Le Blog d'Olivier Da Lage

Bahreïn : des « élections » pour rien

Posted in Moyen-Orient by odalage on 18 novembre 2014

Samedi 22 novembre, le royaume organise des élections législatives, les premières depuis le retrait du parlement en mai 2011 des députés d’opposition pour protester contre la répression de la contestation. Ces élections auraient dû avoir valeur de test des rapports de force entre le pouvoir et l’opposition chiite. Tel ne sera pas le cas.

Le gouvernement fait grand cas des élections législatives qui se tiennent dans l’archipel ce 22 novembre. Les ambassades du royaume et les entreprises de relations publiques bénéficiaires de contrats en or font de leur mieux pour convaincre médias et gouvernements occidentaux de l’importance de ce scrutin qui donnera la parole au peuple du Bahreïn pour renouveler un parlement élu en 2010. Voire.

Car, ainsi que l’observe Justin Gengler, auteur d’un blog qui fait référence, le découpage des quarante circonscriptions électorales fait que les candidats émanant de la majorité chiite de la population (environ les deux tiers des habitants du Bahreïn) n’ont aucune chance d’emporter la majorité au majlis. C’était d’ailleurs déjà le cas en 2010, à tel point que le Wifaq, le parti chiite que dirige cheikh Ali Salman, n’avait alors présenté ses candidats que dans 18 circonscriptions, abandonnant les 22 autres aux partisans du gouvernement.

La répression contre le Printemps de Manama, marquée en mars 2011, par l’invasion des chars soviétiques saoudiens a conduit les députés du Wifaq à démissionner en bloc du parlement. A l’approche du scrutin de novembre 2014, ce mouvement –les partis ne sont pas autorisés en tant que tels– s’est posé la question de sa participation, car, envers et contre tout, le Wifaq a tenté de maintenir chaque fois que c’était possible un contact avec les autorités, par l’entremise du seul interlocuteur du régime prêt à saisir cette main, à savoir le prince héritier Salman. Mais à chaque fois, la faction dure de la famille royale, majoritaire, y mettait le holà tandis que les condamnations à de lourdes peines pleuvaient sur les opposants les plus modérés. C’est ainsi que Nabeel Rajab, le directeur du Centre bahreïnien pour les droits de l’homme, a acquis une notoriété internationale en passant trois ans en prison pour un simple tweet critiquant le régime.

C’est dans ces conditions que début octobre, le Wifaq a annoncé son intention de boycotter ces élections. En représailles, le gouvernement de Manama a décidé deux semaines plus tard, mardi 28 octobre, de suspendre ce mouvement pour une période de trois mois, tout en maintenant la date d’un scrutin désormais officiellement vidé de tout enjeu par les protagonistes de la crise politique bahreïnienne.

Dans l’intervalle, le gouvernement, de mauvais gré, a accepté sous pression de Washington, de rejoindre la coalition formée contre l’État islamique, tout en faisant l’impasse sur le fait que certains soutiens bahreïniens de cette organisation sont, par antichiisme viscéral, proches des sunnites ultras qui constituent le cœur du régime. Mais il semble que pour les autorités de Manama, la priorité reste la répression contre l’opposition qui demande l’institution d’une monarchie constitutionnelle plutôt que le démantèlement des filières jihadistes sunnites qui alimentent l’EI.

En attendant, le samedi 22, le gouvernement du Bahreïn invitera le monde à s’extasier devant cet exercice démocratique qui consistera à convier aux urnes la minorité de ses sujets qui soutiennent le régime. L’hommage du vice à la vertu.

Olivier Da Lage

Tagged with: , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :