Le Blog d'Olivier Da Lage

The man who would be king (as soon as possible)

Posted in Moyen-Orient by odalage on 28 juin 2017

by Olivier Da Lage

At dawn, on June 21, King Salman of Saudi Arabia published a royal decree, that is likely to change dramatically the future of the kingdom, and of the entire West Asia for that matter. The king appointed his 31 year old son Mohammed (bin Salman) as crown prince, replacing his cousin Mohammed bin Nayef who had been holding the post for the past two years. The king quickly arranged the baya’a ceremony by which the key members of the royal family swear allegiance to the new crown prince. The first to pay tribute was no other than Mohammed bin Nayef himself, thus sending to the world the message of a smooth transition.

The decision itself didn’t come as a surprise as it had been expected for some time[1] but the timing showed that neither the king, nor his son wanted to lose any time in securing his accession to the throne. It is a remarkable achievement for the young prince who was little known outside the family less than three years ago. As the favourite and trusted son of the king, he had been his chief of staff all along: when Salman was governor of Riyadh, Defence minister, then crown prince, and, since January 2015, the king of Saudi Arabia. As such, he alone decided who could, and more importantly, who couldn’t have access to his father.

In a country ruled for decades by aging kings and princes, Mohammed bin Salman, then only 29, was soon bestowed with the job of Defence minister as well as the responsibility of overseeing the economy. In this capacity, he nearly single-handedly launched the war in Yemen against the Houthi rebels in March 2015 and announced a few months later the ambitious Vision 2030 designed to modernize Saudi economy with the aim of making it less dependent on oil and the public sector. In April 2015, he was made deputy crown prince. His youth and openness to entertainments (he allowed musical shows to take place and cinemas to open, in a country where both are frowned upon by the religious establishment) endeared him to young Saudis who account for the vast majority of Saudi subjects (half of the population is under 25).

While the energetic deputy crown prince was active on all fronts, it soon became clear that his cousin, the actual crown prince, was being systematically sidelined. With his removal, king Salman is the only remaining obstacle on his way to the throne. Considering how, within barely two years, Salman has done everything possible to ensure that his son becomes the kingdom’s strongman, it seems very likely that the king is considering abdicating in his favour very soon. It would silence those, among the royal family, who might dispute Mohammed bin Salman’s qualifications for the throne, after the death of the current king. It has never happened before, but it is exactly what took place in Qatar in June 2013, when Shaikh Hamad ceded the throne to his son Tamim, thereby preventing a challenge from other powerful princes.

If this happens, or if, after Salman’s death, his accession to the throne is confirmed by the Council of allegiance, which represents the 35 branches of the Saudi royal family, Mohammed bin Salman will be the youngest Saudi king in history[2]. It might very well be the beginning of a reign lasting 40 or 50 years while the previous kings have ruled for a decade or thereabouts. Given the ambitions already displayed by Mohammed bin Salman, it might indeed change significantly the face of the Middle East. MbS, as he is often called, has shown a very confrontational attitude vis-à-vis Iran. Iran’s support of the Houthis has been given as the justification of the war in Yemen, which has so far, not witnessed the victory Saudis had expected, but left instead an already poor country shattered, with more than 12,000 deaths, famine and an outbreak of cholera. He has also, in coordination with his mentor, the UAE crown prince Mohammed bin Zayed, led the blockade of Qatar since 5 June[3] by several Arab countries. On 22nd June, this group has given a 10 day ultimatum to Doha to comply with 13 demands, ranging from withdrawing the Qatari ambassador from Tehran to shutting the Aljazeera satellite TV channel to normalize relations. In fact, for Qatar to accept the Saudi demands would have the effect of making its foreign policy subservient to Saudi Arabia, which it cannot accept. This is why Kuwait and Oman, who believe they will be the next targets on the Saudi list, refused to be part of the sanctions against Qatar. Kuwait, in fact, has embarked on a (so far ineffective) mediation which, surprisingly, has not been rejected outright by the Saudis.

Mohammed bin Salman seems to have been emboldened by Donald Trump’s apparent support for his actions against Qatar. But the Pentagon and the State Department, who view Qatar as an important asset in the region (10,000 US troops are stationed in the emirate and are key in the fight against the Islamic State) clearly differ. Taking for granted American support whatever he does might, in the long run, be a mistake on the part of Mohammed bin Salman who is yet to show that he has exit strategies for the multiple crises Saudi Arabia is caught up in.

[1] Family power politics in Riyadh http://www.gatewayhouse.in/riyadh-power-politics/

[2] The founder of the kingdom, Abdelaziz bin Abderrahman al-Saud (Ibn Saud) was in his fifties when he established the kingdom of Saudi Arabia in 1932.

[3] Qatar, a Saudi-Iran battlefield? http://www.gatewayhouse.in/qatar-a-saudi-iran-battlefield/

Publicités

Qatar : la stratégie de la tortue

Posted in Moyen-Orient by odalage on 23 juin 2014

Par Olivier Da Lage, chercheur associé, journaliste à RFI

Cet article est initialement paru le 23 juin 2014 sur le site de l’Institut Medea

Cela fait tout juste un an que cheikh Hamad a abdiqué, laissant le trône à son fils Tamim. Au-delà du changement de style, la politique n’a guère évolué. Les circonstances l’ont d’ailleurs imposé alors que dans la période précédente, c’est plutôt l’émir qui imposait les circonstances !

Depuis une vingtaine d’années, on avait rarement connu l’émirat du Qatar aussi discret. En fait, depuis qu’il a succédé à son père cheikh Hamad après l’abdication de celui-ci voici tout juste un an, cheikh Tamim ne s’est pratiquement pas exprimé en public. Quel contraste avec la période précédente lorsque cheikh Hamad et son cousin, le tout-puissant et omniprésent Premier ministre Hamad Ben Jassim veillaient à ce que, par ses initiatives, le Qatar soit en permanence sous le feu des projecteurs.

Mais aujourd’hui, si le Qatar continue de bénéficier de l’attention des médias, c’est en dépit de ses dirigeants qui semblent tout faire, au contraire, pour se faire oublier. Car ces temps-ci, lorsqu’il est question du Qatar, c’est rarement à son avantage.

En Égypte, le pouvoir du général Sissi, fortement appuyé par les Émirats arabes unis et l’Arabie Saoudite, fait la chasse aux Frères musulmans et à leurs soutiens, notamment les journalistes de la chaîne satellitaire du Qatar Aljazeera, accusés de complicité de terrorisme. En Syrie, et désormais en Irak, les jihadistes pour lesquels le Qatar a eu – et continue d’avoir –quelques largesses font surtout parler d’eux pour leur violence et la cruauté de leurs exactions. Et enfin, tandis que les ONG et les fédérations syndicales scrutent à la loupe les conditions de travail des immigrés bâtissant les infrastructures sportives de la Coupe du monde de 2022, son attribution au Qatar est de plus en plus ouvertement remise en cause. Le coup de l’âne est venu du président de la FIFA lui-même, le Suisse Sepp Blatter, qui a fortement laissé entendre que la corruption de certains membres du comité directeur était peut-être à l’origine du choix du Qatar. Une insinuation qui ne lui coûte rien et peut même lui rapporter : en tant que président, Blatter n’a pas participé au vote, au contraire de son rival Michel Platini qui assume publiquement son choix du Qatar. Mais quelles que soient les motivations de Sepp Blatter, ces déclarations ne font évidemment pas l’affaire du Qatar et personne ne se précipite pour venir à son secours.

Devant cette avalanche d’accusations de corruption, l’émirat a choisi la stratégie de la tortue. Face à la pression, les dirigeants du Qatar ont publié un communiqué pour faire savoir qu’ils avaient pris la décision… de ne rien dire. Sage décision, sans doute, pour éviter d’envenimer leurs cas, déjà délicat. L’histoire n’est pas encore écrite et peut-être la Coupe aura-t-elle finalement bien lieu comme prévu au Qatar en 2022. Mais quoi qu’il en soit, l’émirat est en train d’éprouver les limites de la stratégie hypermédiatique suivie depuis 1995 : être le centre des attentions ne présente pas que des avantages et il n’est pas sûr qu’un silence prolongé suffise à cheikh Tamim pour se tirer de cette passe délicate. Il lui faudra sans doute trouver une initiative hardie pour sortir par le haut au lieu des se contenter de demi-mesures comme il l’a fait jusqu’à présent, par exemple en toilettant de façon superficielle le code du travail pour calmer la colère de la Fédération syndicale internationale, émue par les conditions faites aux immigrés asiatiques. Elles ne sont guère différentes aux Émirats ou au Koweït, mais ces deux monarchies, à l’inverse du Qatar, n’ont pas tout fait pour attirer l’attention sur elles.

 

 

Tagged with: , , ,

Les monarchies du Golfe se déchirent en public

Posted in Divers by odalage on 21 mars 2014

Par Olivier Da Lage, journaliste à RFI et chercheur associé à l’institut MEDEA.

Cet article est initialement paru le 17 mars 2014 sur le site de l’institut MEDEA

Le rappel le 5 mars dernier par l’Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis et le Bahreïn de leurs ambassadeurs en poste à Doha ferait presque oublier qu’il y a à peine plus de trois mois, l’Arabie saoudite avait en vain tenté de faire adopter par ses partenaires du Conseil de coopération du Golfe (CCG) un projet d’Union du Golfe. Chaudement soutenu par le Bahreïn et plus mollement par les Émirats arabes unis, ce projet était en revanche combattu par le Koweït et davantage encore par le sultanat d’Oman. Le ministre des Affaires étrangères d’Oman avait même publiquement déclaré que dans le cas où ce projet serait mis en œuvre, le sultanat se retirerait du CCG dont il est depuis 1981 membre fondateur. Quant au Qatar, il n’a pas eu besoin de s’opposer publiquement au projet, Oman s’en étant chargé, mais sa position ne faisait guère de doute.

En décembre, Ryad proclamait vouloir une union renforcée du Golfe, approfondissant (sous sa domination) un CCG ayant passé le cap de la trentaine et voici qu’en mars, le royaume prend l’initiative d’afficher sa rupture avec le Qatar, entraînant à sa suite deux autres membres de ceclub très fermé des monarchies de la Péninsule arabique. Trois contre trois, ou trois contre un plus deux,, quelle que soit la lecture que l’on donne de cette querelle, le fait est que le CCG est profondément divisé. En soi, ce n’est pas une nouveauté. Il y a eu dans le passé plusieurs crises, dont certaines très sérieuses, notamment celle qui a près de deux décennies durant, opposé le Qatar au Bahreïn sur la souveraineté des îles Hawar. L’affaire s’est finalement résolue à l’amiable après un jugement rendu en 2001 par la Cour internationale de justice de la Haye (CIJ). Mais quelques années auparavant, ce différent territorial entre le Bahreïn et Qatar avait failli provoquer l’implosion du CCG. A l’époque, l’Arabie Saoudite avait refusé de prendre parti entre ses deux petits voisins.

La nouveauté de cette crise n’est donc pas qu’elle puisse avoir lieu. Les précédents l’attestent. C’est sa médiatisation. Dans le passé, seul le Qatar a joué la publicité de ses différends avec l’Arabie saoudite (et quelques autres. Lors de la très grave crise frontalière qui l’a opposé à l’Arabie saoudite autour du poste frontière de Khafous en 1992, dans lequel plusieurs garde-frontière ont perdu la vie, l’Arabie saoudite était ulcérée de la façon dont le Qatar l’avait rendue publique. Mais cette fois-ci, c’est Ryad qui, de bout en bout, a joué la dramatisation d’une crise dont le déclenchement a été entièrement décidé par les dirigeants saoudiens. Par contraste, la réponse du Qatar a été étonnamment mesurée, comparé à ses habitudes de l’époque du règne de l’ancien émir cheikh Hamad qui était coutumier des « montées aux extrêmes ». Il est vrai que, du point de vue des trois pays du CCG qui ont retiré leurs ambassadeurs, la faute en revient entièrement à l’émir Tamim qui n’aurait pas respecté des engagements pris en novembre à l’issue d’une médiation koweïtienne, à savoir restreindre l’influence des Frères musulmans basés au Qatar et le soutien à ces derniers de la télévision satellitaire qatarienne Aljazeera.

Dans la foulée du rappel des ambassadeurs, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont interdit à leurs ressortissants de collaborer aux médias du Qatar et diverses déclarations en provenance de Ryad préparent les esprits aux sanctions à venir : fermeture de la frontière terrestre (isolant de fait le Qatar de son arrière-pays), fermeture de l’espace aérien aux aéronefs en provenance ou à destination de l’émirat, boycottage commercial, etc.

A lire et entendre les responsables et leaders d’opinion saoudiens ou émiriens, ce n’est qu’un début et le Qatar doit s’attendre à bien d’autres mesures jusqu’à ce qu’il vienne à résipiscence et que cheikh Tamim vienne a Canossa, renonçant à tout ce qui a fait la force de la diplomatie du Qatar depuis les débuts du règne de son père Hamad en 1995 qui s’est avant tout définie en opposition au royaume saoudien. Autant dire que le ressentiment accumulé vient de loin.

Pour autant, on est frappé par le côté épidermique de la rédaction de l’Arabie saoudite et de ses alliés et on peine à discerner la stratégie qui soutient cette batterie de mesures contre le Qatar. A supposer en effet que l’émirat ne cède pas à la pression, ce qui n’est pas une simple hypothèse, de quelle alternative dispose Ryad à des sanctions qui se seraient avérées inefficaces ? L’Arabie saoudite peut-elle durablement prendre le risque d’être vue comme la principale responsable de la division du Conseil de coopération du Golfe, division dont le principal bénéficiaire serait à l’évidence son adversaire principal, à savoir l’Iran ?

Plus vraisemblablement, la crise actuelle connaîtra l’issue de la plupart de celles qui ont traversé le monde arabe depuis des décennies. Au bout d’un certain temps, probablement quelques mois, une baisse significative du niveau des invectives échangées, suivie ou accompagnée d’une normalisation diplomatique et d’une réconciliation plus ou moins spectaculaire, et aussi peu sincère que toutes celles qui l’ont précédées, mais indispensable, car dans le long terme, les monarchies du Golfe n’ont d’autre choix que de serrer les coudes, quels que soient leurs désaccords et les inimitiés entre leurs dirigeants. La pérennité de leurs régimes, qui est la seule chose qui compte véritablement à leurs yeux, est à ce prix.

L’Arabie saoudite, alliée objective du Qatar ?

Posted in Divers by odalage on 20 mars 2014

Cet article est initialement paru dans Orient XXI  le 17 mars 2014

Par Olivier Da Lage

La décision de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et de Bahreïn de retirer leurs ambassadeurs au Qatar a éclaté comme un coup de tonnerre et mis en évidence les contradictions au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Pourtant, l’offensive de Riyad contre le petit émirat, contre sa télévision Al-Jazira et contre les Frères musulmans risque au final de se retourner contre le royaume.

L’Arabie saoudite serait-elle en définitive la meilleure alliée du Qatar, son « alliée objective » ? La question n’est qu’un paradoxe apparent. L’ancien émir Hamad était passé maître dans la gestion des contradictions au bénéfice de l’émirat et de la dissuasion du faible (le Qatar) au fort (l’Arabie). Cette politique lui a permis d’engranger de nombreux succès diplomatiques, du moins jusqu’à l’été 2013, lorsque ses protégés en Égypte et en Tunisie ont été contraints de céder le pouvoir.

Anticipant certainement les difficultés à venir, le cheikh Hamad ben Khalifa Al-Thani s’est à temps volontairement retiré du pouvoir le 25 juin 2013 pour le transmettre à son fils Tamim, contrairement à l’usage parmi les potentats de la région qui ne se retirent généralement des affaires qu’à leur mort, ou par la grâce d’un coup d’État. Qui plus est, Al-Thani père s’est bien gardé depuis lors d’apparaître publiquement. Ce faisant, il ambitionnait sans aucun doute de protéger les premiers pas au pouvoir de son successeur afin de préserver l’héritage et de pérenniser sa politique mise en œuvre depuis 1995, lorsqu’il avait lui-même pris le pouvoir en déposant son père, Cheikh Khalifa, en voyage à l’étranger.

Dans un pays dans lequel la plupart des souverains ont été renversés par leur successeur à l’occasion d’un coup d’État familial, Cheikh Hamad, en choisissant de se retirer de son vivant, a certainement réduit le risque que la même mésaventure survienne à Tamim. Il a mis à l’écart celui qui pouvait apparaître comme le principal rival, Hamad ben Jassim, cousin de l’émir Hamad, ministre des affaires étrangères et premier ministre, inspirateur, architecte et exécuteur des initiatives les plus hardies du règne précédent. Les relations entre lui et Tamim étant notoirement marquées par la défiance, le nouvel émir a immédiatement privé Hamad ben Jassim de toutes ses fonctions étatiques et l’intéressé est aussitôt parti à l’étranger poursuivre ses florissantes affaires privées. Nul doute que les choses eussent été autrement difficiles pour Tamim si son accession au pouvoir s’était produite après la mort de son père.

Nouvelle ère

C’est dans ces conditions que Tamim, du seul fait du départ de son père, a pu remettre les compteurs à zéro dans les relations jusque là exécrables avec le puissant voisin saoudien à qui il a réservé son premier voyage en tant qu’émir. Bien accueilli par toutes les monarchies voisines qui accumulaient les griefs contre la politique et les façons de faire de son prédécesseur, Tamim a d’emblée imprimé un style très différent, beaucoup moins flamboyant que celui de son père. Un Qatar plus modeste, recentré sur ses affaires intérieures, voilà qui faisait les affaires de pratiquement tout le monde, à commencer par ses voisins de la Péninsule arabique. Les débuts sont rudes : à peine Tamim était-il au pouvoir que le président égyptien Mohamed Morsi, soutenu politiquement et financièrement à bout de bras par le Qatar, était renversé par un coup d’État militaire, initialement soutenu par de larges secteurs de la population égyptienne. Protestant de sa bonne foi, le Qatar prétend contre toute évidence n’avoir pas soutenu les Frères musulmans mais le peuple égyptien et pour prix de sa contrition, s’engage à livrer jusqu’au bout le gaz promis à l’Égypte du temps où elle était dirigée par Morsi. À peu près au même moment, en Tunisie, l’autre protégé de Cheikh Hamad, le mouvement Ennahda — qui s’inscrit également dans la mouvance des Frères musulmans — est contraint de céder la place à un gouvernement de technocrates. Là encore, le Qatar digère en silence ce revers de fortune.

De fait, depuis l’été 2013, l’émirat faisait beaucoup moins parler de lui et nombre de « qatarologues » en étaient venus à se demander si le Qatar de Cheikh Tamim n’était pas rentré dans le rang. À tort. Car aucun revirement ne s’esquissait, la diplomatie de Doha s’était simplement faite plus discrète. En Syrie, le soutien aux djihadistes était toujours de mise et sur Al-Jazira, les prêches de Cheikh Qaradawi, prédicateur d’origine égyptienne et Frère musulman, continuaient d’enflammer le monde arabe à commencer par l’Égypte du général Abdel Fattah El-Sissi, le nouveau « meilleur ami » de l’Arabie saoudite. Alors même que des journalistes d’Al-Jazira emprisonnés au Caire étaient traduits en justice sous l’accusation de terrorisme, le gouvernement du Qatar refusait d’abjurer sa politique passée et présente de soutien aux Frères.

C’en était trop pour l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Ces derniers étaient en effet engagés depuis plus de deux ans dans une impitoyable chasse aux Frères musulmans accusés de comploter contre les régimes de Dubaï et d’Abou Dhabi afin d’imposer une république islamique. Pour faire bonne mesure, le gouvernement de Bahreïn, qui a pourtant su recourir aux Frères musulmans dans son combat contre l’opposition chiite, s’est joint aux deux premiers, tous trois rappelant le 5 mars leurs ambassadeurs de Doha pour punir le Qatar de n’avoir pas respecté un accord, jusque-là tenu secret, conclu en novembre dernier à l’issue d’une médiation koweïtienne. Dans cet accord, qu’ils reprochent au Qatar de n’avoir pas respecté, Tamim se serait engagé à ne pas s’ingérer dans les affaires intérieures des pays voisins et à ne pas soutenir un « mouvement dont le but est de menacer la sécurité et la stabilité des États membres ». Traduit librement, ses voisins attendaient du Qatar qu’il musèle Cheikh Qaradawi, qu’Al-Jazira cesse de soutenir les Frères musulmans en Égypte et que ceux d’entre eux qui avaient trouvé refuge au Qatar soient au mieux expulsés, au pire réduits au silence. C’était beaucoup demander au Qatar dont le soutien aux Frères remonte aux années 1960 et à la répression des Frères par le président Gamal Abdel Nasser. Quant à Al-Jazira, s’il est indiscutable que son appui sans réserve à la mouvance frériste depuis 2011 lui a fait perdre beaucoup en audience et en crédibilité, elle s’est tellement identifiée au Qatar, placé sur la carte du monde par Cheikh Hamad au prix d’innombrables crises diplomatiques provoquées par ses émissions, qu’il était vain d’attendre des autorités de Doha qu’elles désavouent la télévision qui a fait la notoriété de l’émirat.

Vers une grave crise diplomatique ?

Pour faire bonne mesure, les ministères de l’information des Émirats arabes unis et d’Arabie Saoudite ont mis en demeure leurs ressortissants collaborant aux médias qatariens, y compris la chaîne sportive Beinsport, de mettre immédiatement fin à leur collaboration. Puis, des informations venues d’Arabie saoudite ont évoqué divers boycottages, la fermeture de la frontière terrestre avec le Qatar et d’autres mesures, aussi humiliantes qu’hostiles à l’encontre de leur petit voisin. À vouloir trop bien faire, on parvient souvent au résultat inverse de celui recherché et même un dirigeant au tempérament aussi modéré que Cheikh Tamim ne peut accepter de se faire rabrouer comme un écolier turbulent. Comme c’était prévisible, le Qatar s’est cabré et a fait savoir qu’il ne changerait pas de politique.

Si le rapport des forces semble lui être défavorable, l’émirat a toutes les raisons de penser que sa posture n’est pas si inconfortable. Tout d’abord, le Qatar n’est pas complètement isolé au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Si trois des six membres ont rappelé leurs ambassadeurs, il est tout aussi intéressant de noter que les deux autres ne l’ont pas fait : ni le sultanat d’Oman, qui répugne à tout geste spectaculaire et coercitif envers un autre membre du club des monarchies de la Péninsule, ni le Koweït qui s’est engagé dans une mission de médiation entre le Qatar et les autres pays du CCG. En fait, si l’on considère que, en décembre 2013, l’Arabie saoudite et Bahreïn ont dû in extremis renoncer à leur projet d’Union du Golfe devant la résistance ouverte d’Oman et du Koweït et tacite du Qatar, l’échec de la stratégie saoudienne est patent.

Du reste, de quelle stratégie parle-t-on ? Après le retrait des ambassadeurs, quelles sont les mesures que Riyad pourrait prendre à l’encontre du Qatar ? Le blocus et le boycottage annoncés ne sont certes pas une bonne nouvelle pour Doha, mais les moyens de le contourner existent. Un blocus maritime est impensable, à la fois parce qu’il s’agirait d’un acte de guerre et que les tensions internes au CCG n’ont tout de même pas atteint ce degré, et parce que le Qatar héberge sur son sol la plus importante des bases américaines à l’extérieur du territoire des États-Unis. Par ailleurs, la conséquence mécanique de l’hostilité saoudienne sera immanquablement un rapprochement du Qatar avec l’Iran. Un premier pas a-t-il été franchi avec la première réunion à Téhéran le 15 mars du comité politique conjoint des deux pays ?

Et si toutes ces sanctions ne sont pas prises, il ne reste comme option que la rupture des relations diplomatiques, hypothèse fort peu vraisemblable. À défaut, il ne reste donc à Cheikh Tamim qu’à patienter et à parier sur le nombre de mois qu’il faudra aux ambassadeurs saoudien, émirien et bahreïnien pour retrouver le chemin de Doha, lui-même ayant pris soin de ne pas retirer les ambassadeurs qatariens dans ces trois capitales et s’étant bien gardé de contribuer à l’escalade par des déclarations intempestives. Une dernière observation : Cheikh Hamad est resté silencieux et invisible depuis son retrait en juin 2013, mais il n’est pas interdit de penser qu’il prodigue en coulisses ses conseils stratégiques au successeur qu’il a mis en place.

Wait and see à Doha : Face à la crise égyptienne, le Qatar fait le dos rond

Posted in Moyen-Orient by odalage on 26 août 2013

(Publié initialement sur le site de l’Institut MEDEA)

Par Olivier Da Lage, journaliste à RFI et chercheur associé à l’Institut MEDEA

Un quatrième méthanier dont les cuves sont remplies de gaz naturel s’apprête à quitter le port de Ras Laffan au Qatar à destination de l’Égypte. La première livraison  a eu lieu voici quelques semaines et la dernière interviendra dans le courant du mois de septembre. Ces cinq livraisons, destinées à permettre à l’Égypte de faire face à la surconsommation énergétique de l’été, avaient été promises par le Qatar au président Morsi, soutenu à bout de bras par l’émirat, mais c’est le nouveau régime issu du coup d’État du 3 juillet qui les aura réceptionnées. Les responsables de Doha n’ont pas voulu remettre en cause l’aide qu’ils avaient promise à l’Égypte en un temps où il s’agissait avant tout de soutenir les Frères musulmans au pouvoir au Caire. Depuis, le Qatar fait de nécessité vertu et son nouveau ministre des Affaires étrangères Khaled Ben Mohammed al-Attiya, de passage à Paris le 18 août dernier, affirmait contre toute évidence que « le Qatar n’a jamais aidé une partie égyptienne ou un parti politique égyptien. L’aide a toujours été fournie à l’Égypte ».

Le renversement du président Morsi et avec lui du régime dirigé par les Frères musulmans égyptiens est un revers important pour le Qatar, seul des États du Golfe à avoir constamment, et surtout concrètement, manifesté son appui, notamment financier, à l’Égypte post-Moubarak. De surcroît, cette mauvaise nouvelle est survenue une semaine à peine après le transfert de pouvoir à la tête du Qatar à la fin du mois de juin. Pourtant, cet échec diplomatique a sans doute été amorti par la transition en cours à Doha. L’ancien émir, cheikh Hamad, et surtout son Premier ministre et chef de la diplomatie Hamad Ben Jassim, étaient très en pointe dans le soutien aux Frères musulmans. Rien ne permet de dire que Tamim, le nouvel émir, ne partage pas cette empathie pour les Frères, mais le changement de dirigeants permet, d’une certaine façon, de remettre les compteurs à zéro. Tamim a d’ailleurs fait de la réconciliation avec les autres monarchies du Golfe sa priorité, à commencer par l’Arabie Saoudite à laquelle il a réservé son premier voyage officiel après son intronisation. Les autorités qatariennes ont donc pris grand soin de ne pas donner l’impression qu’elles retiraient leur aide à l’Égypte parce que ses nouveaux dirigeants ne répondaient pas à leurs vœux. Au contraire, le nouveau ministre des Affaires étrangères s’est rapidement rendu au Caire et, comme on l’a vu, l’aide à l’Égypte s’est poursuivie sans interruption.

Il est d’ailleurs hautement probable que cheikh Hamad, s’il était resté au pouvoir, aurait eu la même attitude, essentiellement pragmatique. Cela aurait simplement été plus difficile pour lui compte tenu du passé. Difficile, mais pas impossible. Quoi qu’il en soit, à en juger par les actes et déclarations des nouveaux dirigeants du Qatar (mais les anciens sont toujours très présents en coulisse), la diplomatie de Doha a choisi de privilégier une certaine discrétion sans pour autant réviser fondamentalement sa politique en cherchant, du moins provisoirement, une voie médiane entre ce qu’était sa politique jusqu’au mois dernier, et celle de ses voisins qui soutiennent ouvertement le coup d’État des militaires égyptiens.

Dans un premier temps, Doha a reconnu sans trop tarder les nouvelles autorités mais contrairement à l’Arabie Saoudite ou aux Émirats arabes unis qui ont sans retenue exprimé leur satisfaction de voir réprimé la confrérie des Frères musulmans, le Qatar  a fait entendre une petite musique différente en appelant le gouvernement égyptien « à faire preuve de retenue dans l’option sécuritaire face aux manifestations pacifiques » et le 14 août, le ministère des Affaires étrangères a vivement critiqué le massacre « de gens innocents » lors de la dispersion brutale du sit-in des Frères musulmans au Caire tout en se garant d’aller aussi loin dans la critique que le gouvernement turc. Il est également frappant que la ligne éditoriale de la chaîne satellitaire qatarienne Al Jazira n’a pour l’instant manifesté aucune inflexion dans son soutien sans nuance aux Frères musulmans. On ne peut écarter la possibilité que les autorités procèdent à de nouveaux changements à la tête de la chaîne pour s’adapter aux nouvelles circonstances régionales, comme cela s’est produit à deux reprises dans le passé avec le remplacement en 2003 de Mohammed Jassem Ali, le directeur général qatarien qui avait assis la réputation d’indépendance d’Al Jazira, par Wadah Khanfar, un palestinien proche des frères musulmans, à son tour remplacé en 2011 par un membre de la famille régnante de l’émirat, Ahmed Ben Jassem Al Thani. Mais un nouveau changement supposerait sans doute que le pouvoir à Doha ait décidé de ce que sera sa ligne pour les mois et les années à venir. Vu l’instabilité de la situation égyptienne, cela pourra prendre un certain temps.

Dans l’immédiat, tandis que ce remue-méninges est à en cours à la tête de l’émirat, la diplomatie qatarienne fait le dos rond.

Une transition en douceur au Qatar ? Les enjeux de la succession d’Al-Thani senior

Posted in Moyen-Orient by odalage on 27 juin 2013

(publié initialement sur le site de l’institut MEDEA)

Par Olivier Da Lage, journaliste à RFI et chercheur associé à l’Institut MEDEA

A 33 ans, cheikh Tamim Ben Hamad Al Thani, le nouvel émir du Qatar, est sans conteste le plus jeune souverain du Golfe. Pourtant, à l’origine, ce n’est pas à lui que cette fonction était destinée. En 1996, un an après avoir renversé son père cheikh Khalifa, et peu après avoir lui-même échappé à une tentative de coup d’État en février 1996, l’émir du Qatar, cheikh Hamad, se choisit un prince héritier : c’est Jassim, l’aîné des fils de sa deuxième épouse, cheikha Moza qui est désigné. Mais il ne semble pas montrer un intérêt prononcé pour les affaires de l’Etat et, en 2003, c’est son frère cadet Tamim qui est nommé prince héritier. Quatrième fils de l’émir, il est le second fils de cheikha Moza qui, de façon tout à fait inhabituelle, exerce une influence considérable sur la conduite de l’émirat et ne s’en cache pas.

Tout comme Jassim et leur père Hamad, Tamim est diplômé de l’académie militaire britannique de Sandhurst et passe pour anglophile. Il est, naturellement, parfaitement anglophone mais parle également couramment le français. Il est passionné par le sport et a joué un rôle important dans l’attribution au Qatar de la Coupe du Monde de football en 2022 ainsi que dans le rachat du club du Paris Saint-Germain. C’est d’ailleurs avec Nasser El Khelaifi, le futur patron du PSG, que le jeune Tamim s’est entraîné à jouer au tennis dans sa prime jeunesse.

Mais depuis qu’il est prince héritier, son père, cheikh Hamad, l’a associé à tous les aspects de la politique de l’émirat. Il est le président du fonds souverain du Qatar et a effectué des missions en Iran et dans les autres pays du Golfe, mais il a également noué des contacts réguliers avec les dirigeants européens et américains. Son père –et aussi sa mère, qui selon différents témoignages l’a véritablement « couvé »– l’ont préparé à son métier d’émir et dans la mesure où cheikh Hamad a envisagé son abdication depuis plus d’un an, il ne fait pas de doute que Tamim était aussi préparé à la succession qu’il est possible de l’être.

On dit cheikh Tamim religieux, et certains ont cru pouvoir en conclure qu’il renforcerait le soutien du Qatar aux Frères musulmans dans la région. En fait, rien n’est moins sûr. Sa priorité, semble-t-il, est de resserrer les liens entre le Qatar et les autres monarchies du Conseil de Coopération du Golfe, à commencer par l’Arabie Saoudite, passablement distendues sous le règne de son père, à la fois du fait de son tempérament et de sa politique flamboyants et volontiers provocateurs ; mais aussi depuis 2011 en raison de l’appui sans retenue à la mouvance des Frères musulmans, considérés avec suspicion dans toutes les autres monarchies de la Péninsule arabique.

Il sera aidé en cela par un tempérament beaucoup plus consensuel que son père. Mais aussi par sa première décision en tant qu’émir : le limogeage de Hamad Ben Jassim, le tout-puissant Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de son père, architecte de la stratégie interventionniste du Qatar et de la montée aux extrêmes en situation de crise. Compte tenu de la différence d’âge, du pouvoir de HBJ, comme on le surnommait, et de la tension persistante entre Hamad Ben Jassim et cheikh Moza, il était inimaginable qu’il reste en place. Son départ était d’ailleurs largement anticipé. Tamim aurait cependant tort de s’en faire un ennemi et il lui faudra trouver un rôle à sa mesure, qui ne menace pas pour autant son pouvoir. Pour l’heure en tout cas, Tamim est aidé dans ses premiers pas par son père qui a soigneusement veillé à ce que toute la famille régnante et les grandes tribus du Qatar fassent allégeance au nouvel émir, ce qui n’aurait peut-être pas été de soi si la succession était intervenue après sa mort.

En tout cas, la plupart des observateurs s’accordent à penser que dans un premier temps, il n’y aura pas de rupture avec la politique suivie jusqu’ici, un infléchissement tout au plus, dans le sens d’un recentrage sur les affaires intérieures de l’émirat. Le nouveau premier ministre, cheikh Abdallah Ben Nasser, qui vient du ministère de l’Intérieur cumule d’ailleurs la fonction de chef du gouvernement avec celle de ministre de l’Intérieur alors que HBJ était aussi ministre des Affaires étrangères.

Une phrase, dans le premier discours du nouvel émir a retenu l’attention : « Le Qatar respectera la souveraineté et l’intégrité de tous les territoires arabes ». Quelle en sera la portée pratique dans le dossier syrien, dans lequel cheikh Hamad et HBJ étaient adeptes d’un interventionnisme forcené ? La réponse à cette question en dira long sur les orientations que Tamim veut imprimer à son règne.

Tagged with: , , , , , ,

Le Qatar joue-t-il double jeu entre Occidentaux et jihadistes ?

Posted in Moyen-Orient by odalage on 4 mai 2013

Par Olivier Da Lage

Article publié sur Grotius le 2 mai 2013

Ne tournons pas autour du pot : depuis l’intervention française au Mali début janvier 2013, de nombreux journalistes et responsables politiques accusent plus ou moins directement le nouveau meilleur ami de la France, l’émir du Qatar, de jouer double jeu et de soutenir politiquement, financièrement et militairement les pires ennemis de Paris, à savoir la mouvance jihadiste qui combat les soldats français au Mali et qui menace globalement les intérêts français et ceux des alliés de la France.

Certains le suggèrent sur le mode interrogatif, d’autres l’affirment, comme Alain Rodier et Eric Denécé, dans une note parue en janvier dernier. Dans ce document, les auteurs, spécialistes du renseignement (Rodier est même un ancien de la DGSE) soutiennent que l’émir du Qatar, cheikh Hamad Ben Khalifa Al Thani, appuie au Sahel le chef terroriste Mokhtar Belmokhtar en raison de liens remontant à la lutte contre les Soviétiques en Afghanistan et que les hommes de Belmokhtar assurent la protection de l’émir et de sa famille lors des parties de chasse au faucon dans le désert algérien (1).

Les auteurs précisent que c’est financé par l’émir du Qatar en personne que Belmokhtar est allé en Libye combattre aux côtés des insurgés islamistes libyens. Disons-le tout net, je n’ai pas accès aux rapports des services de renseignement et je ne sais pas si ces faits sont exacts ou non. Mais ce que suggère sans le dire explicitement ce document, largement distribué aux journalistes par ses auteurs, c’est que l’émir du Qatar continue d’encourager les jihadistes d’Aqmi et autres même lorsqu’ils combattent les Français et leurs alliés.

Les autorités françaises ont prudemment affirmé que rien ne l’établissait. Quant au Premier ministre du Qatar et cousin de l’émir, cheikh Hamad Ben Jassem Al Thani, il a vigoureusement démenti ces « rumeurs » soulignant que la seule intervention du Qatar se limitait au domaine humanitaire. Et de fait, la seule présence établie du Qatar au Nord Mali est celle du Croissant Rouge qatari, travaillant en liaison avec la Croix Rouge malienne qui ne pouvait opérer dans les régions tenues par les jihadistes.

Peut-on imaginer que l’aide financière qatarie destinée à l’humanitaire ait pour partie été utilisée à des fins militaires ? Certainement. Sur place, les frontières entre les usages sont poreuses et les acteurs souvent les mêmes. Cela s’est vu dans le passé, notamment avec l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis et on ne voit pas pourquoi le financement qatari y échapperait. La seule question qui vaille est : les autorités du Qatar ont-elles délibérément joué double jeu en finançant secrètement les jihadistes sahéliens. Et là, il est fortement permis d’en douter.

Depuis l’accession au pouvoir de l’émir actuel, toute sa stratégie a consisté à garantir la sécurité de son pays et de son régime par des alliances de long terme avec les Américains et les Européens, notamment la France. Les succès rencontrés par cette stratégie depuis près de vingt ans confirment que les actions de l’émir ne sont ni irréfléchies, ni impulsives, ni irrationnelles. Or, il n’y aurait pas plus irrationnel que de prendre le risque d’être exposé en train d’aider les adversaires militaires de la France dans un conflit présenté par le président français comme touchant aux intérêts vitaux de la France. De surcroît, le Qatar n’a pas fait mystère de sa désapprobation quant à l’intervention française au Mali. Il n’en demeure pas moins que les « printemps arabes » ont vu le Qatar propulsé aux premiers rangs dans le monde arabe et que son action, tant en Libye qu’en Syrie, ne s’est pas limitée à un soutien politique ni même financier. En Libye, des commandos qataris ont encadré les insurgés et en Syrie, le Qatar est à la pointe de l’armement clandestin (mais revendiqué) des insurgés. Car, et cela ne devrait pas surprendre, le Qatar penche instinctivement en faveur de partis et mouvements islamistes. Le Qatar, tout comme l’Arabie Saoudite, appartient à la branche wahhabite de l’islam sunnite, même si sa pratique est moins rigoriste que celle du royaume voisin.

Depuis le milieu des années 60, l’émirat, très hostile à l’Égypte nassérienne, a accueilli les Frères musulmans égyptiens réprimés par Nasser. Ce fut le cas du cheikh Youssef Al Qaradhawi, présent depuis une quarantaine d’années dans l’émirat, et très estimé par les dirigeants du Qatar qui lui ont conféré une place de choix. Au lancement d’Al Jazira en 1996, il s’est vu accorder une émission de prestige, « la charia et la vie » qui lui a donné une audience et une influence s’étendant à tout le monde arabe. Bref, pour des raisons de fond qui remontent à plusieurs décennies, le Qatar est proche des Frères musulmans, dont il est le protecteur (incidemment, c’est ce qui lui a permis de réussir à détacher le Hamas palestinien de l’orbite iranienne). C’est pourquoi lorsque les soulèvements ont éclaté en Tunisie et en Égypte, le Qatar a tout naturellement apporté son soutien aux acteurs de la révolution issus de la mouvance des Frères musulmans (Ennahda, en Tunisie, dont le dirigeant Rached Ghannouchi était un habitué de visites à Doha durant ses années d’exil).

Quant à la Syrie, alors même que le Qatar la Syrie et l’Iran était liés depuis 2010 par un traité de défense, l’émir du Qatar a opéré un virage à 180° lors des premiers massacres à Deraa en juin-juillet 2011, en phase avec l’opinion de ses sujets et plus largement des sunnites de la Péninsule arabique. Un sens aigu de l’opportunité politique de la part de l’émir, qui y a vu l’occasion de parachever l’opération commencée avec le soutien aux insurgés tunisiens, égyptiens et libyens, a fait le reste. Par conséquent, il est tout à fait exact que le Qatar soutient dans le monde arabe les soulèvements dont au moins une partie des acteurs sont des insurgés sunnites, proches des Frères musulmans (ce qui ne s’applique pas au cas du Bahreïn), tant pour des raisons de proximité idéologique que pour des raisons de gains politiques immédiats à travers les opportunités qui se présentent. Il est en revanche erroné d’en tirer la conclusion que le Qatar poursuivrait des buts exclusivement politico-religieux en soutenant les jihadistes où qu’ils se trouvent au risque d’une rupture ouverte avec les partenaires stratégiques à long terme que sont les Occidentaux, et notamment la France.

(1) Alain Rodier et Eric Denécé, Note d’actualité n° 298, CF2R, janvier 2013.

Qatar, Les nouveaux maîtres du jeu

Posted in Divers, Moyen-Orient by odalage on 5 mars 2013

Qatar, Les nouveaux maîtres du jeu

Mon nouveau livre paraît cette semaine chez Demopolis, écrit en collaboration avec Mohammed El Oifi, Renaud Lecadre, Willy Le Devin, Michel Ruimy et Jean-Pierre Séréni

Écouter l’émission Soft Power du 10 mars 2013, animée par Frédéric Martel, dans laquelle je suis invité avec Nabil Ennasri et Pierre Haski

Lire mon interview dans le quotidien algérien Liberté du 27 mars 2013

Voir mon intervention sur i-Télé le 1er avril 2013 en marge du match FC Barcelone-PSG

Lire mon interview à Pascal Boniface sur le site affaires-stratégiques.info du 19 avril 2013

Écouter l’émission Pluriel animée par Loïc Barrière sur Radio Orient le 29 avril 2013 (et aussi ici)

Note de lecture parue dans le n° 139 de Politique Internationale (printemps 2013) :

L’histoire du Qatar de ces vingt dernières années ressemble à la fable de La Fontaine sur la grenouille ayant voulu se faire aussi grosse que le bœuf… à ceci près que le Qatar, lui, a réussi. La stratégie qui a permis au minuscule émirat de devenir un « maître du jeu » sur la scène internationale est décortiquée par les auteurs de ce livre : Olivier Da Lage, le coordinateur, rédacteur en chef à RFI, est un grand connaisseur de la péninsule arabique ; Mohamed El Oifi est un politologue spécialiste des médias et des opinions publiques dans le monde arabe ; Renaud Lecadre s’occupe des affaires politico-financières à Libération ; Michel Ruimy, économiste de banque, enseigne l’économie et la finance ; Jean-Pierre Séréni, ancien directeur du Nouvel Économiste et ancien rédacteur en chef de L’Express, est un expert du secteur de l’énergie ; Willy Le Devin, journaliste indépendant, travaille sur les religions et l’immigration. Pris par le ballet des grandes puissances, on oublie parfois que les petits États ont, eux aussi, une politique étrangère. Ils deviennent souvent – et logiquement – les satellites d’un État plus fort qui assure leur protection. Entouré de voisins puissants et plus ou moins hostiles – Arabie saoudite, Irak, Iran –, le petit Qatar s’est donné les moyens d’adopter une autre voie pour garantir sa survie. Une stratégie mûrement élaborée depuis 1995, année où Hamad Ben Khalifa Al-Thani s’est emparé du pouvoir en renversant son père, vieille tradition familiale…

Le nouveau cheikh transforme rapidement toutes les faiblesses de son émirat en autant d’atouts. L’insolence médiatisée de Doha au sein de la Ligue arabe lui permet de gagner en notoriété : on laisse le petit jouer dans la cour des grands sans s’apercevoir qu’il occupe une place toujours plus importante. L’appui des États-Unis lui offre une marge de manœuvre indispensable. L’introduction d’institutions démocratiques élues – avec la participation de femmes, comme électrices mais aussi comme candidates – marque la différence avec ses voisins et lui permet de devancer les éventuelles contestations intérieures…

Mais il y a plus. Le Qatar possède plusieurs vrais atouts. Malgré la façade démocratique – qui a montré ses limites avec la condamnation récente du poète Mohamed Al Ajami –, l’essentiel du pouvoir est détenu par quatre personnes : le cheikh, sa deuxième femme, le deuxième fils de celle-ci et un cousin qui occupe la fonction de premier ministre. Ce processus de prise de décision extrêmement court facilite la dynamique politique. En outre, ces dernières années le Qatar a sauté à pieds joints dans les failles qu’a provoquées l’effacement des anciens leaders traditionnels du monde arabe : Irak, Égypte, Libye, Syrie, Algérie, Maroc et, dans une moindre mesure, Arabie saoudite, dont les leaders âgés et conservateurs sont dépassés par Ie dynamisme de leur petit voisin. Son rôle militaire dans le renversement de Kadhafi a été particulièrement important, de même que son aide aux insurgés syriens. L’émirat compte près de 2 millions d’habitants (dont seulement 200 000 citoyens, les autres étant des travailleurs immigrés), mais ses revenus – plus de cent milliards de dollars par an, tirés de l’exportation du gaz et du pétrole – le placent au premier rang mondial des investisseurs.

De ce point de vue, le Qatar est sur tous les fronts : hydrocarbures (3 % de Total), sport (acquisition du Paris Saint-Germain), automobile (18 % de Volkswagen), immobilier et BTP (participations dans Vinci et Veolia), banque (Barclays et Crédit suisse), éducation (HEC a ouvert une hliale à Doha), art (premier acheteur mondial)… liste non exhaustive ! Témoins de la puissance financière de l’émirat, ces investissements sont autant d’atouts politiques et d’influence. Doha a recours à tout vent à la diplomatie du « carnet de chèques ». Les résistances sont rares : le Qatar a même réussi à rejoindre l’Organisation internationale de la francophonie alors que seuls quelques princes formés dans les hautes écoles françaises et quelques militaires diplômés de Saint-Cyr parlent notre langue…

Lancée et 1996, la chaîne Al-Jazeera, hautement professionnelle et dotée de journalistes de grand talent, est devenue le principal vecteur de l’influence du Qatar au niveau international, spécialement vers l’opinion arabe pendant les révolutions de 2011-2012 – si bien qu’Olivier Da Lage parle à cet égard de « panarabisme médiatique ».

Les contradictions ne sont que de façade : Al-Jazeera diffuse les communiqués d’Al-Qaïda et critique la politique américaine, mais le pays reste un bastion allié de Washington, tout en conservant des relations sereines avec Téhéran. Les dirigeants israéliens fulminent contre ce média panarabe… mais le Qatar a longtemps entretenu des relations quasi diplomatiques avec Tel-Aviv, tout en hébergeant des dirigeants du Hamas. Il n’y a là aucun paradoxe : cette « confusion » rend le Qatar célèbre et indispensable.

Et les intérêts de l’émirat ne sont jamais perdus de vue.

Beaucoup redoutent cet ami déclaré des Frères musulmans qui appuie les salafistes du Nord-Mali tout en finançant des projets économiques dans les banlieues françaises… Mais ce n’est pas pour soutenir les radicaux que Doha veut investir dans les quartiers populaires de France ; cette décision répond, indéniablement, à une vision financière. Pragmatiques, les Qatariens n’ont aucune intention de déstabiliser leurs partenaires et leurs clients gaziers.

La ruse diplomatique, combinée à des ressources financières exceptionnelles, a permis au Qatar de gagner une position surdimensionnée par rapport à sa taille. Pourra-t-

il la conserver longtemps ? – The sky is the limit –, répond-on dans l’émirat…

Robert Dalais

Tagged with: , , , ,

Le brutal retour des clivages identitaires dans les monarchies du Golfe

Posted in Moyen-Orient by odalage on 23 décembre 2012

L’expression « printemps arabe(s) », au singulier ou au pluriel, était certes bien commode pour les commentateurs. Auréolée d’un esprit réformateur, voire révolutionnaire, elle faisait référence soit au Printemps de Prague (1968) soit au printemps des peuples (1848). Quoi qu’il en soit, elle était inexacte puisqu’elle se référait à des événements ayant commencé à l’automne 2010 et s’étant développés entre janvier et mars 2011. Mais après deux années de crise ininterrompue, elle n’a tout simplement plus aucun sens. Quatre saisons se sont déjà succédé, à deux reprises. Plutôt que de « printemps arabe », il est plus juste de parler de la crise de 2011-2012, faute d’en connaître les développements en 2013. Ce qui est certain, c’est que les monarchies du Golfe, loin d’avoir été épargnées par la contestation qui a traversé le monde arabe, sont au contraire toujours confrontées à celle-ci et que la crise a durement mis à mal l’identité de ses populations.

L’identité khalijienne

La moitié des États du Golfe a obtenu son indépendance en 1971 seulement. Le Koweït dix années plus tôt. L’Arabie saoudite s’est constituée en pays en 1932 et le sultanat d’Oman, bien que jamais formellement colonisé, est longtemps resté sous influence britannique et n’est entré dans l’ère moderne qu’avec le coup d’État par lequel Qabous a renversé son père en 1970. Collectivement, les monarchies arabes de la Péninsule arabique (Arabie Saoudite exceptée) font leur entrée sur la scène internationale dans les années 70.

Depuis trois-quatre décennies, on assiste ainsi à la formation d’une identité collective des monarchies du Golfe, que j’ai appelée « l’identité khalijienne » (khalij = Golfe, en arabe). Cette identité comprend aussi bien les liens familiaux ou tribaux qui traversent les frontières héritées de la décolonisation, la façon de s’habiller (port de la disdasha et de la ghutra), le type de régime (monarchie arabe traditionnelle), le rôle de la religion, la langue, les différences avec les autres Arabes (Syro-Libanais, Jordano-Palestiniens, Yéménites, Égyptiens, Maghrébins, etc.)

Elle est distincte de l’identité arabe, mais elle en est un sous-ensemble. Elle coexiste naturellement avec toutes les autres identités qui traversent la Péninsule : identité nationale, chiite/sunnite, commerçant/bédouin, habitants des côtes ou du désert, etc. Le contexte historique et l’environnement déterminent dans l’instant celle de ces identités qui prend le pas à un moment donné. Mais ce qui est incontestable est qu’au cours des trente dernières années, on a assisté dans les six pays du Conseil de coopération du Golfe (fondé en 1981) à un renforcement de cette identité khalijienne, prolongement de l’identité nationale autour des souverains censés incarner la nation dans son unité.

Ce processus d’intégration collective sublimant les différences au sein d’une identité partagée a assez bien fonctionné. J’en prendrai pour exemple deux slogans révélateurs de cette tendance, pris dans deux pays différents à deux époques différentes. En février 1986, lors de la célébration du jubilé célébrant les vingt-cinq ans d’indépendance du Koweït, le slogan officiel était « kulluna li-l-kuwait wa-l-kuwait lana » (nous sommes tous pour le Koweït et le Koweït est à nous). On en trouvera l’écho vingt-cinq ans plus tard exactement, lors du rassemblement des opposants bahreïniens place de la Perle en février 2011 dont le signe de ralliement était : « ni sunnites, ni chiites, rien que Bahreïniens »

La monarchie, incarnation de l’unité nationale et régionale

Dans le système khalijien, tel qu’il s’est affirmé depuis les années 70, les familles régnantes sont au cœur de l’appareil proto-étatique. Le roi, l’émir, le sultan représentent le père de la nation, à l’écoute de ses sujets grâce au majlis hebdomadaire au cours desquels il reçoit ses sujets venus lui présenter des pétitions. Ce système est présenté comme beaucoup plus authentiquement démocratique que les institutions calquées sur les régimes européens. Dans ce système, la famille du souverain a toute sa place dans les administrations. Ils garantissent la loyauté de celles-ci vis-à-vis du monarque et permettent de lui faire efficacement remonter les doléances de ses sujets. Au niveau régional, l’intégration des monarchies se fait au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG), une organisation régionale fondée en 1981 sur le modèle européen du Marché Commun. Dans les aéroports des pays du CCG, des files d’attente sont réservées aux ressortissants du CCG pour le contrôle des passeports de façon à renforcer le sentiment d’appartenance commune.

Évidemment, dans la réalité, les choses sont quelque peu différentes. Il y a notamment l’exacerbation des tensions entre les familles marchandes et les familles régnantes. A l’origine, dans plusieurs émirats (Koweït, Abou Dhabi, Bahreïn, Qatar, Dubaï, notamment), il y avait un partage des rôles entre le cheikh, chef politique, et la communauté des marchands qui s’occupait de faire fructifier ses affaires. Mais au fil du temps, les membres des familles régnantes ont usé et abusé de leur pouvoir politique pour accaparer les affaires les plus rentables et évincer des concurrents. Cette remise en cause du pacte fondateur des monarchies du Golfe a épisodiquement provoqué des tensions, notamment au Bahreïn et au Koweït. En ce qui concerne la démocratie du majlis, il faut tempérer la propagande officielle par une réalité plus prosaïque, à savoir le désintérêt, voire l’ennui profond qui étreint nombre de dirigeants du Golfe à l’égard d’un rituel auquel certains ont désormais renoncé à se soumettre. Dès lors, il n’y a plus d’espace d’intermédiation politique, en l’absence d’instances démocratiques dignes de ce nom pouvant prendre le relais de cette forme traditionnelle de consultation du peuple.

Néanmoins, au milieu des années 2000, les monarchies du Golfe apparaissaient jeunes, modernes, relativement épargnées par la sclérose frappant les républiques arabes vermoulues. L’Égypte, l’Irak, la Syrie, la Libye, l’Algérie, étaient enfoncées dans la paralysie, la corruption, l’inefficacité (sauf en ce qui concernait les appareils répressifs), le népotisme. Dans tous ces pays, Algérie exceptée, une succession de type dynastique se mettait en place sous couvert d’institutions qui n’étaient plus républicaines que sur le papier. À la fin des années 90 et au début des années 2000, un vent de réforme soufflait sur les monarchies du Golfe, porté par de jeunes émirs et à l’instigation des Américains qui voulaient prouver la réalité de leur théorie des dominos vertueux, à savoir que la démocratie pro-occidentale se propagerait dans toute la région à la chute de Saddam Hussein. Dans le monde arabe, les républiques appartenaient déjà au passé, les monarchies étaient la jeunesse et l’avenir du monde arabe.

En 2011, on n’est plus en 1971, 1981, ou 1991

La crise de 2011-2012 intervient dans un contexte bien particulier : en dépit des apparences de continuité et bien au-delà des changements visibles, dans l’urbanisme par exemple, les pays du Golfe ont profondément évolué depuis plusieurs décennies. Le Golfe de 2011 n’est plus celui des indépendances (1971), de la création du Conseil de coopération du Golfe (1981) ou de la libération du Koweït (1991) :

Désormais, les jeunes du Golfe (toujours largement majoritaires dans la population) bénéficient, pour beaucoup d’entre eux, d’une formation supérieure dispensée sur place, ils sont connectés à l’Internet à travers leurs ordinateurs et leurs smartphones et sont entrés de plain-pied dans la mondialisation. Ils sont très présents sur Twitter et Facebook et les plus audacieux d’entre eux alimentent des blogs contestataires.

Surtout, ils n’ont pas oublié les promesses esquissées de démocratisation des années 2000. Les gouvernements ne peuvent d’ailleurs, jusqu’à un certain point, s’en prendre qu’à eux-mêmes. Le terme de « citoyen » (mouwaten) est encouragé par les dirigeants alors même qu’ils sont en réalité considérés comme des sujets par les familles régnantes. Cela pose d’ailleurs la question de la nationalité, à laquelle s’attachent tant d’avantages. Par exemple, le gouvernement du Bahreïn, n’hésite pas à déchoir de leur nationalité des contestataires chiites alors même qu’ils naturalisent à tour de bras des étrangers sunnites pour tenter de compenser le déséquilibre démographique qui existe au détriment de ces derniers.

Parfaitement informés, par l’Internet et les télévisions satellitaires, les habitants du Golfe ne veulent pas que leurs pays restent à l’écart du courant global de démocratisation, d’autant qu’ils en ont eu un avant-goût avec les réformes institutionnelles introduites à partir de 1999 au Qatar et au Bahreïn, et, progressivement, ailleurs également. Cette émulation institutionnelle, ce cercle vertueux démocratique dans lequel semblaient s’être lancé les monarques du Golfe a été pris au sérieux par nombre de leurs sujets. Ils n’en sont que plus déçus aujourd’hui.

C’est ce qui explique que le Golfe n’a pas été épargné par la vague de contestation partie qui secoue depuis la fin 2010 le monde arabe. Mais cette contestation se manifeste différemment d’une monarchie à l’autre car ses causes sont avant tout internes.

La réponse musclée des dirigeants

Les six monarchies de la Péninsules ne sont pas toutes dans la même situation vis-à-vis de leurs populations et il convient de les différencier selon au moins deux types de critères, la richesse et la participation politique :

C’est ainsi qu’en ce qui concerne les ressources, il faut distinguer d’un côté, ceux qui ont une rente à redistribuer de ceux qui n’en ont pas ou peu. Dans la première catégorie, on trouvera l’Arabie saoudite, le Koweït, le Qatar et les Émirats arabes unis (EAU). Dans la seconde, le sultanat d’Oman et le Bahreïn.

Si l’on utilise comme discriminant le type d’institution et de participation politique des citoyens, le CCG se divise entre ceux de ces membres qui accordent constitutionnellement une forme de démocratie participative institutionnelle, même si elle n’est souvent que formelle (c’est le cas du Koweït, et, à un moindre degré, du Bahreïn et du Qatar) et ceux qui ne relève pas d’institutions démocratiques, même imparfaites, comme l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis ou le sultanat d’Oman.

Néanmoins, force est de constater que les attitudes des dirigeants des six monarchies du Golfe sont bien plus homogènes que les disparités patrimoniales et institutionnelles pourraient le laisser penser. A l’exception toutefois du Qatar, tous les dirigeants du Golfe ont opté, d’une façon ou d’une autre, pour la répression ou la résistance aux aspirations démocratiques de leurs population. En ce qui concerne le Qatar, l’émir n’a guère eu besoin de s’opposer à une population qui ne semble guère exigeante en matière de participation politique, d’autant que les institutions octroyées par l’émir et ratifiées par référendum à la quasi unanimité en avril 2003 sont, sur le papier du moins, parmi les plus progressistes de toute la région.

D’une façon générale, en cas de contestation, la réponse est toujours la même et repose sur le triptyque répression/achat/cooptation. On arrête les manifestants et on punit sévèrement les meneurs, on injecte de l’argent dans l’économie, le logement, l’éducation, l’emploi pour apaiser les mécontents et on promeut les repentis qui acceptent de dénoncer à la télévision leurs anciens compagnons de lutte.

Dès les mois de février-mars 2011, il est clair que la riposte menée notamment par l’Arabie saoudite est franchement réactionnaire et contre-révolutionnaire. Les objectifs sont clairs : il s’agit de conserver le pouvoir et même reprendre ce qui a été déjà été donné les années précédentes. Derrière cette contre-révolution, il y a l’idée que toute concession mène à la chute, comme cela a été le cas pour Ben Ali, Moubarak, voire le Shah d’Iran trente ans auparavant. Si l’Arabie a effectivement injecté massivement de l’argent en février-mars (plus de 130 milliards de dollars), si les pays du CCG ont apporté une aide financière significative au Bahreïn et au sultanat d’Oman, dès le printemps, la politique se durcit. Contrairement à ce qui s’était passé les premiers mois, les pouvoirs semblent avoir renoncé à l’achat et la cooptation. Du triptyque évoqué précédemment ne reste que la répression, brutale et assumée. Quant aux étiquettes réformatrices dont cherchaient à se parer les gouvernements des petits émirats dans les années 2000, elles ont presque disparu. La réforme n’est plus à l’ordre du jour et la pression occidentale pas davantage, tant les États-Unis, obnubilés par le péril iranien, se sont vite résignés à faire l’impasse sur les exigences démocratiques qu’ils brandissaient encore au mois de mars. La réaction de défi aux Occidentaux des Saoudiens, suivis par les autres, semble avoir payé et les monarques du Golfe ont avec succès instrumentalisé à leur profit la crise iranienne.

Mais la façon de procéder, visant à reprendre la main, pourrait à terme fragiliser davantage encore ces régimes. Il s’est agi avant tout de renforcer l’identité des soutiens dont ils bénéficiaient en dénonçant l’autre partie de la population. En opposant « eux » et « nous ». Nous, les loyaux sujets et citoyens, eux, les traitres, les ennemis de la nation, la cinquième colonne. En Arabie Saoudite et au Bahreïn, ceux qui étaient voués à la vindicte étaient les chiites. Au Koweït et aux Émirats arabes unis, les Frères musulmans.

Dans les deux cas, les pouvoirs dénoncent une cinquième colonne et composée d’agents de l’étranger. Les manifestants chiites de Bahreïn et d’Arabie ne peuvent être que des agents de l’Iran. Quant aux Frères musulmans, ils sont dénoncés comme une véritable société secrète, quasiment maçonnique, opérant sournoisement aux Émirats et au Koweït avec l’appui d’ONG occidentales pro-démocratie. Cette répression mise en œuvre à partir de la seconde moitié de 2011 vise en effet ouvertement des organisations américaines ou européennes et la presse officielle se déchaîne contre les gouvernements occidentaux qui sont pourtant leur garantie de survie.

En cherchant par tous les moyens à préserver leur pouvoir, les monarques du Golfe n’ont pas hésité à s’en prendre aux identités nationales construites après les indépendances sur le thème de l’unité pour se recentrer sur la défense de leurs régimes contre un secteur entier de leur propre population. C’est une vision à court terme et si la force a eu raison de la contestation jusqu’à un certain point en enrayant sa progression géographique, elle est loin de l’avoir éradiquée en profondeur.

D’abord parce que cette contestation, loin d’être nouvelle, a des racines profondes qui s’enracine dans l’histoire des pétromonarchies. Les réponses ne peuvent se trouver uniquement dans la répression ou l’achat de la paix sociale par l’injection massive de pétrodollars. De larges secteurs de la population demandent la redéfinition du un contrat social. Or, les dirigeants veulent octroyer, à leur gré, ce qu’ils consentent à accorder au peuple. On le retrouve notamment dans les constitutions du Qatar et du Bahreïn dans lesquelles, au-delà des apparences démocratiques, le souverain n’est pas vraiment contraint. Devant ces deux attitudes inconciliables et en l’absence de processus politique de médiation, il n’y a plus de statu quo. Seule demeure une crise larvée : les gouvernements veulent revenir sur ce qu’ils ont lâché dans un passé récent alors que les opposants veulent récupérer les droits qu’on leur a repris.

En somme, deux ans après le début de la contestation arabe, les dirigeants du Golfe, dont les réponses répressives classiques manquent totalement d’imagination en sont à peu près au même point, mais avec une différence de taille, comparé à la fin 2010 : à la pérennité des régimes fait désormais face une remarquable résilience d’une contestation endémique qui, faute de réponse, tend à se radicaliser et à se généraliser.

%d blogueurs aiment cette page :