Le Blog d'Olivier Da Lage

Bahreïn : des « élections » pour rien

Posted in Moyen-Orient by odalage on 18 novembre 2014

Samedi 22 novembre, le royaume organise des élections législatives, les premières depuis le retrait du parlement en mai 2011 des députés d’opposition pour protester contre la répression de la contestation. Ces élections auraient dû avoir valeur de test des rapports de force entre le pouvoir et l’opposition chiite. Tel ne sera pas le cas.

Le gouvernement fait grand cas des élections législatives qui se tiennent dans l’archipel ce 22 novembre. Les ambassades du royaume et les entreprises de relations publiques bénéficiaires de contrats en or font de leur mieux pour convaincre médias et gouvernements occidentaux de l’importance de ce scrutin qui donnera la parole au peuple du Bahreïn pour renouveler un parlement élu en 2010. Voire.

Car, ainsi que l’observe Justin Gengler, auteur d’un blog qui fait référence, le découpage des quarante circonscriptions électorales fait que les candidats émanant de la majorité chiite de la population (environ les deux tiers des habitants du Bahreïn) n’ont aucune chance d’emporter la majorité au majlis. C’était d’ailleurs déjà le cas en 2010, à tel point que le Wifaq, le parti chiite que dirige cheikh Ali Salman, n’avait alors présenté ses candidats que dans 18 circonscriptions, abandonnant les 22 autres aux partisans du gouvernement.

La répression contre le Printemps de Manama, marquée en mars 2011, par l’invasion des chars soviétiques saoudiens a conduit les députés du Wifaq à démissionner en bloc du parlement. A l’approche du scrutin de novembre 2014, ce mouvement –les partis ne sont pas autorisés en tant que tels– s’est posé la question de sa participation, car, envers et contre tout, le Wifaq a tenté de maintenir chaque fois que c’était possible un contact avec les autorités, par l’entremise du seul interlocuteur du régime prêt à saisir cette main, à savoir le prince héritier Salman. Mais à chaque fois, la faction dure de la famille royale, majoritaire, y mettait le holà tandis que les condamnations à de lourdes peines pleuvaient sur les opposants les plus modérés. C’est ainsi que Nabeel Rajab, le directeur du Centre bahreïnien pour les droits de l’homme, a acquis une notoriété internationale en passant trois ans en prison pour un simple tweet critiquant le régime.

C’est dans ces conditions que début octobre, le Wifaq a annoncé son intention de boycotter ces élections. En représailles, le gouvernement de Manama a décidé deux semaines plus tard, mardi 28 octobre, de suspendre ce mouvement pour une période de trois mois, tout en maintenant la date d’un scrutin désormais officiellement vidé de tout enjeu par les protagonistes de la crise politique bahreïnienne.

Dans l’intervalle, le gouvernement, de mauvais gré, a accepté sous pression de Washington, de rejoindre la coalition formée contre l’État islamique, tout en faisant l’impasse sur le fait que certains soutiens bahreïniens de cette organisation sont, par antichiisme viscéral, proches des sunnites ultras qui constituent le cœur du régime. Mais il semble que pour les autorités de Manama, la priorité reste la répression contre l’opposition qui demande l’institution d’une monarchie constitutionnelle plutôt que le démantèlement des filières jihadistes sunnites qui alimentent l’EI.

En attendant, le samedi 22, le gouvernement du Bahreïn invitera le monde à s’extasier devant cet exercice démocratique qui consistera à convier aux urnes la minorité de ses sujets qui soutiennent le régime. L’hommage du vice à la vertu.

Olivier Da Lage

Tagged with: , , , ,

Bahreïn : la politique du pire

Posted in Moyen-Orient by odalage on 29 décembre 2013

La détention pendant quelques heures samedi 28 décembre de cheikh Ali Salman, secrétaire général du parti chiite d’opposition Al Wifaq, marque une dangereuse escalade dans la politique de répression mise en œuvre par les autorités de ce petit royaume du Golfe.

(Publié initialement sur le site de l’Institut MEDEA)

Par Olivier Da Lage, journaliste à RFI et chercheur associé à l’Institut MEDEA

Le 5 décembre 1994, la police de l’émirat de Bahreïn arrêtait à son domicile un jeune mollah chiite de 29 ans, cheikh Ali Salman. Son arrestation allait déclencher l’« intifada chiite » qui ne prend fin qu’en 1999, après la mort de l’émir Isa et l’arrivée sur le trône de son fils Hamad qui prend aussitôt des mesures d’apaisement en amnistiant les prisonniers politiques, en faisant rentrer d’exil des opposants et en organisant un référendum approuvant un retour à la vie parlementaire et le rétablissement de la constitution. Entretemps, les troubles qui ont secoué Bahreïn ont causé la mort de près d’une centaine de personnes.

Dix-neuf ans presque jour pour jour après son arrestation, cheikh Ali Salman a été brièvement arrêté samedi 27 novembre et présenté au procureur général du royaume sous l’accusation d’ « incitation à la haine confessionnelle et à la propagation de fausses nouvelles de nature à nuire à la sécurité nationale ». Relâché quelques heures plus tard, le secrétaire général du Wifaq s’est vu notifier une interdiction de quitter le territoire. Ce qui lui était reproché était ostensiblement son sermon de la veille dans lequel il appelait ses partisans à réagir pacifiquement à la « violence d’État » : « Maintenant, ils ont doublé le nombre de personnes arrêtées. Nous ne voulons pas qu’une personne de plus soit arrêtée mais nous sommes prêts à avoir 10.000 prisonniers, y compris nous-mêmes, et 20.000. Nous ne capitulerons pas ».

 

A première vue, l’arrestation de ce leader charismatique et modéré de la communauté chiite paraît un contresens politique. Secrétaire général du principal parti d’opposition (28 députés dans la dernière assemblée qui en comptait 40), il a constamment résisté à la radicalisation qui a touché de nombreux chiites dont les plus extrémistes demandent la mise à bas du régime, l’instauration d’une république islamique et la mort des membres de la dynastie sunnite des Al Khalifa. Bien au contraire, Ali Salman s’est toujours montré disposé à dialoguer avec le régime dans le cadre d’une monarchie constitutionnelle. Aux heures les plus tendues de 2011, Ali Salman négociait discrètement avec le prince héritier, cheikh Salman, qui avait la bénédiction de son père, le roi Hamad. Dans leur volumineux rapport, les membres de la commission internationale désignée par le roi Hamad et présidée par le respecté juriste égypto-américain Cherif Bassiouni avaient d’ailleurs rendu un hommage appuyé à ces deux personnalités. Pourquoi donc mettre derrière les barreaux, même pour quelques heures, le seul responsable de l’opposition qui représente l’unique espoir d’une solution politique dans la crise qui depuis trois ans a déjà fait près de 90 morts ?

La réponse est en fait dans la question elle-même : c’est justement pour éviter d’une telle issue politique puisse voir le jour. C’est la traduction du durcissement du régime sous l’influence des tenants de la ligne dure au sein de la famille royale, ceux que l’on appelle les « Khawalid » (les descendants de Khaled Al Khalifa), alignés derrière le Premier ministre et oncle du roi, cheikh Khalifa, en fonction depuis l’indépendance en 1971 ce qui en fait le recordman en matière de longévité des chefs de gouvernement en exercice.

Les Khawalid, auxquel s’est rallié, volontairement ou non, le roi Hamad, ont réussi à radicaliser les deux communautés, chiite et sunnite en créant les conditions d’une quasi-impossibilité de réconciliation, chacune vivant désormais dans la crainte d’être écrasée par l’autre. L’objectif ultime des artisans de cette stratégie du pire est que du désespoir des chiites de Bahreïn naisse une vague terroriste qui attire au régime le soutien explicite des pays occidentaux qui pour l’instant, quelque peu gênés, préfèrent détourner le regard pour ne pas avoir à condamner une répression et des violations des droits de l’Homme qui les gênent aux entournures, exception faite du Royaume-Unis qui soutient sans réserve le régime bahreïnien. On se trouverait donc devant une prophétie autoréalisatrice qui, en suscitant des actions violentes, justifie a posteriori les mesures répressives prises contre des terroristes qui ne l’étaient pas encore lorsqu’elles furent prises, et contre tous ceux qui ne le seront jamais.

Les autorités de Manama, depuis le début, mettent en cause la responsabilité de l’Iran et du Hezbollah libanais et invoquent la crise syrienne à l’appui de leur argumentation. Certes, il est indéniable que troubles à l’œuvre dans le petit royaume se nourrissent en partie de l’importation d’éléments liés à ces tensions régionales. Mais la crise bahreïniene a prouvé dans le passé qu’elle avait elle aussi un fort potentiel d’exportation dans toutes la région, à commencer par la province orientale de l’Arabie Saoudite où les heurts entre population chiite et forces de l’ordre n’ont jamais cessé depuis la fin 2010. L’État du Bahreïn a sans aucun doute du souci à se faire, mais il n’est pas le seul.

Le fait que cheikh Ali Salman ait été relâché par la police au bout de quelques heures semble indiquer que le pouvoir craint les conséquences d’un emprisonnement durable d’une personnalité à l’aura si considérable. Elle peut aussi être interprétée comme une hésitation des autorités, voire un désaccord persistant entre les membres dirigeants de la famille régnante des Al Khalifa. Mais quel que soit le sens que l’on donne à cette interpellation, elle donne un signal très négatif sur les perspectives de sortie de crise au Bahreïn alors même que, semaine après semaine, dans un surprenant déni de réalité, les ambassades à l’étranger du petit royaume ne cessent de diffuser d’invraisemblables communiqués détaillant un dialogue politique inexistant.

%d blogueurs aiment cette page :