Le Blog d'Olivier Da Lage

Qatar : la stratégie de la tortue

Posted in Moyen-Orient by odalage on 23 juin 2014

Par Olivier Da Lage, chercheur associé, journaliste à RFI

Cet article est initialement paru le 23 juin 2014 sur le site de l’Institut Medea

Cela fait tout juste un an que cheikh Hamad a abdiqué, laissant le trône à son fils Tamim. Au-delà du changement de style, la politique n’a guère évolué. Les circonstances l’ont d’ailleurs imposé alors que dans la période précédente, c’est plutôt l’émir qui imposait les circonstances !

Depuis une vingtaine d’années, on avait rarement connu l’émirat du Qatar aussi discret. En fait, depuis qu’il a succédé à son père cheikh Hamad après l’abdication de celui-ci voici tout juste un an, cheikh Tamim ne s’est pratiquement pas exprimé en public. Quel contraste avec la période précédente lorsque cheikh Hamad et son cousin, le tout-puissant et omniprésent Premier ministre Hamad Ben Jassim veillaient à ce que, par ses initiatives, le Qatar soit en permanence sous le feu des projecteurs.

Mais aujourd’hui, si le Qatar continue de bénéficier de l’attention des médias, c’est en dépit de ses dirigeants qui semblent tout faire, au contraire, pour se faire oublier. Car ces temps-ci, lorsqu’il est question du Qatar, c’est rarement à son avantage.

En Égypte, le pouvoir du général Sissi, fortement appuyé par les Émirats arabes unis et l’Arabie Saoudite, fait la chasse aux Frères musulmans et à leurs soutiens, notamment les journalistes de la chaîne satellitaire du Qatar Aljazeera, accusés de complicité de terrorisme. En Syrie, et désormais en Irak, les jihadistes pour lesquels le Qatar a eu – et continue d’avoir –quelques largesses font surtout parler d’eux pour leur violence et la cruauté de leurs exactions. Et enfin, tandis que les ONG et les fédérations syndicales scrutent à la loupe les conditions de travail des immigrés bâtissant les infrastructures sportives de la Coupe du monde de 2022, son attribution au Qatar est de plus en plus ouvertement remise en cause. Le coup de l’âne est venu du président de la FIFA lui-même, le Suisse Sepp Blatter, qui a fortement laissé entendre que la corruption de certains membres du comité directeur était peut-être à l’origine du choix du Qatar. Une insinuation qui ne lui coûte rien et peut même lui rapporter : en tant que président, Blatter n’a pas participé au vote, au contraire de son rival Michel Platini qui assume publiquement son choix du Qatar. Mais quelles que soient les motivations de Sepp Blatter, ces déclarations ne font évidemment pas l’affaire du Qatar et personne ne se précipite pour venir à son secours.

Devant cette avalanche d’accusations de corruption, l’émirat a choisi la stratégie de la tortue. Face à la pression, les dirigeants du Qatar ont publié un communiqué pour faire savoir qu’ils avaient pris la décision… de ne rien dire. Sage décision, sans doute, pour éviter d’envenimer leurs cas, déjà délicat. L’histoire n’est pas encore écrite et peut-être la Coupe aura-t-elle finalement bien lieu comme prévu au Qatar en 2022. Mais quoi qu’il en soit, l’émirat est en train d’éprouver les limites de la stratégie hypermédiatique suivie depuis 1995 : être le centre des attentions ne présente pas que des avantages et il n’est pas sûr qu’un silence prolongé suffise à cheikh Tamim pour se tirer de cette passe délicate. Il lui faudra sans doute trouver une initiative hardie pour sortir par le haut au lieu des se contenter de demi-mesures comme il l’a fait jusqu’à présent, par exemple en toilettant de façon superficielle le code du travail pour calmer la colère de la Fédération syndicale internationale, émue par les conditions faites aux immigrés asiatiques. Elles ne sont guère différentes aux Émirats ou au Koweït, mais ces deux monarchies, à l’inverse du Qatar, n’ont pas tout fait pour attirer l’attention sur elles.

 

 

Tagged with: , , ,

Wait and see à Doha : Face à la crise égyptienne, le Qatar fait le dos rond

Posted in Moyen-Orient by odalage on 26 août 2013

(Publié initialement sur le site de l’Institut MEDEA)

Par Olivier Da Lage, journaliste à RFI et chercheur associé à l’Institut MEDEA

Un quatrième méthanier dont les cuves sont remplies de gaz naturel s’apprête à quitter le port de Ras Laffan au Qatar à destination de l’Égypte. La première livraison  a eu lieu voici quelques semaines et la dernière interviendra dans le courant du mois de septembre. Ces cinq livraisons, destinées à permettre à l’Égypte de faire face à la surconsommation énergétique de l’été, avaient été promises par le Qatar au président Morsi, soutenu à bout de bras par l’émirat, mais c’est le nouveau régime issu du coup d’État du 3 juillet qui les aura réceptionnées. Les responsables de Doha n’ont pas voulu remettre en cause l’aide qu’ils avaient promise à l’Égypte en un temps où il s’agissait avant tout de soutenir les Frères musulmans au pouvoir au Caire. Depuis, le Qatar fait de nécessité vertu et son nouveau ministre des Affaires étrangères Khaled Ben Mohammed al-Attiya, de passage à Paris le 18 août dernier, affirmait contre toute évidence que « le Qatar n’a jamais aidé une partie égyptienne ou un parti politique égyptien. L’aide a toujours été fournie à l’Égypte ».

Le renversement du président Morsi et avec lui du régime dirigé par les Frères musulmans égyptiens est un revers important pour le Qatar, seul des États du Golfe à avoir constamment, et surtout concrètement, manifesté son appui, notamment financier, à l’Égypte post-Moubarak. De surcroît, cette mauvaise nouvelle est survenue une semaine à peine après le transfert de pouvoir à la tête du Qatar à la fin du mois de juin. Pourtant, cet échec diplomatique a sans doute été amorti par la transition en cours à Doha. L’ancien émir, cheikh Hamad, et surtout son Premier ministre et chef de la diplomatie Hamad Ben Jassim, étaient très en pointe dans le soutien aux Frères musulmans. Rien ne permet de dire que Tamim, le nouvel émir, ne partage pas cette empathie pour les Frères, mais le changement de dirigeants permet, d’une certaine façon, de remettre les compteurs à zéro. Tamim a d’ailleurs fait de la réconciliation avec les autres monarchies du Golfe sa priorité, à commencer par l’Arabie Saoudite à laquelle il a réservé son premier voyage officiel après son intronisation. Les autorités qatariennes ont donc pris grand soin de ne pas donner l’impression qu’elles retiraient leur aide à l’Égypte parce que ses nouveaux dirigeants ne répondaient pas à leurs vœux. Au contraire, le nouveau ministre des Affaires étrangères s’est rapidement rendu au Caire et, comme on l’a vu, l’aide à l’Égypte s’est poursuivie sans interruption.

Il est d’ailleurs hautement probable que cheikh Hamad, s’il était resté au pouvoir, aurait eu la même attitude, essentiellement pragmatique. Cela aurait simplement été plus difficile pour lui compte tenu du passé. Difficile, mais pas impossible. Quoi qu’il en soit, à en juger par les actes et déclarations des nouveaux dirigeants du Qatar (mais les anciens sont toujours très présents en coulisse), la diplomatie de Doha a choisi de privilégier une certaine discrétion sans pour autant réviser fondamentalement sa politique en cherchant, du moins provisoirement, une voie médiane entre ce qu’était sa politique jusqu’au mois dernier, et celle de ses voisins qui soutiennent ouvertement le coup d’État des militaires égyptiens.

Dans un premier temps, Doha a reconnu sans trop tarder les nouvelles autorités mais contrairement à l’Arabie Saoudite ou aux Émirats arabes unis qui ont sans retenue exprimé leur satisfaction de voir réprimé la confrérie des Frères musulmans, le Qatar  a fait entendre une petite musique différente en appelant le gouvernement égyptien « à faire preuve de retenue dans l’option sécuritaire face aux manifestations pacifiques » et le 14 août, le ministère des Affaires étrangères a vivement critiqué le massacre « de gens innocents » lors de la dispersion brutale du sit-in des Frères musulmans au Caire tout en se garant d’aller aussi loin dans la critique que le gouvernement turc. Il est également frappant que la ligne éditoriale de la chaîne satellitaire qatarienne Al Jazira n’a pour l’instant manifesté aucune inflexion dans son soutien sans nuance aux Frères musulmans. On ne peut écarter la possibilité que les autorités procèdent à de nouveaux changements à la tête de la chaîne pour s’adapter aux nouvelles circonstances régionales, comme cela s’est produit à deux reprises dans le passé avec le remplacement en 2003 de Mohammed Jassem Ali, le directeur général qatarien qui avait assis la réputation d’indépendance d’Al Jazira, par Wadah Khanfar, un palestinien proche des frères musulmans, à son tour remplacé en 2011 par un membre de la famille régnante de l’émirat, Ahmed Ben Jassem Al Thani. Mais un nouveau changement supposerait sans doute que le pouvoir à Doha ait décidé de ce que sera sa ligne pour les mois et les années à venir. Vu l’instabilité de la situation égyptienne, cela pourra prendre un certain temps.

Dans l’immédiat, tandis que ce remue-méninges est à en cours à la tête de l’émirat, la diplomatie qatarienne fait le dos rond.

Une transition en douceur au Qatar ? Les enjeux de la succession d’Al-Thani senior

Posted in Moyen-Orient by odalage on 27 juin 2013

(publié initialement sur le site de l’institut MEDEA)

Par Olivier Da Lage, journaliste à RFI et chercheur associé à l’Institut MEDEA

A 33 ans, cheikh Tamim Ben Hamad Al Thani, le nouvel émir du Qatar, est sans conteste le plus jeune souverain du Golfe. Pourtant, à l’origine, ce n’est pas à lui que cette fonction était destinée. En 1996, un an après avoir renversé son père cheikh Khalifa, et peu après avoir lui-même échappé à une tentative de coup d’État en février 1996, l’émir du Qatar, cheikh Hamad, se choisit un prince héritier : c’est Jassim, l’aîné des fils de sa deuxième épouse, cheikha Moza qui est désigné. Mais il ne semble pas montrer un intérêt prononcé pour les affaires de l’Etat et, en 2003, c’est son frère cadet Tamim qui est nommé prince héritier. Quatrième fils de l’émir, il est le second fils de cheikha Moza qui, de façon tout à fait inhabituelle, exerce une influence considérable sur la conduite de l’émirat et ne s’en cache pas.

Tout comme Jassim et leur père Hamad, Tamim est diplômé de l’académie militaire britannique de Sandhurst et passe pour anglophile. Il est, naturellement, parfaitement anglophone mais parle également couramment le français. Il est passionné par le sport et a joué un rôle important dans l’attribution au Qatar de la Coupe du Monde de football en 2022 ainsi que dans le rachat du club du Paris Saint-Germain. C’est d’ailleurs avec Nasser El Khelaifi, le futur patron du PSG, que le jeune Tamim s’est entraîné à jouer au tennis dans sa prime jeunesse.

Mais depuis qu’il est prince héritier, son père, cheikh Hamad, l’a associé à tous les aspects de la politique de l’émirat. Il est le président du fonds souverain du Qatar et a effectué des missions en Iran et dans les autres pays du Golfe, mais il a également noué des contacts réguliers avec les dirigeants européens et américains. Son père –et aussi sa mère, qui selon différents témoignages l’a véritablement « couvé »– l’ont préparé à son métier d’émir et dans la mesure où cheikh Hamad a envisagé son abdication depuis plus d’un an, il ne fait pas de doute que Tamim était aussi préparé à la succession qu’il est possible de l’être.

On dit cheikh Tamim religieux, et certains ont cru pouvoir en conclure qu’il renforcerait le soutien du Qatar aux Frères musulmans dans la région. En fait, rien n’est moins sûr. Sa priorité, semble-t-il, est de resserrer les liens entre le Qatar et les autres monarchies du Conseil de Coopération du Golfe, à commencer par l’Arabie Saoudite, passablement distendues sous le règne de son père, à la fois du fait de son tempérament et de sa politique flamboyants et volontiers provocateurs ; mais aussi depuis 2011 en raison de l’appui sans retenue à la mouvance des Frères musulmans, considérés avec suspicion dans toutes les autres monarchies de la Péninsule arabique.

Il sera aidé en cela par un tempérament beaucoup plus consensuel que son père. Mais aussi par sa première décision en tant qu’émir : le limogeage de Hamad Ben Jassim, le tout-puissant Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de son père, architecte de la stratégie interventionniste du Qatar et de la montée aux extrêmes en situation de crise. Compte tenu de la différence d’âge, du pouvoir de HBJ, comme on le surnommait, et de la tension persistante entre Hamad Ben Jassim et cheikh Moza, il était inimaginable qu’il reste en place. Son départ était d’ailleurs largement anticipé. Tamim aurait cependant tort de s’en faire un ennemi et il lui faudra trouver un rôle à sa mesure, qui ne menace pas pour autant son pouvoir. Pour l’heure en tout cas, Tamim est aidé dans ses premiers pas par son père qui a soigneusement veillé à ce que toute la famille régnante et les grandes tribus du Qatar fassent allégeance au nouvel émir, ce qui n’aurait peut-être pas été de soi si la succession était intervenue après sa mort.

En tout cas, la plupart des observateurs s’accordent à penser que dans un premier temps, il n’y aura pas de rupture avec la politique suivie jusqu’ici, un infléchissement tout au plus, dans le sens d’un recentrage sur les affaires intérieures de l’émirat. Le nouveau premier ministre, cheikh Abdallah Ben Nasser, qui vient du ministère de l’Intérieur cumule d’ailleurs la fonction de chef du gouvernement avec celle de ministre de l’Intérieur alors que HBJ était aussi ministre des Affaires étrangères.

Une phrase, dans le premier discours du nouvel émir a retenu l’attention : « Le Qatar respectera la souveraineté et l’intégrité de tous les territoires arabes ». Quelle en sera la portée pratique dans le dossier syrien, dans lequel cheikh Hamad et HBJ étaient adeptes d’un interventionnisme forcené ? La réponse à cette question en dira long sur les orientations que Tamim veut imprimer à son règne.

Tagged with: , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :