Le Blog d'Olivier Da Lage

Opération Géronimo, Indian style ?

Posted in Inde by odalage on 5 mai 2011

Depuis l’annonce faite par le président Obama qu’un commando américain s’était rendu en plein cœur du territoire pakistanais pour tuer Ossama Ben Laden, une seule question occupe les médias indiens : pourquoi l’Inde n’en fait-elle pas autant ?

Calcutta.- L’Inde compte probablement plus de chaînes d’information continue que les États-Unis, la Grande Bretagne et la France réunis et une seule question occupe les innombrables talk shows de leurs programmes : l’Inde a-t-elle la capacité militaire et la volonté politique de monter une opération aussi hardie pour punir les auteurs des attentats de Bombay du 26 novembre 2008 ou capturer (ou tuer) Dawood Ibrahim, le parrain de la pègre réfugié à Dubaï (ou au Pakistan) accusé d’avoir organisé les explosions meurtrières qui ont endeuillé Bombay en 1993.

Le chef d’état-major de l’armée indienne, en grand uniforme, a plastronné sur les écrans pour affirmer que l’Inde avait le savoir-faire nécessaire pour de telles opérations. Des généraux à la retraite et des éditorialistes sont mon tés au créneau pour affirmer que les politiciens indiens étaient trop timorés et feraient bien de s’inspirer de la hardiesse dont a su faire preuve Barack Obama.

La palme revient sans doute à Maroof Raza, directeur de Security Watch India, qui dans un article paru le 5 mai dans le Times of India, accuse pêle-mêle le pouvoir politique et les dirigeants militaires de faiblesse face aux ennemis de l’Inde et conclut son article en disant « A la différence des États-Unis, nous avons démontré que l’Inde est prête à pardonner et oublier ».

Face à ces va-t-en guerre, d’autres généraux (à la retraite) et quelques responsables politiques et diplomates, sans remettre en cause les responsabilités du Pakistan qui héberge les ennemis de l’Inde et notamment le mouvement terroriste Lashkar-e-Toiba (LeT) soulignent que les situations ne sont pas comparables.

  • Les États-Unis et le Pakistan, malgré leurs mauvaises relations, sont des alliés stratégiques et il existe un dialogue entre eux. De surcroît, les États-Unis versent annuellement des milliards de dollars au Pakistan. Le Pakistan n’a pas de moyen de représailles et ne peut pas se permettre de s’aliéner ouvertement les États-Unis. Rien de tel en ce qui concerne l’Inde qui est en état de quasi-belligérance avec le Pakistan et n’a rien à lui offrir en échange de concessions.
  • Si l’armée indienne est l’une des plus impressionnantes du monde et s’il ne fait pas de doute que les services indiens de renseignements ont des ressources importantes à l’intérieur du territoire pakistanais, les moyens techniques et matériels ne peuvent en aucun cas se comparer à ceux de l’armée américaine, tant en ce qui concerne les moyens de guerre électronique que d’une manière générale, la qualité du matériel employé.
  • Enfin et surtout, personne n’a imaginé que l’assassinat de Ben Laden par un commando américain au Pakistan pourrait dégénérer en guerre ouverte entre les deux pays ! Mais c’est l’inverse dans le cas de l’Inde. Une telle action, qui est prévue dans la doctrine militaire indienne, si elle était mise en œuvre, comporteraient d’énormes risques de dégénérer en conflit ouvert entre les deux pays, tous deux puissances nucléaires.
  • Diplomatiquement et militairement, l’Inde ne pourrait compter que sur des déclarations de soutien sans conséquence pratique de la part des puissances occidentales (qui pourraient d’ailleurs également condamner l’aventurisme indien) et seraient donc seule face aux conséquences de son initiative.

Malgré les discours martiaux qui envahissent les ondes indiennes, la tonalité des dirigeants indiens est à la prudence et se limitent à un « On vous l’avait bien dit ! », s’agissant du rôle de protecteur du Pakistan envers les mouvements terroristes. Autre élément rassurant : jusqu’à présent du moins, les sondages montrent que près des trois quart des Indiens sont hostiles ou sceptiques vis-à-vis d’une intervention indienne au Pakistan.

De quoi alimenter la frustration des va-t-en guerre qui pensent que l’Inde n’est qu’un tigre de papier.

Olivier Da Lage

Lire aussi:
Le test de Pune

Publicités

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] belliqueux, l’Inde doit montrer sa force militaire au Pakistan. En mai dernier, lors de l’Opération Geronimo au cours de laquelle les forces spéciales américaines avaient tué Oussama Ben Laden au Pakistan, […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :