stratégie saoudienne est patent.

Du reste, de quelle stratégie parle-t-on ? Après le retrait des ambassadeurs, quelles sont les mesures que Riyad pourrait prendre à l’encontre du Qatar ? Le blocus et le boycottage annoncés ne sont certes pas une bonne nouvelle pour Doha, mais les moyens de le contourner existent. Un blocus maritime est impensable, à la fois parce qu’il s’agirait d’un acte de guerre et que les tensions internes au CCG n’ont tout de même pas atteint ce degré, et parce que le Qatar héberge sur son sol la plus importante des bases américaines à l’extérieur du territoire des États-Unis. Par ailleurs, la conséquence mécanique de l’hostilité saoudienne sera immanquablement un rapprochement du Qatar avec l’Iran. Un premier pas a-t-il été franchi avec la première réunion à Téhéran le 15 mars du comité politique conjoint des deux pays ?

Et si toutes ces sanctions ne sont pas prises, il ne reste comme option que la rupture des relations diplomatiques, hypothèse fort peu vraisemblable. À défaut, il ne reste donc à Cheikh Tamim qu’à patienter et à parier sur le nombre de mois qu’il faudra aux ambassadeurs saoudien, émirien et bahreïnien pour retrouver le chemin de Doha, lui-même ayant pris soin de ne pas retirer les ambassadeurs qatariens dans ces trois capitales et s’étant bien gardé de contribuer à l’escalade par des déclarations intempestives. Une dernière observation : Cheikh Hamad est resté silencieux et invisible depuis son retrait en juin 2013, mais il n’est pas interdit de penser qu’il prodigue en coulisses ses conseils stratégiques au successeur qu’il a mis en place.

Bahreïn : la politique du pire

Posted in Moyen-Orient by odalage on 29 décembre 2013

La détention pendant quelques heures samedi 28 décembre de cheikh Ali Salman, secrétaire général du parti chiite d’opposition Al Wifaq, marque une dangereuse escalade dans la politique de répression mise en œuvre par les autorités de ce petit royaume du Golfe.

(Publié initialement sur le site de l’Institut MEDEA)

Par Olivier Da Lage, journaliste à RFI et chercheur associé à l’Institut MEDEA

Le 5 décembre 1994, la police de l’émirat de Bahreïn arrêtait à son domicile un jeune mollah chiite de 29 ans, cheikh Ali Salman. Son arrestation allait déclencher l’« intifada chiite » qui ne prend fin qu’en 1999, après la mort de l’émir Isa et l’arrivée sur le trône de son fils Hamad qui prend aussitôt des mesures d’apaisement en amnistiant les prisonniers politiques, en faisant rentrer d’exil des opposants et en organisant un référendum approuvant un retour à la vie parlementaire et le rétablissement de la constitution. Entretemps, les troubles qui ont secoué Bahreïn ont causé la mort de près d’une centaine de personnes.

Dix-neuf ans presque jour pour jour après son arrestation, cheikh Ali Salman a été brièvement arrêté samedi 27 novembre et présenté au procureur général du royaume sous l’accusation d’ « incitation à la haine confessionnelle et à la propagation de fausses nouvelles de nature à nuire à la sécurité nationale ». Relâché quelques heures plus tard, le secrétaire général du Wifaq s’est vu notifier une interdiction de quitter le territoire. Ce qui lui était reproché était ostensiblement son sermon de la veille dans lequel il appelait ses partisans à réagir pacifiquement à la « violence d’État » : « Maintenant, ils ont doublé le nombre de personnes arrêtées. Nous ne voulons pas qu’une personne de plus soit arrêtée mais nous sommes prêts à avoir 10.000 prisonniers, y compris nous-mêmes, et 20.000. Nous ne capitulerons pas ».

 

A première vue, l’arrestation de ce leader charismatique et modéré de la communauté chiite paraît un contresens politique. Secrétaire général du principal parti d’opposition (28 députés dans la dernière assemblée qui en comptait 40), il a constamment résisté à la radicalisation qui a touché de nombreux chiites dont les plus extrémistes demandent la mise à bas du régime, l’instauration d’une république islamique et la mort des membres de la dynastie sunnite des Al Khalifa. Bien au contraire, Ali Salman s’est toujours montré disposé à dialoguer avec le régime dans le cadre d’une monarchie constitutionnelle. Aux heures les plus tendues de 2011, Ali Salman négociait discrètement avec le prince héritier, cheikh Salman, qui avait la bénédiction de son père, le roi Hamad. Dans leur volumineux rapport, les membres de la commission internationale désignée par le roi Hamad et présidée par le respecté juriste égypto-américain Cherif Bassiouni avaient d’ailleurs rendu un hommage appuyé à ces deux personnalités. Pourquoi donc mettre derrière les barreaux, même pour quelques heures, le seul responsable de l’opposition qui représente l’unique espoir d’une solution politique dans la crise qui depuis trois ans a déjà fait près de 90 morts ?

La réponse est en fait dans la question elle-même : c’est justement pour éviter d’une telle issue politique puisse voir le jour. C’est la traduction du durcissement du régime sous l’influence des tenants de la ligne dure au sein de la famille royale, ceux que l’on appelle les « Khawalid » (les descendants de Khaled Al Khalifa), alignés derrière le Premier ministre et oncle du roi, cheikh Khalifa, en fonction depuis l’indépendance en 1971 ce qui en fait le recordman en matière de longévité des chefs de gouvernement en exercice.

Les Khawalid, auxquel s’est rallié, volontairement ou non, le roi Hamad, ont réussi à radicaliser les deux communautés, chiite et sunnite en créant les conditions d’une quasi-impossibilité de réconciliation, chacune vivant désormais dans la crainte d’être écrasée par l’autre. L’objectif ultime des artisans de cette stratégie du pire est que du désespoir des chiites de Bahreïn naisse une vague terroriste qui attire au régime le soutien explicite des pays occidentaux qui pour l’instant, quelque peu gênés, préfèrent détourner le regard pour ne pas avoir à condamner une répression et des violations des droits de l’Homme qui les gênent aux entournures, exception faite du Royaume-Unis qui soutient sans réserve le régime bahreïnien. On se trouverait donc devant une prophétie autoréalisatrice qui, en suscitant des actions violentes, justifie a posteriori les mesures répressives prises contre des terroristes qui ne l’étaient pas encore lorsqu’elles furent prises, et contre tous ceux qui ne le seront jamais.

Les autorités de Manama, depuis le début, mettent en cause la responsabilité de l’Iran et du Hezbollah libanais et invoquent la crise syrienne à l’appui de leur argumentation. Certes, il est indéniable que troubles à l’œuvre dans le petit royaume se nourrissent en partie de l’importation d’éléments liés à ces tensions régionales. Mais la crise bahreïniene a prouvé dans le passé qu’elle avait elle aussi un fort potentiel d’exportation dans toutes la région, à commencer par la province orientale de l’Arabie Saoudite où les heurts entre population chiite et forces de l’ordre n’ont jamais cessé depuis la fin 2010. L’État du Bahreïn a sans aucun doute du souci à se faire, mais il n’est pas le seul.

Le fait que cheikh Ali Salman ait été relâché par la police au bout de quelques heures semble indiquer que le pouvoir craint les conséquences d’un emprisonnement durable d’une personnalité à l’aura si considérable. Elle peut aussi être interprétée comme une hésitation des autorités, voire un désaccord persistant entre les membres dirigeants de la famille régnante des Al Khalifa. Mais quel que soit le sens que l’on donne à cette interpellation, elle donne un signal très négatif sur les perspectives de sortie de crise au Bahreïn alors même que, semaine après semaine, dans un surprenant déni de réalité, les ambassades à l’étranger du petit royaume ne cessent de diffuser d’invraisemblables communiqués détaillant un dialogue politique inexistant.

Le brutal retour des clivages identitaires dans les monarchies du Golfe

Posted in Moyen-Orient by odalage on 23 décembre 2012

L’expression « printemps arabe(s) », au singulier ou au pluriel, était certes bien commode pour les commentateurs. Auréolée d’un esprit réformateur, voire révolutionnaire, elle faisait référence soit au Printemps de Prague (1968) soit au printemps des peuples (1848). Quoi qu’il en soit, elle était inexacte puisqu’elle se référait à des événements ayant commencé à l’automne 2010 et s’étant développés entre janvier et mars 2011. Mais après deux années de crise ininterrompue, elle n’a tout simplement plus aucun sens. Quatre saisons se sont déjà succédé, à deux reprises. Plutôt que de « printemps arabe », il est plus juste de parler de la crise de 2011-2012, faute d’en connaître les développements en 2013. Ce qui est certain, c’est que les monarchies du Golfe, loin d’avoir été épargnées par la contestation qui a traversé le monde arabe, sont au contraire toujours confrontées à celle-ci et que la crise a durement mis à mal l’identité de ses populations.

L’identité khalijienne

La moitié des États du Golfe a obtenu son indépendance en 1971 seulement. Le Koweït dix années plus tôt. L’Arabie saoudite s’est constituée en pays en 1932 et le sultanat d’Oman, bien que jamais formellement colonisé, est longtemps resté sous influence britannique et n’est entré dans l’ère moderne qu’avec le coup d’État par lequel Qabous a renversé son père en 1970. Collectivement, les monarchies arabes de la Péninsule arabique (Arabie Saoudite exceptée) font leur entrée sur la scène internationale dans les années 70.

Depuis trois-quatre décennies, on assiste ainsi à la formation d’une identité collective des monarchies du Golfe, que j’ai appelée « l’identité khalijienne » (khalij = Golfe, en arabe). Cette identité comprend aussi bien les liens familiaux ou tribaux qui traversent les frontières héritées de la décolonisation, la façon de s’habiller (port de la disdasha et de la ghutra), le type de régime (monarchie arabe traditionnelle), le rôle de la religion, la langue, les différences avec les autres Arabes (Syro-Libanais, Jordano-Palestiniens, Yéménites, Égyptiens, Maghrébins, etc.)

Elle est distincte de l’identité arabe, mais elle en est un sous-ensemble. Elle coexiste naturellement avec toutes les autres identités qui traversent la Péninsule : identité nationale, chiite/sunnite, commerçant/bédouin, habitants des côtes ou du désert, etc. Le contexte historique et l’environnement déterminent dans l’instant celle de ces identités qui prend le pas à un moment donné. Mais ce qui est incontestable est qu’au cours des trente dernières années, on a assisté dans les six pays du Conseil de coopération du Golfe (fondé en 1981) à un renforcement de cette identité khalijienne, prolongement de l’identité nationale autour des souverains censés incarner la nation dans son unité.

Ce processus d’intégration collective sublimant les différences au sein d’une identité partagée a assez bien fonctionné. J’en prendrai pour exemple deux slogans révélateurs de cette tendance, pris dans deux pays différents à deux époques différentes. En février 1986, lors de la célébration du jubilé célébrant les vingt-cinq ans d’indépendance du Koweït, le slogan officiel était « kulluna li-l-kuwait wa-l-kuwait lana » (nous sommes tous pour le Koweït et le Koweït est à nous). On en trouvera l’écho vingt-cinq ans plus tard exactement, lors du rassemblement des opposants bahreïniens place de la Perle en février 2011 dont le signe de ralliement était : « ni sunnites, ni chiites, rien que Bahreïniens »

La monarchie, incarnation de l’unité nationale et régionale

Dans le système khalijien, tel qu’il s’est affirmé depuis les années 70, les familles régnantes sont au cœur de l’appareil proto-étatique. Le roi, l’émir, le sultan représentent le père de la nation, à l’écoute de ses sujets grâce au majlis hebdomadaire au cours desquels il reçoit ses sujets venus lui présenter des pétitions. Ce système est présenté comme beaucoup plus authentiquement démocratique que les institutions calquées sur les régimes européens. Dans ce système, la famille du souverain a toute sa place dans les administrations. Ils garantissent la loyauté de celles-ci vis-à-vis du monarque et permettent de lui faire efficacement remonter les doléances de ses sujets. Au niveau régional, l’intégration des monarchies se fait au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG), une organisation régionale fondée en 1981 sur le modèle européen du Marché Commun. Dans les aéroports des pays du CCG, des files d’attente sont réservées aux ressortissants du CCG pour le contrôle des passeports de façon à renforcer le sentiment d’appartenance commune.

Évidemment, dans la réalité, les choses sont quelque peu différentes. Il y a notamment l’exacerbation des tensions entre les familles marchandes et les familles régnantes. A l’origine, dans plusieurs émirats (Koweït, Abou Dhabi, Bahreïn, Qatar, Dubaï, notamment), il y avait un partage des rôles entre le cheikh, chef politique, et la communauté des marchands qui s’occupait de faire fructifier ses affaires. Mais au fil du temps, les membres des familles régnantes ont usé et abusé de leur pouvoir politique pour accaparer les affaires les plus rentables et évincer des concurrents. Cette remise en cause du pacte fondateur des monarchies du Golfe a épisodiquement provoqué des tensions, notamment au Bahreïn et au Koweït. En ce qui concerne la démocratie du majlis, il faut tempérer la propagande officielle par une réalité plus prosaïque, à savoir le désintérêt, voire l’ennui profond qui étreint nombre de dirigeants du Golfe à l’égard d’un rituel auquel certains ont désormais renoncé à se soumettre. Dès lors, il n’y a plus d’espace d’intermédiation politique, en l’absence d’instances démocratiques dignes de ce nom pouvant prendre le relais de cette forme traditionnelle de consultation du peuple.

Néanmoins, au milieu des années 2000, les monarchies du Golfe apparaissaient jeunes, modernes, relativement épargnées par la sclérose frappant les républiques arabes vermoulues. L’Égypte, l’Irak, la Syrie, la Libye, l’Algérie, étaient enfoncées dans la paralysie, la corruption, l’inefficacité (sauf en ce qui concernait les appareils répressifs), le népotisme. Dans tous ces pays, Algérie exceptée, une succession de type dynastique se mettait en place sous couvert d’institutions qui n’étaient plus républicaines que sur le papier. À la fin des années 90 et au début des années 2000, un vent de réforme soufflait sur les monarchies du Golfe, porté par de jeunes émirs et à l’instigation des Américains qui voulaient prouver la réalité de leur théorie des dominos vertueux, à savoir que la démocratie pro-occidentale se propagerait dans toute la région à la chute de Saddam Hussein. Dans le monde arabe, les républiques appartenaient déjà au passé, les monarchies étaient la jeunesse et l’avenir du monde arabe.

En 2011, on n’est plus en 1971, 1981, ou 1991

La crise de 2011-2012 intervient dans un contexte bien particulier : en dépit des apparences de continuité et bien au-delà des changements visibles, dans l’urbanisme par exemple, les pays du Golfe ont profondément évolué depuis plusieurs décennies. Le Golfe de 2011 n’est plus celui des indépendances (1971), de la création du Conseil de coopération du Golfe (1981) ou de la libération du Koweït (1991) :

Désormais, les jeunes du Golfe (toujours largement majoritaires dans la population) bénéficient, pour beaucoup d’entre eux, d’une formation supérieure dispensée sur place, ils sont connectés à l’Internet à travers leurs ordinateurs et leurs smartphones et sont entrés de plain-pied dans la mondialisation. Ils sont très présents sur Twitter et Facebook et les plus audacieux d’entre eux alimentent des blogs contestataires.

Surtout, ils n’ont pas oublié les promesses esquissées de démocratisation des années 2000. Les gouvernements ne peuvent d’ailleurs, jusqu’à un certain point, s’en prendre qu’à eux-mêmes. Le terme de « citoyen » (mouwaten) est encouragé par les dirigeants alors même qu’ils sont en réalité considérés comme des sujets par les familles régnantes. Cela pose d’ailleurs la question de la nationalité, à laquelle s’attachent tant d’avantages. Par exemple, le gouvernement du Bahreïn, n’hésite pas à déchoir de leur nationalité des contestataires chiites alors même qu’ils naturalisent à tour de bras des étrangers sunnites pour tenter de compenser le déséquilibre démographique qui existe au détriment de ces derniers.

Parfaitement informés, par l’Internet et les télévisions satellitaires, les habitants du Golfe ne veulent pas que leurs pays restent à l’écart du courant global de démocratisation, d’autant qu’ils en ont eu un avant-goût avec les réformes institutionnelles introduites à partir de 1999 au Qatar et au Bahreïn, et, progressivement, ailleurs également. Cette émulation institutionnelle, ce cercle vertueux démocratique dans lequel semblaient s’être lancé les monarques du Golfe a été pris au sérieux par nombre de leurs sujets. Ils n’en sont que plus déçus aujourd’hui.

C’est ce qui explique que le Golfe n’a pas été épargné par la vague de contestation partie qui secoue depuis la fin 2010 le monde arabe. Mais cette contestation se manifeste différemment d’une monarchie à l’autre car ses causes sont avant tout internes.

La réponse musclée des dirigeants

Les six monarchies de la Péninsules ne sont pas toutes dans la même situation vis-à-vis de leurs populations et il convient de les différencier selon au moins deux types de critères, la richesse et la participation politique :

C’est ainsi qu’en ce qui concerne les ressources, il faut distinguer d’un côté, ceux qui ont une rente à redistribuer de ceux qui n’en ont pas ou peu. Dans la première catégorie, on trouvera l’Arabie saoudite, le Koweït, le Qatar et les Émirats arabes unis (EAU). Dans la seconde, le sultanat d’Oman et le Bahreïn.

Si l’on utilise comme discriminant le type d’institution et de participation politique des citoyens, le CCG se divise entre ceux de ces membres qui accordent constitutionnellement une forme de démocratie participative institutionnelle, même si elle n’est souvent que formelle (c’est le cas du Koweït, et, à un moindre degré, du Bahreïn et du Qatar) et ceux qui ne relève pas d’institutions démocratiques, même imparfaites, comme l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis ou le sultanat d’Oman.

Néanmoins, force est de constater que les attitudes des dirigeants des six monarchies du Golfe sont bien plus homogènes que les disparités patrimoniales et institutionnelles pourraient le laisser penser. A l’exception toutefois du Qatar, tous les dirigeants du Golfe ont opté, d’une façon ou d’une autre, pour la répression ou la résistance aux aspirations démocratiques de leurs population. En ce qui concerne le Qatar, l’émir n’a guère eu besoin de s’opposer à une population qui ne semble guère exigeante en matière de participation politique, d’autant que les institutions octroyées par l’émir et ratifiées par référendum à la quasi unanimité en avril 2003 sont, sur le papier du moins, parmi les plus progressistes de toute la région.

D’une façon générale, en cas de contestation, la réponse est toujours la même et repose sur le triptyque répression/achat/cooptation. On arrête les manifestants et on punit sévèrement les meneurs, on injecte de l’argent dans l’économie, le logement, l’éducation, l’emploi pour apaiser les mécontents et on promeut les repentis qui acceptent de dénoncer à la télévision leurs anciens compagnons de lutte.

Dès les mois de février-mars 2011, il est clair que la riposte menée notamment par l’Arabie saoudite est franchement réactionnaire et contre-révolutionnaire. Les objectifs sont clairs : il s’agit de conserver le pouvoir et même reprendre ce qui a été déjà été donné les années précédentes. Derrière cette contre-révolution, il y a l’idée que toute concession mène à la chute, comme cela a été le cas pour Ben Ali, Moubarak, voire le Shah d’Iran trente ans auparavant. Si l’Arabie a effectivement injecté massivement de l’argent en février-mars (plus de 130 milliards de dollars), si les pays du CCG ont apporté une aide financière significative au Bahreïn et au sultanat d’Oman, dès le printemps, la politique se durcit. Contrairement à ce qui s’était passé les premiers mois, les pouvoirs semblent avoir renoncé à l’achat et la cooptation. Du triptyque évoqué précédemment ne reste que la répression, brutale et assumée. Quant aux étiquettes réformatrices dont cherchaient à se parer les gouvernements des petits émirats dans les années 2000, elles ont presque disparu. La réforme n’est plus à l’ordre du jour et la pression occidentale pas davantage, tant les États-Unis, obnubilés par le péril iranien, se sont vite résignés à faire l’impasse sur les exigences démocratiques qu’ils brandissaient encore au mois de mars. La réaction de défi aux Occidentaux des Saoudiens, suivis par les autres, semble avoir payé et les monarques du Golfe ont avec succès instrumentalisé à leur profit la crise iranienne.

Mais la façon de procéder, visant à reprendre la main, pourrait à terme fragiliser davantage encore ces régimes. Il s’est agi avant tout de renforcer l’identité des soutiens dont ils bénéficiaient en dénonçant l’autre partie de la population. En opposant « eux » et « nous ». Nous, les loyaux sujets et citoyens, eux, les traitres, les ennemis de la nation, la cinquième colonne. En Arabie Saoudite et au Bahreïn, ceux qui étaient voués à la vindicte étaient les chiites. Au Koweït et aux Émirats arabes unis, les Frères musulmans.

Dans les deux cas, les pouvoirs dénoncent une cinquième colonne et composée d’agents de l’étranger. Les manifestants chiites de Bahreïn et d’Arabie ne peuvent être que des agents de l’Iran. Quant aux Frères musulmans, ils sont dénoncés comme une véritable société secrète, quasiment maçonnique, opérant sournoisement aux Émirats et au Koweït avec l’appui d’ONG occidentales pro-démocratie. Cette répression mise en œuvre à partir de la seconde moitié de 2011 vise en effet ouvertement des organisations américaines ou européennes et la presse officielle se déchaîne contre les gouvernements occidentaux qui sont pourtant leur garantie de survie.

En cherchant par tous les moyens à préserver leur pouvoir, les monarques du Golfe n’ont pas hésité à s’en prendre aux identités nationales construites après les indépendances sur le thème de l’unité pour se recentrer sur la défense de leurs régimes contre un secteur entier de leur propre population. C’est une vision à court terme et si la force a eu raison de la contestation jusqu’à un certain point en enrayant sa progression géographique, elle est loin de l’avoir éradiquée en profondeur.

D’abord parce que cette contestation, loin d’être nouvelle, a des racines profondes qui s’enracine dans l’histoire des pétromonarchies. Les réponses ne peuvent se trouver uniquement dans la répression ou l’achat de la paix sociale par l’injection massive de pétrodollars. De larges secteurs de la population demandent la redéfinition du un contrat social. Or, les dirigeants veulent octroyer, à leur gré, ce qu’ils consentent à accorder au peuple. On le retrouve notamment dans les constitutions du Qatar et du Bahreïn dans lesquelles, au-delà des apparences démocratiques, le souverain n’est pas vraiment contraint. Devant ces deux attitudes inconciliables et en l’absence de processus politique de médiation, il n’y a plus de statu quo. Seule demeure une crise larvée : les gouvernements veulent revenir sur ce qu’ils ont lâché dans un passé récent alors que les opposants veulent récupérer les droits qu’on leur a repris.

En somme, deux ans après le début de la contestation arabe, les dirigeants du Golfe, dont les réponses répressives classiques manquent totalement d’imagination en sont à peu près au même point, mais avec une différence de taille, comparé à la fin 2010 : à la pérennité des régimes fait désormais face une remarquable résilience d’une contestation endémique qui, faute de réponse, tend à se radicaliser et à se généraliser.

L’hégémonie saoudienne se heurte à la résistance des autres monarchies

Posted in Moyen-Orient by odalage on 15 mai 2012

Or donc, les souverains du Conseil de coopération du Golfe (CCG) se sont séparés sans décider de mettre en place l’union annoncée à son de trompes depuis décembre dernier. Au lieu de cela, ils ont décidé de confier aux ministres des Affaires étrangères la mission de « poursuivre l’étude » du projet et de « soumettre leurs recommandations » lors d’un sommet extraordinaire. Ce report, ou plutôt cette non-décision, est à mettre en regard des déclarations des principaux dirigeants du Bahreïn dans les jours qui ont précédé : cette union est « la réponse aux changements et aux défis que nous rencontrons aux plans régional et international », affirmait peu auparavant le roi Hamad. Quand à son oncle Khalifa, Premier ministre de l’archipel depuis… 1971, il soutenait à la veille de l’ouverture du sommet que « l’option de l’union [était] une urgence ». À lire le communiqué final, il semble qu’il ait surtout été urgent d’attendre. Et même un certain temps, à en croire le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud al-Fayçal qui, rendant compte des travaux, a indiqué que « cette question va prendre du temps… L’objectif est que tous les pays rejoignent [l’union], pas seulement deux ou trois ». On ne saurait mieux dire que le projet avancé par le Bahreïn et l’Arabie Saoudite, invoquant la menace iranienne pour justifier cette intégration sous la houlette de Ryad, n’a guère suscité l’enthousiasme de leurs partenaires.

Certains en déduiront qu’il ne s’est rien passé. Je suis de l’avis exactement opposé. L’absence de décision peut résulter soit d’une absence de volonté, soit de l’opposition frontale de deux volontés opposées, avec une force égale. Compte tenu des annonces faites depuis décembre à Ryad et relayées depuis plusieurs semaines à Manama, la volonté des dirigeants saoudiens et bahreïniens d’aller de l’avant vers une intégration poussée, de type fédéral, ne fait aucun doute. Il faut donc que cette volonté se soit heurtée à une opposition suffisamment forte pour qu’ils aient, du moins pour le moment, remisé leur projet.

On connaissait les réticences du sultan Qabous d’Oman, qui a toujours exprimé sa singularité depuis les origines du CCG. Mais à lui seul, il n’aurait probablement pas pu empêcher une majorité des membres de ce club très sélect de se prononcer pour l’intégration et il serait apparu isolé. Il ne l’a pas été. Ce sont au contraire les Saoudiens et les Bahreïniens qui apparaissent aujourd’hui minoritaires. Le Qatar, à l’évidence, ne semblait pas très désireux d’aller de l’avant : son actuelle coordination avec l’Arabie saoudite dans les dossiers libyen et syrien ne lui a pas fait oublier ses différends, notamment frontaliers, avec l’Arabie Saoudite. Mais il semble que ce soient les Émirats arabes unis qui aient fait capoter le projet par leur insistance à obtenir « des détails, et les détails des détails », pour reprendre l’expression employée par Saoud al-Fayçal lui-même. Par ailleurs, la société civile s’est invitée dans le débat des dirigeants. Le Forum du Golfe des sociétés civiles, une ONG regroupant des associations citoyennes de plusieurs États du Golfe, née dans la foulée de l’invasion du Koweït par l’Irak, avait fait savoir en termes diplomatiques par la voix de son secrétaire général Anouar al-Rachid qu’il estimait que « le report de l’annonce d’une telle mesure à ce moment précis serait approprié ». Grâce à la somme des réticences suscitées par le projet saoudo-bahreïnien, il a eu gain de cause.

Certes, le projet n’est que remisé, pas enterré. Mais à en juger par d’autres exemples passés, il n’est pas bien parti. La monnaie unique, projet annoncé dès la création du CCG en 1981 et qui devait finalement être mis en œuvre en 2010, est loin d’être sur le point de voir le jour ; « l’armée de 100 000 hommes » destinée à remplacer l’embryon d’armée commune du CCG « Bouclier de la Péninsule », soutenue par le sultan Qabous après l’invasion du Koweït, a été proprement torpillée par l’Arabie Saoudite ; la déclaration de Damas, qui devait associer l’Égypte et la Syrie à la défense des monarchies pétrolières, a connu semblable sort, et ainsi de suite.

Car une chose est pour Ryad d’affirmer son hégémonie sur la Péninsule – même disputée, elle est bien réelle –, une autre est d’entériner des abandons de souveraineté par des États théoriquement égaux entre eux, même si chacun sait que l’un d’entre eux (l’Arabie Saoudite) est beaucoup plus égal que les autres !

Olivier Da Lage

L’Arabie tente de renforcer son emprise sur les monarchies du Golfe

Posted in Moyen-Orient by odalage on 12 mai 2012

Au cours du sommet de Ryad, les dirigeants du Conseil de coopération du Golfe devraient se prononcer sur un projet d’« union » entre les six membres. Il est aussi question d’une « fédération » entre l’Arabie Saoudite et Bahreïn. Deux projets qui ne suscitent pas nécessairement l’enthousiasme.

Ce lundi 14 mai s’ouvre à Ryad un sommet du CCG plus important que les autres. En fait, c’est probablement le plus important depuis le sommet fondateur qui s’est tenu à Abou Dhabi en mai 1981. La décision de créer une organisation commune aux monarchies du Golfe avait été prise en février 1981 lors d’une réunion informelle à Ryad, quatre mois seulement après le déclenchement de la guerre irako-irakienne : Le Conseil de coopération du Golfe a eu pour marraine la Révolution islamique iranienne et pour parrain le conflit Irak-Iran.

Pour paraphraser le général de Gaulle parlant du putsch d’Alger, le CCG avait une apparence : la création d’un marché commun sur le modèle de l’Europe. Il avait une réalité : la coopération en matière de sécurité. Ce qui intéressait véritablement les six monarques de la Péninsule arabique, c’était de créer un syndicat de dynastie pour préserver le pouvoir des familles régnantes de toutes les menaces, internes et externes et elles ne manquaient pas. Cela dit, le CCG, en trois décennies, a aussi réussi à faire progresser l’intégration économique entre ses membres. En tout cas, son fonctionnement, à l’instar de la Communauté européenne, reposait sur une forme confédérale entre partenaires prétendument égaux, bien qu’en réalité, il soit depuis le premier jour l’instrument le plus officiel de l’hégémonie saoudienne sur les autres monarchies du Golfe, malgré les nombreuses crises qui ont émaillé la vie du CCG depuis sa création.

Dans la foulée de l’intervention américaine en Irak en 2003, les petites monarchies avaient profité de l’appui américain pour affirmer leur indépendance vis-à-vis d’une Arabie Saoudite affaiblie. Mais depuis, les choses sont revenues à la normale, si l’on ose dire : l’Arabie est incontestablement la puissance dominante du club, et cette domination n’est pas remise en cause. En fait, le « printemps arabe » et la réaction des monarchies à celui-ci n’a fait que la consacrer. En Libye et en Syrie, le Qatar et l’Arabie, ayant mis entre parenthèses leur rivalité, marchent la main dans la main pour renverser Kadhafi hier et demain Assad. Au Yémen, le CCG, Qatar et Arabie en tête, ont été à la pointe des initiatives ayant permis le quasi-départ du pouvoir du président Ali Abdallah Saleh. Enfin et surtout, la force « Bouclier de la Péninsule » du CCG qui est intervenue le 14 mars 2011 à Bahreïn était avant tout saoudienne, même si elle comptait un petit contingent des Émirats arabes unis.

Le prisme iranien

C’est dans ce contexte qu’en décembre dernier, le roi Abdallah d’Arabie, lors du sommet annuel du CCG, a suggéré que ce dernier passe d’une « phase de coopération » à une « phase d’union ». Les diplomates du Golfe ont tenté d’expliquer que cette évolution ne faisait que reproduire celle du Marché commun, devenu Communauté européenne, puis Union européenne. Dans ce cadre, il faudrait sans doute parler de « coopération renforcée » entre l’Arabie Saoudite et Bahreïn car depuis plusieurs mois, on laisse entendre que les deux pays vont former une « union », une « fédération », voire « fusionner » et que l’annonce doit intervenir en mai. A l’approche du sommet de Ryad, des responsables bahreïniens et saoudiens ont confirmé que le sujet était d’actualité, mais sans préciser davantage la forme que prendrait cette union.

Au-delà du signal fort que représenterait cette annonce, on ne voit pas très bien en quoi elle se concrétisera. Il ne fait aucun doute que la dynastie bahreïnienne des al-Khalifa peut compter sur le plein et entier soutien du régime de Ryad. C’est ainsi depuis l’indépendance de Bahreïn en 1971, un accord de sécurité signé en 1981 à l’initiative du prince Nayef l’a confirmé, la construction du pont reliant l’archipel au royaume voisin l’a matérialisé, qui pouvait en douter ? C’est à travers le prisme iranien qui colore désormais toute la politique saoudienne qu’il faut chercher la réponse. Les chiites qui contestent à Bahreïn la domination des al-Khalifa, et dans la province orientale celle des al-Saoud ne sont pas seulement des opposants : ce sont des agents de la République islamique d’Iran, une cinquième colonne, des traîtres potentiels. Dans cette optique, une fédération saoudo-bahreïnie serait un puissant message adressé à Téhéran et à ses partisans au sein de la nouvelle union.

L’internalisation du problème chiite bahreïnien par l’Arabie

Mais sur un plan pratique, les avantages que pourraient en retirer les dirigeants, tant saoudiens que bahreïniens, sont beaucoup moins évidents. Même si la communauté sunnite de Bahreïn, qui s’est, elle aussi radicalisée au fil de l’année passée, est rassurée par le soutien sans faille de Ryad à la monarchie de l’archipel, cela ne signifie pas pour autant qu’elle ait envie d’être absorbée par l’Arabie Saoudite : l’identité bahreïnienne est réelle, que l’on soit sunnite ou chiite. Quant à ces derniers, il y a fort à parier qu’ils se radicaliseraient davantage en passant d’une situation dans laquelle ils se voient comme des citoyens de seconde zone dans leur pays à une situation dans laquelle ils seraient assimilés aux chiites saoudiens, dépourvus de droits, dans un pays annexé par le grand voisin. Côté saoudien, les perspectives ne sont pas beaucoup plus riantes. Pour les dirigeants, cela reviendrait à internaliser le problème des chiites bahreïniens au lieu de le faire sous-traiter par une dynastie complaisante qui dépend du soutien de Ryad pour sa survie. De plus, la communauté chiite saoudienne, déjà apparentée pour l’essentiel par des liens familiaux et tribaux à celle de Bahreïn, serait renforcée par l’apport de cette dernière. On voit mal le bénéfice qu’en retirerait la Maison des Saoud.

A cela s’ajoutera une attention accrue de la communauté internationale et l’activisme renforcée des ONG de défense des Droits de l’Homme, qui ne lâchent pas les autorités de Bahreïn depuis un an. Il n’est pas sûr que l’intensification de leur campagne de sensibilisation, qui rencontre quelque écho en Occident, soit véritablement le but recherché.

Le plus probable est donc que le sommet de Ryad se soldera par des effets d’annonce qui n’auront pas de traduction concrète réellement significative. D’autant que les autres partenaires (Koweït, Qatar, Émirats et Oman) ne sont pas franchement enthousiastes à l’égard de ce projet d’union qui ne peut que renforcer l’hégémonie saoudienne sur ses petits voisins.

Reste, malgré tout, la possibilité que les dirigeants saoudiens et bahreïnis, remontés jusqu’à l’incandescence contre Téhéran, soient réellement déterminés à mettre en œuvre cette union (fédération ou fusion) en dépit des risques évoqués plus haut. Auquel cas, il faut s’attendre à une aggravation durable de la situation dans la Péninsule arabique. Car les aspirations à plus de démocratie et à moins de discrimination feront sans aucun doute place à des objectifs beaucoup plus radicaux et à des moyens moins pacifiques.

Olivier Da Lage

Bahreïn : les habits neufs du roi

Posted in Moyen-Orient by odalage on 21 avril 2012

Les autorités bahreïniennes ont donc décidé de maintenir à tout pris le Grand Prix de F1 ce dimanche 22 avril. Beaucoup d’argent était en jeu, c’est certain, mais là n’était pas le plus important : il fallait absolument donner une image de normalité aux yeux du monde. Business friendly Bahrain, pour reprendre la devise publicitaire officielle du royaume, était de retour. Business as usual. L’an dernier, le Grand Prix avait dû être annulé en raison des événements qui secouaient le petit royaume des Al Khalifa. Tout le monde avait compris et accepté les raisons. Mais depuis, officiellement, l’ordre a été rétabli, tout est sous contrôle et le pays est passé à autre chose et regarde avec confiance vers l’avenir. Une annulation, pour la seconde année consécutive, aurait fait mauvais genre. D’une part, la Fédération internationale de l’automobile (FIA) ce serait posé des questions sur l’intérêt de maintenir le Grand Prix de Bahreïn s’il est susceptible d’être annulé chaque année à la dernière minute. Mais surtout, l’irascible Bernie Ecclestone, qui dirige Formula One Management et détient les droits commerciaux de la Formule 1 ne voulait pas en entendre parler. Perdre de l’argent une année était déjà difficilement tolérable, deux années de suite, il n’en était pas question. Et donc, volant au secours du régime bahreïnien, Ecclestone a tout à la fois nié l’existence de troubles au Bahreïn et accusé la presse de les grossir pour vendre du papier.

La cause est donc entendue, l’annulation du Grand Prix de Bahreïn en 2012 aurait fait un tort considérable à l’image du régime. Presque autant que son maintien. Car les opposants, qui n’ont pas, à la différence des autorités, eu recours aux services de coûteuses agences de relations publiques occidentales, ont spontanément compris tout le parti qu’ils pouvaient tirer de la présence de touristes étrangers et de journalistes –même sportifs !- venus couvrir l’événement. En fait, ils n’ont pas eu à forcer les événements car, malheureusement, ce qui s’est passé ces dernières semaines au Bahreïn relève d’une triste normalité : manifestations, répression, blessures et morts par balles, enterrement, manifestations, répression, etc.

En fait, dans ce minuscule pays où les villages, majoritairement chiites, se touchent presque et sont sur la route qu’empruntent à un moment où à un autre, coureurs, spectateurs et journalistes, ces derniers ne pouvaient manquer de rencontrer la réalité sur leur chemin. Pour les membres de l’écurie Force India, elle a pris la forme d’un cocktail Molotov explosant le mercredi 18 avril devant une voiture transportant quatre membres de l’équipe indienne. Secouée, l’écurie Force India a renoncé à participer aux essais le vendredi 20 avril en invoquant des « raisons logistiques » tandis qu’un porte-parole de l’équipe affirmait soutenir le processus de réformes.

Mais alors que se tenait la conférence de presse, des milliers d’opposants manifestaient contre le gouvernement et conspuaient le roi Hamad Al Khalifa. Tout ce que les autorités se sont efforcées de dissimuler aux étrangers, notamment en refoulant de nombreux journalistes et en marquant de façon visible les appareils photos des reporters venus couvrir le Grand Prix, des fois qu’ils seraient tentés de s’égarer dans un village chiite où l’on manifeste, afin de les repérer plus aisément… Et c’est là le plus révélateur de la situation du royaume, plus d’un an après l’entrée des troupes saoudiennes venues protéger la répression du « printemps de Manama » : que, dans ce petit pays entièrement quadrillé par les forces de l’ordre et où la police secrète et ses informateurs font peser sur la majorité chiite et l’opposition un climat de crainte, voire de terreur, des milliers de Bahreïniens manifestent à visage ouvert, en présence de témoins étrangers, et malgré la répression, en dit long sur la résilience de cette opposition, censée avoir été défaite et réduite au silence un an auparavant.

Bien entendu, la famille régnante, parfaitement informée de la situation réelle, n’en croit rien elle-même. Le regard des autres compte pour elle davantage qu’elle ne veut bien l’admettre. C’est pourquoi chaque semaine ou presque, les ambassades bahreïniennes à travers le monde envoient aux journalistes des communiqués détaillant la façon dont les autorités ont mis en œuvre les recommandations de la Commission internationale présidée par le juriste égyptien Cherif Bassiouni : sanction des membres des forces de l’ordre qui ont eu recours à la torture, réintégration des salariés licenciés pour faits de grève, révision des verdicts prononcés par des tribunaux militaires contre les civils, etc. Le problème est qu’en début d’année, Cherif Bassiouni lui-même a publiquement fait savoir que le gouvernement de Bahreïn, en pratique, n’appliquait pas les recommandations de son rapport, qualifiant les mesures prises de « poudre aux yeux » (whitewash).

Lundi 23, au lendemain du Grand Prix, s’ouvre à Manama le procès en cassation de 21 opposants condamnés à de lourdes peines de prison pour « complot », y compris la perpétuité. La décision que prendront les magistrats, évidemment politique et non judiciaire, sera  un indicateur de l’orientation qu’a choisie le régime : maintien de la répression ou timide ouverture. Ce qui paraît exclu pour le moment est une véritable politique d’ouverture, à l’instar de celle initiée par l’actuel roi à son arrivée au pouvoir en 1999. Les signaux qu’il a lui-même envoyés sont contradictoires. En revanche, des membres clés de la famille Al Khalifa, à commencer par son oncle, le Premier ministre Khalifa ben Salman Al Khalifa ont clairement opté pour la continuation de la politique de main de fer engagée voici plus d’un an.

Une véritable ouverture comprenant un dialogue politique avec l’opposition permettrait de mettre fin à la contestation violente, tout comme cela avait été le cas entre 1999 et 2009. Le leader du Wefaq, cheikh Ali Salman, y est prêt. Mais instruits par les précédents, et forts de l’expérience de l’année écoulée, les dirigeants du Wefaq se montreront exigeants sur les garanties.

Si tel n’est pas le cas, le Bahreïn pourra faire de substantielles économies en cessant de payer des agences de relations publiques qui ne convainquent pas grand monde, car cela démontrera que les discours sur l’union nationale et la réconciliation sont des paroles creuses, incapables en tout cas, de mettre fin à la colère d’une majorité de la population que la répression n’a pas su enrayer. Et, tel le conte d’Andersen Les habits neufs de l’empereur, chacun pourra constater que le roi de Bahreïn est nu.

 Lire aussi :

A Bahreïn, le feu couvait sous la cendre

Bahreïn ébranlé par une vague d’émeutes

%d blogueurs aiment cette page :